Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Silence

Le Silence

© 2010 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XIXe siècle

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Ce médaillon, créé en 1842, est une des œuvres les plus célèbres d’Auguste Préault, qui fut le sculpteur romantique par excellence. L’œuvre, réduite à sa plus simple expression, profondément creusée, fascine et terrifie à la fois. La figure funèbre au doigt posé sur les lèvres évoque la frontière infranchissable entre les Morts et les Vivants.

Une œuvre célèbre

Le modèle fut créé en 1842 pour la tombe de Jacob Roblès au cimetière du Père-Lachaise. Il fut exposé au Salon de 1849, le premier où Préault fut admis depuis 1833. Cette première commande funéraire de l’artiste est un coup de maître, qui obtint d’emblée un succès immense : reproduction par la gravure, au moins deux fontes en bronze, une douzaine d’épreuves en plâtre, dont celle du Louvre qui appartenait au peintre Paul Huet, un ami de Préault. D’autres artistes, le peintre Corot ou le photographe Nadar, en possédaient un exemplaire. L’œuvre inspira les peintres symbolistes comme Redon, Knoff et Lévy-Dhurmer.

Une œuvre stupéfiante

Le médaillon suscite une admiration mêlée d’effroi. Michelet estime que Préault a saisi « l’horreur de la fatale énigme, le sceau qui ferme la bouche au moment où l’on sait le mot ». Pour Gautier, « cette tête impassible, sinistre et mystérieuse produit l’effet de la Mort même ; elle épouvante, glace et stupéfie ». L’œuvre impressionne avec une grande économie de moyens. La composition vise à l’essentiel : une tête, une main. Le creusement profond du médaillon crée d’angoissants contrastes d’ombres et de lumières et donne l’impression que le visage surgit. La draperie linéaire qui enveloppe le visage comme un suaire, la structure osseuse du visage, la main maigre, les yeux mi-clos, renforcent le caractère mortuaire. Le Silence présente une parenté formelle avec une Miséricorde en bas-relief (détruite en 1983), sculptée par Jean de Vitry au XVe siècle dans la cathédrale de Saint-Claude (Jura). Le goût de Préault pour les sculpteurs anciens rend cette hypothèse plausible. L’œuvre fut diversement nommée : Préault la présente au Salon comme Masque funéraire, Charles Alexandre parle de "Sybille de la mort" en 1843, Théophile Gautier de "Méduse sépulcral"e en 1849. Vers 1867, elle reçut son titre actuel, Le Silence, dont l’iconographie, un index devant les lèvres, remonte à l’Antiquité.

Une rupture dans l'art funéraire

Par son évocation brutale de la mort, Le Silence rompt avec l’art funéraire développé depuis le début du siècle, dont le but était d’évoquer le défunt mais pas sa mort. Elevé dans le culte des grands hommes, David d’Angers, le maître de Préault, était l’initiateur d’un art descriptif, qui visait à glorifier le défunt par le portrait et des bas-reliefs relatant les moments essentiels de son existence. Préault au contraire marque la frontière infranchissable qui sépare le monde des morts de celui des vivants. Il veut cristalliser la douleur que suscite la disparition d’un être cher, et cherche à  provoquer une réaction brutale chez le spectateur. La tombe n’est plus un hommage public mais un témoignage d’affection à caractère privé.
Toutefois Préault adoucit la représentation par un bas-relief  placé sous Le Silence : deux colombes, images de l’âme, boivent à une coupe qui symbolise la source de mémoire. C’est un motif que l’on trouvait dans les mosaïques paléo-chrétiennes.

Bibliographie

- LEROY-JAY LEMAISTRE Isabelle , « Le Silence », in Nouvelles acquisitions du département des sculptures (1984-1987), Paris, 1988, n°35, pp.120-123.

-  LE NORMAND-ROMAIN Antoinette, Mémoire de marbre. La sculpture funéraire en France 1804-1914, Paris, 1995, pp.162-166.

- Auguste Préault, sculpteur romantique 1809-1879, catalogue  d'exposition, Paris, 1997, pp.115-117 et n°80, pp.154-157.

Cartel

  • Antoine Augustin dit Auguste PREAULT (1809 - 1879)

    Le Silence

  • Plâtre avec coutures

    H. : 0,40 m. ; L. : 0,41 m. ; Pr. : 0,19 m.

  • Collection Paul Huet, acquisition, 1985

    R.F. 3692

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Pradier
    Salle 32
    Vitrine 1

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet