Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le roi Assurbanipal sur son char et prisonniers élamites

Œuvre Le roi Assurbanipal sur son char et prisonniers élamites

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Le roi Assurbanipal sur son char et prisonniers élamites. Episodes de la campagne d'Elam

© 2003 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Patricia Kalensky

Ce fragment du décor sculpté du palais de Ninive est une sorte de récit illustré de la campagne du roi Assurbanipal contre l'Élam, qui se termina par la prise et le pillage de Suse. Le roi, sur son char de triomphe, préside à une scène de déportation des populations vaincues. Le traitement réaliste et la minutie des détails sont caractéristiques de cet art narratif dont les artistes assyriens du VIIe siècle av. J.-C. nous ont livré de magnifiques exemples.

Ninive, capitale du grand roi assyrien Assurbanipal

Le règne d'Assurbanipal (669-627) est le plus long de l'époque néo-assyrienne et constitue l'apogée de cet empire qui s'étend alors sur une bonne partie de l'Asie antérieure. Cet impérialisme à outrance trouve toutefois ses limites vers la fin de son règne où l'on voit s'amorcer le déclin de l'empire qui prendra fin en 612 av. J.-C.
C'est le puissant Assurbanipal qui est figuré sur ce fragment de décor d'une salle du palais de Ninive. Il apparaît ici plus grand que les sujets qui l'entourent, debout sur son char royal, véhicule d'apparat surmonté d'un parasol. Le roi tient à la main un bouton de fleur dans un geste du cérémonial de cour des souverains assyriens et il est coiffé de la tiare tronconique assyrienne attestée depuis le règne d'Assurnazirpal II (883-859 av. J.-C.). L'équipage est suivi de dignitaires imberbes en robe de cérémonie : ce sont probablement les eunuques de l'entourage immédiat du roi, qui constituaient sa garde personnelle ou ses écuyers.

La campagne d'Élam

Sous le règne d'Assurbanipal, les conquêtes se succèdent. Des victoires sur l'Égypte sont relatées dans ses annales et après une bonne entente avec le pays voisin d'Élam, il part en campagne contre son ennemi jusqu'à prendre et piller Suse en 646. Le célèbre relief assyrien dit du "Banquet sous la treille" conservé au British Museum présente l'épisode où Assurbanipal et son épouse célèbrent la victoire tandis que la tête du roi élamite se balance à une branche.
La déportation des populations devient systématique. On assiste ici à un défilé de déportés élamites encadrés par l'armée assyrienne. Des hommes portant des ballots avancent, poussés par des soldats. Deux personnages tirent un chariot chargé, sur lequel sont installées deux femmes voilées de plus petite taille. Un enfant nu avance entre deux hommes. Les femmes et les enfants apparaissent rarement dans l'art assyrien. Leur présence est destinée à montrer que l'ensemble de la population est déportée et à témoigner de la faiblesse des populations vaincues, mais cela donne une émotion particulière à la scène.

Un style miniaturiste appliqué à un décor monumental

C'est à Ninive que se manifeste la dernière époque de l'art monumental assyrien. L'art narratif, inauguré par Sargon II dans sa capitale de Khorsabad (AO 19886 ; AO 19888-19891), y atteint ici son apogée. Les orthostates de pierre deviennent le support privilégié pour illustrer l'épopée royale. Ainsi le siège de Lakish ou ici la campagne d'Élam sont évoqués dans des scènes disposées le plus souvent conventionnellement en registres, où les détails du paysage et des personnages sont rendus avec beaucoup de minutie.
Ici, les artistes ont cherché à représenter au registre supérieur la déportation massive du peuple vaincu, qui avance en rangs serrés, donnant une impression de foule. Le souci de la narration et de la véracité du détail les a également conduits à faire figurer au deuxième registre cet enfant tenu par la main vraisemblablement de son père.
Une certaine sensibilité se dégage de ces défilés de déportés dont les souffrances sont rendues par la qualité de la sculpture et par ce foisonnement de détails, même si les visages ne trahissent aucune émotion.

Bibliographie

- MATTHIAE Paolo, Ninive, Electa, 1998, p. 89 et 188.

- CHARPIN Dominique, "Grandeur et décadence", in Le Monde de la Bible, n 84, sept-oct 1993, p. 6.

- CAUBET Annie, "L'Art assyrien", in Le Monde de la Bible, n 84, sept-oct 1993, p. 24.

- Borne interactive du département des Antiquités orientales, 1993.

- BARNETT RICHARD David, Assyrian Palace Reliefs, The British Museum, 1970.

- BARNETT RICHARD David, BLEIBTREU E., TURNER G., Sculptures from the Southwest Palace of Sennacherib at Nineveh, The British Museum, 1998.

Cartel

  • Le roi Assurbanipal sur son char et prisonniers élamites. Episodes de la campagne d'Elam

    Vers 645 avant J.-C.

    Ninive, palais d'Assurbanipal, salle V1/T1

  • Albâtre gypseux

    H. : 1,63 m. ; L. : 0,77 m.

  • Don des autorités britanniques, 1855

    AO 19904

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie - Syrie du Nord. Assyrie : Til Barsip, Arslan Tash, Nimrud, Ninive
    Salle 6

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet