Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'intérieur d'une cuisine

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

L'intérieur d'une cuisine

© 1998 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Michèle Perny

Reprenant les thèmes chers à la peinture de genre et à l’Ecole du Nord du XVIIe siècle, ce tableau de Martin Drölling, peint en 1815, remporta un indéniable succès au Salon de 1817, au point de voir son exposition au Luxembourg se prolonger bien après la mort de l’artiste cette même année. Et d’une manière inévitable, cet « Intérieur d’une cuisine », par son ambiance, fait écho à ces moments sereins d’intimité domestique baignée d’une lumière limpide si souvent représentés par les maîtres flamands et hollandais.

Une scène de genre

La scène se passe dans une cuisine rustique, éclairée dans le fond, au centre, par une haute fenêtre ouverte sur un large pan de ciel clair et sur des frondaisons. Assise devant la croisée, une jeune fille, les pieds posés sur une petite chaise, a soudain relevé la tête de son ouvrage, comme à l’arrivée de quelqu’un. Une femme sur une chaise, vue de dos, une pièce d’étoffe rouge à la main, se retourne vers le spectateur. Sur le dallage, une enfant, après avoir abandonné sa poupée et très occupée à taquiner un chat, est à ses pieds près d’un panier. Un rideau joue avec la lumière qui se coule en oblique dans toute la pièce tout en modelant au passage les ombres des personnages en contre-jour et le contour des objets dont on devine certains à gauche dans la pénombre d’une étagère. L’attitude, la pose et les vêtements des trois personnages, mais aussi les balais, les cuivres, une cruche qui sert de vase à quelques fleurs, une assiette abandonnée là, un linge plié, le bougeoir, tout rappelle ici l’atmosphère paisible des nordiques, la simplicité calme et silencieuse des intérieurs de Pieter de Hooch.

Deux pendants séparés

Cette représentation de la vie quotidienne « Intérieur d’une cuisine », a été associée à un pendant intitulé « Intérieur d’une salle à manger », reprenant la même composition dans un logement bourgeois. Ces deux tableaux d’intérieur furent ainsi exposés ensemble au Salon de 1817, réunis puis séparés aussitôt et ce, définitivement. Ici, avec réalisme et minutie, les objets domestiques quotidiens et le mobilier rustique encadrent les personnages en présence, dans cette tendance au trompe-l’œil qui fut très courante chez ce peintre. La fenêtre ouverte dans le fond du tableau donne une réelle profondeur à l’espace et le regard des deux personnages féminins, tournés dans la direction du spectateur de la scène, invite à une connivence aussi instantanée qu’inattendue avec ce petit univers intime. Mais justement, cette peinture intimiste de la classe moyenne, par ailleurs peu représentée au début du XIXe siècle en France, ne manquera pas un peu plus tard d’excéder les peintres de l’école réaliste. Une certaine froideur, une manière trop lisse d’envisager cet espace familier furent reprochées à cette évocation qui caractérise pourtant bien son auteur et son temps.

Drolling et la littérature

L’écrivain  Honoré de Balzac connaissait l’existence du peintre Martin Drölling, pourtant peu connu du grand public à cette époque, et l’a même cité à deux reprises dans deux des œuvres de La Comédie humaine  : « La Femme de trente ans » et « Pierre Grassou ». Ce qui l’avait séduit dans cette peinture était sans doute la représentation minutieuse d’intérieurs si présents dans ses propres descriptions littéraires, et si proches de cet univers lisse et rempli de détails. La tendance de l’époque était à la peinture de genre et à la description d’univers intérieurs dans le domaine littéraire et ces deux espaces  entrèrent un temps en concordance, comme peut en témoigner cette toile de Drölling.

Bibliographie

- Exposition : Balzac et la peinture. Tours, Musée des Beaux-Arts, du  29 mai au 30 août 1999. Commissaire : Philippe Le Leyzour

Cartel

  • Martin DRÖLLING (Oberhergheim (Haut-Rhin), 1752 - Paris, 1817)

    L'intérieur d'une cuisine

    1815

  • H. : 0,65 m. ; L. : 0,80 m.

  • Acquis au Salon de 1817

    INV. 4097

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    La peinture de genre autour de 1800
    Salle 57

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé et daté au pinceau et à la peinture brune en bas à gauche : Drölling pt. 1815