Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Serment de Ferdinand VII comme prince des Asturies dans...

Œuvre Le Serment de Ferdinand VII comme prince des Asturies dans l'église de San Jerónimo el Real, le 23 septembre 1789

Département des Arts graphiques : XVIIIe siècle

Le Serment de Ferdinand VII, dans l'église San Jeronimo el Real

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :
Grollemund Hélène

Ce dessin est l'oeuvre la plus exceptionnelle de Luis Paret par ses dimensions et pour l'importance de l'événement commémoré : le serment prêté par l'infant Ferdinand (1784-1833), futur roi Ferdinand VII, le 23 septembre 1789, dans l'église du monastère royal de San Jerónimo el Real de Madrid, où sont couronnés les rois d'Espagne. Cette oeuvre parfaitement documentée, créée en janvier 1790, fut présentée au roi Charles IV (1748-1819) avant la réalisation du tableau signé et daté de 1791.

Une oeuvre de commémoration

Le dessin est parfaitement documenté grâce au Diario ou aux Apuntes ("Notes") de l'ami de Paret, le graveur et lithographe Pedro González de Sepúlveda (1744-1815) : en janvier 1790, il rapporte que "Paret présenta son dessin du Serment du Prince, le Roi opinant que le Tableau soit de 9 pieds pour que les personnes du premier plan mesurent une tierce". Cette description correspond au dessin du Louvre, qui fut le modèle de présentation au roi Charles IV, père de Ferdinand VII, avant la réalisation du tableau signé et daté de 1791, aujourd'hui au Prado. La portée de l'événement fut telle, qu'elle donna lieu à la diffusion d'une lithographie, par le graveur français Asselineau, en 1829, reproduisant la peinture (Madrid, Museo municipal).

Une iconographie royale

Le roi Charles IV lui-même décida des changements visibles entre le dessin et la peinture. Mais dans les deux versions, Paret représente l'événement sous la forme de trois scènes successives. Au centre, Ferdinand, prince des Asturies, fait son entrée face à la cour, où les Grands d'Espagne sont du côté de l'Epître, et les membres du gouvernement et les dignitaires de l'Eglise du côté de l'Evangile ; puis, le prince se présente devant le cardinal Lorenzana, archevêque de Tolède et primat d'Espagne (1722-1804) ; enfin, il jure fidélité à son père et à la reine Marie-Louise de Parme (1751-1819), placés dans la tribune, à la croisée du transept, du côté de l'Epître. Sur les deux oeuvres, l'axe du tableau est orienté vers la prestation de serment du prince devant le patriarche de Tolède, comme pour affirmer la suprématie du pouvoir spirituel sur le temporel. L'iconographie de cette scène historique est d'origine royale : la source immédiate est une gravure du serment et de l'hommage de Philippe V (1683-1746) célébré à San Jerónimo el Real le 8 mai 1701, et un dessin de Charles Nicolas Cochin (1715-1790) pour le mariage de Louis, dauphin de France (1729-1765), avec l'infante Marie-Thérèse, en 1745 (Madrid, Biblioteca nacional).

Invention, grâce et délicatesse

Le modèle du Louvre se rapporte à la facture souvent privilégiée par Paret, c'est-à-dire une précision des détails rendus par des traits incisifs et fins, au pinceau et à l'encre de Chine, qu'il déploie avec un sens de l'équilibre spatial parfaitement maîtrisé dans une composition d'histoire, genre peu pratiqué par cet artiste, qui privilégia plutôt les dessins d'illustration et de scène de genre. Le lavis d'encre de Chine permet d'obtenir d'infinies nuances chromatiques, sans jamais contrarier la spontanéité du trait. Ces éléments correspondent au commentaire de Ceán Bermúdez (1749-1829), autre ami de Paret et auteur du Diccionario Histórico de los más illustres profesores de las Bellas Artes en España (1800), louant "l'invention", la "grâce" et la "délicatesse" de ses ornements. Ce sens de la précision rappelle l'art de la miniature et surtout celui de la gravure, puisque Paret fournissait des dessins aux graveurs.

Bibliographie

- BOUBLI Lizzie, in Revue du Louvre, 5/6, 1994, p. 100.

- BOUBLI Lizzie, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques : Ecole espagnole XVIe-XVIIIe siècles, Paris, RMN, 2002, notice 208, pp. 181-183.

- MORALES Y MARIN José Luis, Luis Paret : Vida y obra, Saragosse, 1997.

Cartel

  • PARET Y ALCAZAR Luis

    Le Serment de Ferdinand VII, dans l'église San Jeronimo el Real

    en 1790

    Galerie Paul Prouté

  • Plume et encres brune et grise, lavis d'encre de Chine, esquisse à la pierre noire, sur papier beige clair. Traits d'encadrements à la plume et encre de Chine. Collé en plein. Le dessin est accompagné d'un bandeau portant une inscription peinte à l'or, probablement de la main de Luis Paret, expliquant le sujet. Inscription à la plume, en bas à droite. Au verso, inscription à la pierre noire. Dessin restauré

    H. : 62.7 cm. ; L. : 47 cm.

  • achat

    4043408

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet