Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Parement de Narbonne

Œuvre Le Parement de Narbonne

Département des Arts graphiques : XIVe-XVe siècle

Le Parement de Narbonne

RMN-Grand Palais - Photo M. Bellot

Arts graphiques
XIVe-XVe siècle

Auteur(s) :
Boyer Sarah

Ornement d'autel acquis à Narbonne par Boilly, cette grisaille sur soie porte sur sa bordure fictive l'initiale K, pour Karolus, dans des médaillons : elle indique que Charles V commanda le Parement, sans doute entre 1364 (date de son avènement) et 1378 (mort de la Reine). Agenouillés, en prière, tous deux se trouvent de chaque côté de la scène principale et centrale, une Crucifixion. Point de départ d'un style et d'une tradition françaises, le Parement est le seul objet de ce type conservé.

Franco-français

La fonction liturgique du Parement, élément d'une chapelle du Carême, explique que des figurations de l'Église et de la Synagogue, qu'un prophète présente, surmontent les effigies royales, tandis qu'autour se développent des épisodes de la Passion : le Baiser de Judas, la Flagellation, le Portement de Croix, la Mise au tombeau, la Descente aux limbes et le Noli me tangere. L'architecture, typique de l'Île-de-France, et la svelte élégance des personnages évoquent le Bréviaire de Belleville (Paris, Bibliothèque nationale de France). L'iconographie et le traitement accusent des réminiscences italiennes et le réalisme des visages une influence nordique ; l'ordonnancement des scènes, le graphisme et la technique sont français. À l'origine d'un genre, il développe le thème du portrait dans les figures royales, au réalisme sincère, à la noble simplicité. La technique, à la mode à Paris, sert aussi pour les vitraux (ceux de Jean de Berry à la Sainte Chapelle de Bourges) comme pour les miniatures (Heures de Jeanne d'Évreux, New York, Metropolitan Museum of Art).

Monochrome pour Carême...

Provenant peut-être des biens royaux, Le Parement, par son format, ses matériaux, sa technique et son iconographie, appartient à une "chapelle" : réunions de vêtements des officiants et décors d'autel, elles sont "entières" (ou "complètes"), donc d'usage exceptionnel, ou "cotidiennes". Essentielles dans les cathédrales ou les trésors d'églises, éléments d'apparat dans les maisons royales, elles sont nécessaires au trousseau d'une noble dame. La plupart en soie, d'armures variées (camocas, tissus d'or, satin, velours, samit), beaucoup étaient enrichies de broderies colorées, de fil d'or ou d'argent, parfois de perles ou de pierres précieuses. En raison de ses scènes, de ses teintes et de ses dimensions, Le Parement ornait sans doute le dos d'un autel pour les fêtes ordinaires du Carême, chaque type de cérémonie ou moment de l'année liturgique correspondant à des couleurs précises. Plus souvent sur soie cendrée, blanche ou violette, les chapelles de Carême, souvent décorées d'ornements, de devises ou d'emblèmes, portent parfois des scènes narratives que leur fonction et leur emplacement déterminent. Conçues dans un ensemble iconographique large et un programme visuel, celles du Parement complétaient les vêtements et la mitre.

... et pièce unique

Peindre à l'encre noire sur soie ne pardonne pas : la composition du Parement, au préalable planifiée, comporte quelques repentirs dans les portraits, mais ses habiles artifices sont quasi atteints exclusivement par la main de l'artiste. La présence d'un texte sur le livre de la Reine, alors que celui du Roi demeure vierge, est difficile à expliquer. L'utilisation de lignes permet de définir les formes architecturales, décrire les textures et les matériaux comme les éléments décoratifs, tandis que les effets de modelé et de reliefs des figures sont rendus par des lavis doux d'encre de densités diverses.

Bibliographie

- Paris 1400. Les arts sous Charles VI, cat. exp., Paris, musée du Louvre, 26 mars - 12 juillet 2004, pp. 47-48, notice 8.

- NASH Susie, "The Parement de Narbonne : Contexte and Technique", in The Fabric of Images, sous la direction de C. Villlers, Londres, Archetype Publications, 2000, pp. 77-87.

- BARON Françoise, Les fastes du gothique, cat. exp. Paris, Galeries Nationales du Grand Palais, 1981, pp. 371-373, notice 324.

Cartel

  • JEAN D'ORLEANS

    Le Parement de Narbonne

    Boilly, Jules

  • achat , 1852

    371121

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet