Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Les Trois Grâces

Œuvre Les Trois Grâces

Département des Peintures : Peinture française

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Les Trois Grâces

© 1987 RMN / Christian Jean

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Michèle Perny

Les Trois Grâces est un tableau tout à fait révélateur du goût pour l’Antiquité dont s’enticha le XVIIIe siècle français. Regnault interprète précisément dans cette œuvre, non sans une certaine maîtrise, une sculpture antique lui redonnant au passage les couleurs, le charme et l’attrait du vivant. Parmi les représentations les plus célèbres de ce groupe, figurent celles de Raphaël, le Printemps de Botticelli, l’œuvre de Rubens, ainsi qu’un groupe sculpté de Canova.

Un sujet mythologique…

Ce tableau présente trois divinités de la mythologie grecque antique dites Les Grâces, en grec les Charites, à l’origine divinités de la nature, considérées généralement par la suite comme les compagnes de l’incomparable Aphrodite, ou Vénus, déesse de l’Amour et de la Beauté. C’est la poésie, la tradition littéraire également, qui imposa bientôt le chiffre de trois pour le groupe de ces Grâces, appelées respectivement Euphrosine, Thalie et Aglaé. Censées représenter la beauté, la séduction, la créativité humaine, éternellement jeunes, belles et représentées dénudées, elles tenaient à l’origine des attributs comme les pommes, la myrte ou les roses. Dans ce tableau, la pose, inspirée d’un marbre antique conservé à Sienne à la Libreria Piccolomini du Dôme, est reprise à la lettre : la nymphe du milieu est vue de dos, celle de gauche est de face, la tête tournée sur le côté, celle de droite est de profil, la tête vers le spectateur, comme s’il s’agissait d’une seule et même figure dont le spectateur embrasserait d’un seul regard tous les séduisants aspects. Elles semblent d’ailleurs liées entre elles, se tenant par la taille ou par le cou, formant une chaîne, une ronde presque, dans un enlacement très gracieux.

… d'un néo-classicisme triomphant

Un modelé velouté, allié à une sinuosité des formes et un coloris lumineux caractérisent cette œuvre et la manière même de ce peintre en général. Mais la mythologie sert en quelque sorte ici de prétexte à représenter, en trois poses gracieuses, des jeunes femmes aux chairs blanches légèrement rosées rehaussées par le fond sombre piqué de quelques fleurs minuscules. Le contraste entre l’ombre et la lumière, la ligne épurée « à la grecque », trahissent un néo-classicisme manifeste à l’expression séduisante et presque trop parfaite.

Les aléas de l'histoire et un parcours brillant

En 1764, Jean-Baptiste Regnault suivit d’abord son père parti avec l’espoir de faire fortune en Amérique, puis s’engagea comme mousse dans la marine marchande. De retour en France à la mort de son père, remarqué par ses dispositions pour le dessin, il entra alors dans l’atelier du peintre Jean Bardin, qu’il accompagna bientôt à Rome en 1768. Là, il fréquenta les cercles artistiques et les premiers théoriciens du néo-classicisme. En 1776, il remporta le premier prix de Rome et repartit en Italie comme pensionnaire du Roi. Après son retour en 1783, il fut reçu à l’Académie, et nommé membre de l’Institut en 1795. Par la suite, il forma de nombreux élèves dans son atelier. Jacques-Louis David (1748-1825) fut son contemporain et grand rival. S’il traversa plusieurs régimes, de la Révolution à la Restauration, en passant par l’Empire (il fut fait baron de l’Empire), une grande variété caractérise son œuvre, qui reste malgré cela remarquablement constante dans son style et son expression. Qualifié de peintre d’histoire, portraitiste, il excella plutôt dans les oeuvres mythologiques, dont celle-ci est l’une des plus connues, représentations auxquelles il doit une grande part de sa célébrité.

Cartel

  • Baron Jean-Baptiste REGNAULT (Paris, 1754 - Paris, 1829)

    Les Trois Grâces

    1797 - 1798

  • H. : 2,04 m. ; L. : 1,53 m.

  • Legs Dr Louis La Caze, 1869 , 1869

    M.I. 1101

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    Vien
    Salle 53

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé et daté en bas à droite : Regnault an II