Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'Infante Marie-Thérèse (Madrid, 1638-Paris, 1683), future reine...

Œuvre L'Infante Marie-Thérèse (Madrid, 1638-Paris, 1683), future reine de France

Département des Peintures : Peinture espagnole

L'Infante Marie-Thérèse, future reine de France

© 2000 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture espagnole

Auteur(s) :
Michèle Perny

Portrait de la jeune infante Marie-Thérèse, future reine de France et épouse de Louis XIV, âgée ici d’une quinzaine d’années, réduit au buste et identique au portrait en pied conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Portrait d'une princesse

L’infante est représentée en buste de trois quarts tournée vers la gauche et son visage grave encadré d’une lourde perruque blonde garnie de plumes, de nœuds roses et de bijoux, se détache sur les plis d’un rideau vert. Le haut de sa robe formé d’un col empesé à larges festons bordé de deux rangs de perles, couvre ses épaules et se termine par une collerette blanche liserée de rose et gaufrée. Sur la poitrine, deux bijoux mêlés de nœuds, ainsi que sur l’épaule gauche, retiennent trois rangs de perles. Ses avant-bras s’arrêtent curieusement à la naissance des deux poignets.

Le peintre et son atelier

C’est à Velázquez que revint généralement l’exécution des portraits de la famille royale espagnole. En effet, à partir de 1623, année de l’installation définitive du peintre à la cour d’Espagne et durant les dix dernières années de son activité,  il réalisa de très nombreux portraits des princesses royales.
La présence à Vienne d’une réplique identique de ce portrait éclaire notamment le mode habituel du fonctionnement de l’atelier de Velázquez quant à l’exécution des portraits royaux, le maître réalisant lui-même un premier portrait, et l’atelier se chargeant des répliques requises, parfois commandées en de nombreux exemplaires,  sur lesquelles il arrivait cependant que le maître intervienne en personne. Pour le portrait de la future reine de France, l’atelier se servit ainsi probablement de l’exemplaire de Vienne, ce tableau figure d’ailleurs sur les inventaires royaux du Buen Retiro dès 1701.

Une intervention malheureuse

La malencontreuse coupure à la naissance des poignets de ce portrait, à la fois inhabituelle et presque étrange, serait due à l’initiative d’un officier du roi Joseph Bonaparte de découper le buste dans la toile originale du Palais Royal de Madrid lors de la retraite des français en 1812.
Si l’identification de ce portrait tel qu’il nous est parvenu, a parfois été mise en doute, si certains spécialistes y ont vu une esquisse pour le tableau de Vienne,  son excellente qualité a été toujours été reconnue. Elle se manifeste autant par la technique picturale que par l’éclat de son coloris. Le regard aux lourdes paupières et la bouche charnue y sont particulièrement expressifs et le traitement par touches rapides des ornements du costume est remarquable de vivacité et de luminosité.

Cartel

  • Diego VELÁZQUEZ (et atelier ?) (Séville, 1599 - Madrid, 1660)

    L'Infante Marie-Thérèse, future reine de France

  • H. : 0,71 m. ; L. : 0,60 m.

  • Legs Louis La Caze, 1869

    M.I. 898

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    La peinture en Espagne au XVIIe siècle
    Salle 30

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet