Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Miroir

Œuvre Le Miroir

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Miroir

© 2003 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Les styles régionaux sont encore très présents dans les premières années du Ve siècle avant J.-C. Ce miroir en bronze, qui proviendrait de Thèbes, est un témoignage précieux des productions des artisans de l'île d'Egine (au large de l'Attique). Le disque repose sur la tête d'une caryatide dont la physionomie conserve le souvenir des corès de l'époque archaïque. La coiffure, les traits du visage et la position des bras inaugurent cependant une esthétique nouvelle, caractéristique du style sévère.

Un miroir à caryatide

Ce miroir en bronze illustre une production particulièrement abondante en Grèce au VIe siècle et dans la première moitié du Ve siècle avant J.-C. La vogue des miroirs à pied est ensuite progressivement remplacée par celle des miroirs à boîte. Contrairement aux exemplaires munis d'un manche, ce type de miroir n'est pas destiné à être tenu à la main, mais posé devant soi sur une table. L'objet, acquis en 1888, aurait été découvert à Thèbes en Béotie (Grèce centrale) six ans plus tôt. Le disque est fixé sur un pied en forme de caryatide au moyen d'une pièce d'attache terminée de part et d'autre par un bouton de fleur. Le métal était autrefois soigneusement poli afin d'obtenir une surface réfléchissante. La figure féminine se dresse sur un tabouret que supportent quatre pieds terminés par des sabots de cheval.

L'esthétique des corès archaïques mêlée aux innovations du style sévère

La statuette a été exécutée vers 490-480 avant J.-C., à l'aube de l'époque dite "du style sévère". Elle est empreinte encore du schéma des corès archaïques : elle en reprend le hiératisme, la frontalité, la pondération et le vêtement brodé de motifs incisés. La jeune femme est représentée debout, les jambes étroitement enserrées dans l'étoffe d'un chiton ceinturé à la taille. Plusieurs détails manifestent cependant l'esthétique nouvelle du style sévère. Les lourdes mèches de cheveux qui tombaient autrefois sur les épaules ont été remplacées ici par une coiffure plus simple, composée de deux bandeaux ondulés retenus en chignon sur la nuque et relevés sous un lien, orné de perles, qui couronne la tête. Le visage, impassible, rompt avec les conventions du VIe siècle avant J.-C. L'expression, sérieuse et grave, est très éloignée du sourire avenant affiché par les effigies archaïques. La position des bras traduit l'ébauche d'un mouvement qui participe de l'insertion de la figure dans l'espace. La main droite, partiellement conservée, tenait probablement une fleur ou un autre attribut.

L'oeuvre d'un atelier d'Egine

L'origine béotienne de ce miroir est depuis longtemps jugée douteuse. Même si l'objet a effectivement été découvert à Thèbes, c'est à un atelier d'Egine - une île située au large des côtes de l'Attique - qu'il faut en attribuer la fabrication. Il présente en effet plusieurs particularités qui l'apparentent à la petite plastique locale et, surtout, à la sculpture décorative du temple contemporain d'Athéna Aphaïa. Le traitement stylistique de la caryatide est très proche de celui de l'Athéna du fronton ouest. Comme la statue de la déesse, la figurine de bronze revêt le costume ionien (le chiton) ; elle se distingue ainsi des statuettes vêtues du péplos dorien, courantes alors en Béotie, en Argolide et dans la région de Corinthe. Le pied de ce miroir offre donc un exemple précieux de la permanence des styles régionaux dans la première moitié du Ve siècle avant J.-C.

Bibliographie

Walter-Karydi (E.), Die Aeginetische Bildhauerschule. Werke und schriftliche Quellen, Mainz am Rhein, 1987, p. 108-109, fig. 170-172.
Keene Congdon (L. O.), Caryatid Mirrors of Ancient Greece, Mainz am Rhein, 1981, p. 193-194, pl. 80.
Tölle-Kastenbein (R.), Frühklassische Peplosfiguren : Originale, Mainz am Rhein, 1980, p. 142-143, pl. 87.
Langlotz (E.), Fruehgriechische Bildhauerschulen, 1927, p. 30-31, n 4, p. 34-35, pl. 18.

Cartel

  • Miroir

    490 - 480 avant J.-C.

    Provenance : Thèbes ?

    Style d'Egine

  • Bronze

    H. : 40,20 cm.

  • Acquisition, 1888 , 1888

    Br 1688

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Salle des Bronzes
    Salle 32
    Vitrine C2 : Grèce classique, Ve siècle avant J.-C.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet