Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Jeune Mendiant

Œuvre Le Jeune Mendiant

Département des Peintures : Peinture espagnole

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le Jeune Mendiant

© 2007 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Peintures
Peinture espagnole

Auteur(s) :
François de Vergnette

Le Jeune Mendiant est souvent appelé "Le Jeune Pouilleux" car il est en train de se débarrasser de puces. C'est la première représentation connue d'enfants des rues dans l'oeuvre de Murillo. Le peintre a sans doute été inspiré par la misère régnant dans les rues de Séville au Siècle d'or. Influencé par le courant caravagesque, Murillo insiste sur les détails sordides et peint de forts contrastes d'ombre et de lumière. Le gamin possède également une grâce propre à l'artiste sévillan.

Un picaro de Séville

Un jeune garçon vêtu de guenilles, aux pieds sales, est assis par terre, tout seul, dans le recoin d'un intérieur délabré. Il semble occupé à se débarrasser des puces qui l'incommodent. Aussi, le tableau a souvent comme autre titre "Le Jeune Pouilleux". À côté de lui, on trouve une cruche, un panier de pommes renversé et quelques restes de crevettes, qui attestent qu'il vient de déjeuner. Malgré son titre, il ne s'agit peut-être pas d'un mendiant. C'est le premier tableau de Bartolomé Esteban Murillo consacré à un enfant des rues. L'artiste en peindra tout au long de sa carrière. Ses compatriotes Velásquez et Ribera l'avaient précédé dans le choix de ce thème, mais ils préféraient peindre des pauvres handicapés (Le Pied-Bot de Ribera). La vie quotidienne à Séville, où la misère régnait au Siècle d'or, fournissait de nombreux exemples de gamins sans ressources. Murillo cherchait sans doute aussi à donner des pendants imagés aux célèbres personnages de la littérature picaresque espagnole, le Lazarillo de Tormes (1511), ou le picaro (le mauvais garçon) des Nouvelles Exemplaires de Cervantès (1613).

Une peinture de genre d'un grand peintre religieux

On a suggéré que des marchands flamands résidant à Séville pourraient avoir commandé cette peinture de genre à Murillo. La peinture de genre, qui dépeint les moeurs contemporaines, était en effet très appréciée dans les Flandres. Le sujet du pauvre était lui-même très courant dans la peinture de genre flamande. Le goût de Murillo pour les figures de nécessiteux n'est peut-être pas non plus sans lien avec la doctrine de la charité des Franciscains, pour lesquels le peintre a beaucoup travaillé. Murillo, dernier des grands peintres espagnols du Siècle d'or, s'est en effet surtout consacré à la peinture religieuse. Pour les Franciscains de Séville, il a peint un cycle de tableaux dont le musée du Louvre possède notamment La Cuisine des anges.

Un caravagisme élégant

Dans cette oeuvre de jeunesse, datant sans doute des années 1645-1650, Murillo se montre influencé par le courant caravagesque, peut-être connu par l'intermédiaire des toiles de Zurbarán et des tableaux sévillans de Velásquez. Comme ses prédécesseurs, Murillo s'attache à rendre les détails sordides, la saleté des pieds, et les motifs de natures mortes (bodegones), le panier et la cruche. Il reprend également leurs violents contrastes d'ombre et de lumière. Des rayons du soleil viennent éclairer l'enfant placé dans une pièce très sombre. Une facture large et une pâte épaisse servent le rendu des matières, la paille tressée du panier par exemple. Cette oeuvre de Murillo témoigne aussi de son sens
de l'harmonie par la mise en page parfaite et la pose gracieuse du jeune garçon aux formes élégantes. L'enfant a ainsi une grande dignité, qui le différencie des personnages truculents des scènes de genre flamandes. L'artiste sévillan a évolué vers un art de moins en moins austère, souple et tendre (La Sainte Famille, musée du Louvre).

Bibliographie

- RESSORT Claudie, Écoles espagnole et portugaise, catalogue du département des peintures du musée du Louvre, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2002, p. 198-202.

- BROOKE Xanthe, CHERRY Peter, Murillo : scenes of childhood, catalogue d'exposition, Londres Dulwich Picture Gallery, 2001, p. 86.

Cartel

  • Bartolomé Esteban MURILLO (Séville, 1618 - Séville, 1682)

    Le Jeune Mendiant

    Vers 1645-1650

  • H. : 1,34 m. ; L. : 1,10 m.

  • Collection de Louis XVI (acquis en 1782)

    INV. 933

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Murillo
    Salle 26

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet