Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Spartiate Othryadès expirant

Œuvre Le Spartiate Othryadès expirant

Département des Sculptures : Pays de l'Europe du Nord

Le Spartiate Othryadès mourant

© Musée du Louvre/P. Philibert

Sculptures
Pays de l'Europe du Nord

Auteur(s) :
MONTALBETTI Valérie

Othryadès est ce héros spartiate seul survivant d'un combat, qui se tue pour ne pas survivre à ses camarades. Juste avant de mourir, il grave sa victoire sur son bouclier. Le modelé nerveux de la terre cuite rend bien la tension du corps dans cet ultime sursaut d'orgueil. Cette esquisse prépare le plâtre que Sergel, sculpteur suédois auréolé de sa renommée à Rome, présenta en vue de son agrément à l'Académie royale de peinture et de sculpture à Paris en janvier 1779.

Un héros spartiate

Othryadès est un héros spartiate, seul survivant d'un combat qui a opposé trois cents Spartiates à autant d'Argiens pour la possession de la ville de Thyréa. Vainqueur, il se tue pour ne pas survivre à ses camarades. L'épisode est tiré d'un récit d'Hérodote, le grand historien grec du Ve siècle av. J.-C. La statuette montre Othryadès expirant. Dans un dernier effort, avec son épée brisée, il grave sur son bouclier un "J'ai vaincu" adressé à Zeus, le dieu des trophées. Ce fait n'est pas raconté par l'historien : il vient peut-être d'une assimilation tardive avec l'histoire de Léonidas, autre héros spartiate, inscrivant sa fière devise avant de mourir pour l'honneur de sa patrie.

Une énergie farouche

Sergel, formé en Suède par un sculpteur français, part à Rome de 1767 à 1778, où il découvre l'art antique et les maîtres de la Renaissance. Ses oeuvres sont profondément marquées par ces modèles, mais le Suédois y imprime une tension nouvelle. Le nu athlétique d'Othryadès relève de la tradition antique des héros. La tête souffrante rejetée en arrière s'inspire de l'antique Alexandre mourant (Florence, musée des Offices). Pour l'allure générale, Sergel se souvient de la posture d'Héliodore, dans la fresque de Raphaël au Vatican, Héliodore chassé du Temple. Mais il imprime à son guerrier une énergie farouche, bien rendue par le modelé nerveux et enlevé de l'esquisse. La surface bosselée traduit la tension des muscles. Les disproportions anatomiques renforcent l'expression. L'immense main agrippée au sol et l'épaule gauche déformée et saillante expriment l'effort ultime pour soulever son corps. Le poing qui grave la victoire est démesuré. Sur la terre cuite de couleur beige rosé, quelques taches de vermillon pur évoquent le sang du héros.

Un Suédois à Paris

La statuette est une esquisse pour un plâtre (aujourd'hui perdu) que Sergel présenta pour être agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture à Paris en janvier 1779. Le sculpteur s'était acquis à Rome une renommée qui avait conduit le roi de Suède Gustave III à le rappeler dans son pays. Avant de regagner sa terre natale, il séjourna près d'une année à Paris. Certaines oeuvres, exécutées à Rome pour de prestigieux amateurs français, tels Madame du Barry (maîtresse de Louis XV) ou le baron de Breteuil, l'avaient déjà précédé. Le caractère fier et noble d'Othryadès correspond assez à celui de l'artiste suédois qui estimait méritée son élection à l'Académie. Si il existe une autre statuette en terre cuite plus grande et plus aboutie (Nationalmuseum de Stockholm), on ne connaît aucune transcription en marbre de cette oeuvre.

Bibliographie

- DRAPER James D. (dir.), OLAUSSON Magnus, SCHERF Guilhem, L'Esprit créateur de Pigalle à Canova. Terres cuites européennes 1740-1840, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2003, n 17, p. 61-64.

- DASSAS Frédéric ( dir.), L'Invention du sentiment. Aux sources du romantisme, Musée de la musique, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 2002, n 19 (notice de Dominique de Font-Réaulx).

- La Révolution française et l'Europe 1789-1799, Galeries nationales du Grand Palais, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1989, n 396.

- La Révolution française à l'école de la Vertu antique, 1775-1796, Montauban, Musée Ingres, 1989, n 36.

- Bulletin des musées, 1er octobre 1923, p. 247.

Cartel

  • Johan Tobias SERGEL (Stockholm, 1740 - Stockholm, 1814)

    Le Spartiate Othryadès mourant

    Vers 1779

  • Terre cuite

    H. : 0,20 m. ; L. : 0,36 m. ; Pr. : 0,25 m.

  • Acquisition, 1923

    R.F. 1786

  • Sculptures

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Galerie Thorvaldsen
    Salle E
    Vitrine 2

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Esquisse (pour un plâtre aujourd'hui perdu que Sergel présenta en vue de son agrément à l'Académie royale de peinture et de sculpture à Paris en janvier 1779)