Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Les Chevaux d'Apollon pansés par les tritons

Œuvre Les Chevaux d'Apollon pansés par les tritons

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Les Chevaux d'Apollon

© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Cette terre cuite est la maquette d'un grand marbre placé dans le parc de Versailles, auprès du groupe de Girardon, Apollon servi par les nymphes. L'équilibre classique de la composition se concilie avec une verve baroque : violence du cheval qui se cabre, élan brutal des tritons. Les courbes mêlées des corps créent une atmosphère tourbillonnante.

La maquette d'un grand marbre

Ce petit groupe de terre cuite est la maquette d'un grand marbre placé en 1672 dans la Grotte de Thétis du parc de Versailles (aujourd'hui dans le bosquet des Bains d'Apollon). Les Chevaux des frères Marsy faisaient pendant à ceux de Gilles Guérin, placés de chaque côté du groupe Apollon servi par les nymphes de François Girardon. La composition illustrait le repos d'Apollon après sa course diurne dans le char du soleil. Une gravure de Jean Lepautre de 1676 nous la restitue. La maquette est un don au Louvre du marchand d'art Paul Cailleux, effectué en 1946 par l'entremise du conservateur Carle Dreyfus.

Vitalité baroque et discipline classique

L'un des chevaux mord la croupe de son compagnon, qui se cabre de douleur. Le triton qui le pansait, divinité marine à tête et torse d'homme et queue de poisson, se dresse et lève le bras gauche pour le maintenir. L'autre triton présentait à l'animal une conque d'ambroisie, la nourriture des dieux de l'Olympe ; il recule brutalement le buste pour éviter un coup de sabot. La vitalité des figures, d'une verve proche du baroque italien, se concilie avec la discipline des classiques qui exige équilibre de la composition et unité d'action. Les quatre figures forment une composition circulaire harmonieuse, dans laquelle leurs mouvements fougueux s'équilibrent. Dans cet espace ordonné, les chevaux à la musculature nerveuse, le col élancé, la crinière frémissante, les naseaux et les yeux dilatés, piaffent avec l'énergie sauvage de coursiers qui tout le jour tirent le char d'Apollon dans le ciel. La réaction du cheval provoque un élan brutal du corps des tritons, qu'expriment la forte oblique des épaules et la cambrure du dos. Les courbes de leur corps et de leurs bras, l'ondoiement de leur queue et les sinuosités des coquillages créent une atmosphère tourbillonnante. Les tritons seraient l'oeuvre de Gaspard. Leurs corps aux muscles puissants creusant de profonds sillons s'inspirent du Torse du Belvédère (Vatican), auquel Gaspard consacra une conférence de l'Académie fin 1669. Ce fragment antique en marbre qui fascina artistes et amateurs, et, fait unique à l'époque, ne fut jamais complété, incarnait pour le sculpteur la quintessence de l'art grec. Les chevaux reviendraient à Balthazar. Il y a toutefois un véritable dialogue des figures : ainsi le corps du premier triton forme une spirale ascendante qui se poursuit avec l'encolure et la tête du cheval cabré.

Un succès immédiat et une influence durable

Le groupe eut un succès immédiat et valut aux Marsy la commande de la fontaine de Latone à Versailles. Le grand fabuliste français La Fontaine lui dédia quelques vers dans Les Amours de Psyché et de Cupidon (1668) après en avoir vu le modèle dans l'atelier. Les Chevaux d'Apollon influencèrent la conception de la statuaire équestre en France, comme l'attestent Les Chevaux de la Renommée d'Antoine Coysevox (1701-1702, musée du Louvre) ou Les Chevaux de Marly de Guillaume Coustou (1743-1745, musée du Louvre).

Bibliographie

- HEDIN Thomas, The Sculpture of Gaspard and Balthazar Marsy, Missouri, 1983, p. 41-52 et p. 133-139.

Cartel

  • Gaspard MARSY (Cambrai, 1624 - Paris, 1681)

    Les Chevaux d'Apollon

  • Terre cuite

    H. : 0,37 m. ; L. : 0,35 m. ; Pr. : 0,29 m.

  • Don Paul Cailleux, 1946

    R.F. 2578

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Vestibule des terres cuites du XVIIe siècle
    Vestibule
    Vitrine 1

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Mini-site

Voir le mini-site La Galerie d'Apollon.