Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Songe de Jacob

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le songe de Jacob

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Chabod Christine

Ce dessin remarquable, à la composition claire et équilibrée, allie le réel et le surnaturel avec une aisance magistrale dont Rembrandt, seul, eut le secret. L'ordonnance simple, l'intensité spirituelle, la facture hachée, voire brusque, que tempèrent des touches de blanc posées avec délicatesse, en font un témoignage de l'innovation artistique de Rembrandt.

Une vision personnelle

Sur la route de Haran, le soleil s'étant couché, Jacob pose son bâton, son sac et sa gourde et, appuyé à une pierre, s'endort ; c'est alors qu'il a un songe. Il voit une échelle qui atteint le ciel et sa nuée d'anges, et Dieu, qui lui annonce le merveilleux destin de sa descendance et lui accorde sa protection (Genèse, 28-10/22). Jacob est endormi au centre de la composition, la tête reposant sur ses mains jointes, dans une attitude pleine de simplicité. Son bâton appuyé contre une souche d'arbre, sa gourde et son sac posés à terre, composent à droite une nature morte, humble et familière. Dans la partie supérieure gauche, deux anges aux ailes déployées apparaissent à Jacob et s'inclinent vers lui. De ce passage de l'Ancien Testament, l'artiste nous livre une interprétation très personnelle. L'échelle jetée entre le ciel et la terre n'existe pas mais deux anges aux ailes déployées se penchent vers le dormeur tandis qu'aux détails familiers répond l'intense spiritualité des envoyés de Dieu.

Une datation controversée

Accepté à l'unanimité par les historiens de Rembrandt comme une oeuvre autographe, ce dessin est en général situé dans une période comprise entre 1635 et 1642. La date de 1644 a également été proposée en raison d'analogies stylistiques avec la feuille du Bon Samaritain conservée à Berlin (Kupferstichkabinet) et datée de 1644 : son graphisme présente des motifs en zigzag, proches de ceux de la feuille du Louvre. Il a enfin été situé dans les années 1638-1642 et rapproché du dessin de Rotterdam (musée Boymans), dont l'iconographie similaire présente quelques variantes, notamment l'intervention d'un groupe d'angelots au centre. La facture y est plus hésitante et l'on peut penser que cette oeuvre dérive de celle du Louvre. Le type de hachures suggérant les ombres, le traitement du tronc d'arbre, des mains et des visages renvoie sans conteste aux oeuvres de Rembrandt de la même période. La datation des années 1641-1645 semble donc l'hypothèse la plus prudente.

L'avis des amateurs...

Cette feuille a été particulièrement admirée au XVIIIe siècle en France ; elle a été gravée par le comte de Caylus et devint même la propriété du collectionneur Mariette dont la juste attribution à Rembrandt est inscrite sur le cartouche du montage bleu de sa collection, qui a été conservé. Ne mettant au XVIIIe siècle rien au-dessus du grand style des Carrache et de Poussin, les amateurs n'ont pu qu'être surpris par un tel dessin. Mariette ne reconnaissait en Rembrandt "ni la justesse des proportions ni la noblesse des expressions". Réflexion sévère de la part d'un collectionneur qui possédait onze dessins du maître et qui n'a pu rester insensible à la qualité de cette oeuvre exceptionnelle.

Bibliographie

Bacou Roseline, Dessins du Louvre, écoles allemande, flamande, hollandaise, Paris, Flammarion, 1968, notice 81.
Bacou Roseline, in Rembrandt et son temps. Dessins des collections publiques et privées conservées en France, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, février-avril 1970, notice 194.
Sérullaz Arlette Calvet, in Le cabinet d'un grand amateur P.-J. Mariette (1694-1774) : dessins du XVe siècle au XVIIIe siècle, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, avril-décembre 1967, notice 192.
Starcky Emmanuel, Rembrandt et son école : dessins du musée du Louvre, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, octobre 1988- janvier 1989, notice 30.

Cartel

  • REMBRANDT Harmensz van Rijn

    Le songe de Jacob

  • Plume et encre brune, la vis brun, corrections de blanc. Annoté à la pierre noire, en bas à droite : 'R 13'.

    H. : 24.9 cm. ; L. : 20.7 cm.

  • acquis pour le Cabinet du roi

    3922881

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Mini-site

Voir le mini-site Rembrandt, dessinateur.