Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Les Magnifiques Bâtiments de Versailles

Œuvre Les Magnifiques Bâtiments de Versailles

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Les Magnifiques Bâtiments de Versailles

© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

La nymphe des eaux de Versailles est allongée devant le parterre de l'Orangerie. Derrière coule l'eau de l'aqueduc de Maintenon.

Un monument prestigieux

Le maréchal de La Feuillade, homme de guerre fameux et courtisan habile, eut l’idée d’élever un prestigieux monument à la gloire de son roi. Il commanda au sculpteur Martin Desjardins une statue pédestre de Louis XIV en bronze doré, placée sur un haut piédestal de marbre, cantonné de quatre captifs et orné de bas-reliefs de bronze. Pour servir d’écrin à cet ensemble, il détermina la ville à ouvrir une vaste place, dont il fit dessiner le plan par l’architecte Jules Hardouin-Mansart. Son nom, la place des Victoires, rendait hommage au succès de la France lors de la guerre de Hollande, qui prit fin en 1679 avec la paix de Nimègue. Pour éclairer la place, le maréchal de La Feuillade fit élever quatre groupes de colonnes de marbre jaspé portant d’énormes fanaux de marine. Chaque fanal devait être orné de six médaillons en bronze, soit vingt-quatre au total, relatant les hauts faits du règne. Pour l’inauguration en mars 1686, on se contenta de médaillons en plâtre.

Une série de médaillons

Les médaillons furent dessinés par le peintre Pierre Mignard, modelés par le sculpteur Jean Regnaud (bien que désigné comme Jean Arnould dans les actes notariés) et fondus par un praticien connu, Pierre Le Nègre, actif à Versailles. Une série de six médaillons fut achevée en octobre, parmi laquelle Les Magnifiques Bâtiments de Versailles. La Feuillade connut ensuite des difficultés et seul un second fanal fut pourvu de médaillons. En 1699, l’éclairage fut supprimé et en 1718, les fanaux démontés et les médaillons dispersés. En 1825, la série du premier fanal fut achetée par le roi d’Angleterre George III, qui l’offrit à lady Conyngham. Ses héritiers la vendirent en 1980, occasion pour le musée du Louvre d’acquérir Les Magnifiques Bâtiments de Versailles. Huit médaillons provenant des pylônes sont exposés au musée du Louvre.

Prestige et classicisme

Au sein d’une iconographie surtout dédiée aux événements militaires ou diplomatiques, notre médaillon illustre l’importance que prend alors Versailles comme œuvre de prestige. Une nymphe désigne le nouveau château, avec au premier plan l’Orangerie, tous deux réalisés par l’architecte Jules Hardouin-Mansart. Le chantier est à peine achevé et le sol informe : seuls deux parterres de Le Nôtre sont esquissés. En haut à gauche est figuré l’ancien château médiéval. Derrière la nymphe, un aqueduc coudé représente la canalisation des eaux de la Seine jusqu’à Versailles depuis la machine élévatrice de Marly. La nymphe, souple et longiligne, accoudée sur une urne d’où s’écoule l’onde, évoque La Nymphe de Fontainebleau par Benvenuto Cellini (musée du Louvre), sculpteur florentin du XVIe siècle invité à la cour de François Ier à Fontainebleau. Son canon est cependant plus classique. La jeune divinité est le seul élément en fort relief dans une composition qui reste très picturale. Le sculpteur établit les différents plans par l’étagement des bâtiments et non par le dégradé des reliefs ou les inflexions du modelé. La qualité de la fonte et de la ciselure est remarquable.

Bibliographie

- BRESC Geneviève, « Les Magnifiques Bâtiments de Versailles de Jean Arnould ou Regnaud », in Nouvelles acquisitions du département des Sculptures (1980-1983), Paris, 1984, pp.51-53.

- Chefs-d’œuvre du musée du Louvre. Bronzes de la Renaissance à Rodin, catalogue de l’exposition, Tokyo, Metropolitan Art Museum, 1988, pp.233-34.

- BRESC Geneviève,  « Le décor de la place des Victoires », in Feuillets du Louvre, 1989, n° 5.01.

- BRESC Geneviève,  « Louis XIV, place des Victoire », in Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, DAAVP, Paris, 1999, pp.64-68.

Cartel

  • Pierre LE NEGRE (fondeur connu en 1682 - 1699)

    Les Magnifiques Bâtiments de Versailles

  • Acquisition, 1980 , 1980

    Médaillon en bronze provenant d'un pylone d'éclairage de la place des Victoires

    R.F. 3466

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Entresol
    Cour Puget
    Cour

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet