Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Trône de Grâce

Œuvre Le Trône de Grâce

Département des Peintures : Peinture hollandaise

La Sainte Trinité avec Dieu le Père soutenant le Christ

© 2001 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Panneau central d'un triptyque dont le volet droit est R.F. 1482.
A dater vers 1510 - 1515. Interprétation archaïsante et relativement personnelle d'une fameuse Trinité de Campin connue par diverses dérivations (Louvain, Bruxelles).

Une commande privée

Le Trône de Grâce est le panneau central d’un triptyque, dont le Louvre conserve également le volet droit, peint sur les deux faces et donné, en 1902, par Claude Lafontaine. L’œuvre a été commandée par Antoine d’Averhoult et sa femme Barbe van Coudenberg et provient de l’église Saint-Denis à Saint-Omer où le couple possédait probablement une chapelle. Le volet droit porte la signature du peintre sur le galon du manteau de Madeleine. Cette inscription qui fait parler l’œuvre dit : « Colijn de Coter m’a peint à Bruxelles, dans la région du Brabant. »

« Coliin de Coter pingit me in Brabancia Bruselle »

Originaire d’Anvers, Cotter passe l’essentiel de sa carrière à Bruxelles, dont il a apposé le nom, à côté de sa signature, sur le tableau du Louvre. Ses figures monumentales et le schéma de ses compositions révèlent une importante influence de Van der Weyden et de Robert Campin. La leçon de ce dernier est particulièrement visible dans le panneau présenté ici, où l’ampleur des figures est accentuée par une forte frontalité et des volumes fermes et amples. Les harmonies de tons sont toutefois plus contrastées et contribuent à rendre, dans ses réalisations religieuses de grande envergure, un lyrisme issu de Van der Goes, considéré comme son maître spirituel. L’artiste, dont l’activité s’étend de 1479 à 1510, paraît archaïsant dans ses choix esthétiques et marque un renouveau d’intérêt pour les peintres de la première moitié du XVe siècle.

Une iconographie traditionnelle

L’organisation de l’iconographie est traditionnelle. Sur le panneau central est représentée la Trinité céleste avec Dieu le Père qui porte le corps du Christ mort. Dans l’angle formé par leurs deux têtes apparaît la colombe du Saint-Esprit. Ces figures puissantes et frontales sont entourées de quatre anges. Le tout est modelé par une forte lumière qui accentue l’aspect dramatique et grandiose du sujet et le transforme en une véritable apparition. Le volet droit présente les trois Marie en pleurs vêtues de riches habits aux couleurs vives. Au revers, sainte Barbe, debout à côté d’une tour, fait référence à la femme du donateur dont elle est le saint patron. A ses pieds sont peintes les armes d’Antoine d’Averhoult. Dans le volet perdu devait certainement figurer le patron de ce dernier, saint Antoine, au revers et sur la face, des personnages masculins, souvent associés à la descente de Croix, tel saint Jean.

Cartel

  • Colijn de COTER (Bruxelles ?, 1450-1455 - Bruxelles, 1539-1540)

    La Sainte Trinité avec Dieu le Père soutenant le Christ

  • H. : 1,67 m. ; L. : 1,18 m.

  • Panneau central acquis en 1889Volet droit donné en 1902 par C.-L. Lafontaine

    Volet droit : Les Trois Marie en pleurs ; au revers : Sainte Barbe.Signé sur le galon du manteau : Coliin de Coter pingit me in Brabantia Bruselle.

    R.F. 534

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet