Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'invention des corps de saint Gervais et de saint Protais

Œuvre L'invention des corps de saint Gervais et de saint Protais

Département des Arts graphiques : XVIIe siècle

L'invention des corps de saint Gervais et de saint Protais

RMN-Grand Palais - Photo T. Le Mage

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Grollemund Hélène

Ce dessin est une étude pour L'Invention des corps de saint Gervais et de saint Protais par saint Ambroise (musée de Lyon), commandée à Philippe de Champaigne par les marguilliers de l'église parisienne de Saint-Gervais en 1657. Achevée en mars 1660, elle faisait partie d'une série de six tableaux qui décoraient le choeur de cette église et devaient être traduits en tapisseries (Paris, musée Galliera) exposées les jours de grandes fêtes.

De Le Sueur à Champaigne

Les marguilliers de Saint-Gervais-Saint-Protais, désirant embellir leur église, décidèrent en 1652 de faire exécuter six tapisseries célébrant leurs saints patrons. Les sujets avaient été choisis par le curé Charles-François Talon. Gérard Laurent, "conducteur des manufactures de tapysseries de haute lisse pour le roy", devait réaliser les tentures, tandis que Le Sueur fut choisi pour mener à bien cette commande. Sa mort en 1655 l'en empêcha et Thomas Gouffé, son beau-frère, acheva l'un de ses cartons. Les marguilliers chargèrent alors Sébastien Bourdon d'exécuter les quatre toiles restantes. Sans doute à cause du retard avec lequel il livra le premier tableau commandé, achevé seulement en 1657, et de son appartenance à la religion réformée, les marguilliers l'écartèrent et firent appel à Philippe de Champaigne. Bien que paroissien de Saint-Gervais et ami des Talon, celui-ci n'avait pas été sollicité auparavant, sans doute à cause de ses exigences financières. Il dut accepter les mêmes prix que son prédécesseur, mais les marguilliers lui laissèrent huit mois au lieu de six pour peindre chaque carton et lui octroyèrent le droit de changer les sujets proposés.

Fidélité au texte

Champaigne a suivi le texte de la Légende dorée de Jacques de Voragine. Après avoir eu par saint Paul la révélation du lieu où étaient enterrés les jumeaux, saint Ambroise fit exhumer les deux corps. Ceux-ci sont étendus côte à côte dans un cercueil plat soulevé par un treuil. Au premier plan, un homme sur une échelle guide le cercueil sous lequel deux ouvriers glissent un rondin. À droite, saint Ambroise est agenouillé, les bras ouverts, les yeux au ciel. Il est entouré de prélats et de figures dont certaines portent des cierges, une croix et une crosse. L'émotion suscitée par l'événement est soulignée par les deux fidèles de l'extrême gauche, effrayés par la vue des corps mutilés. Les personnages, comme dans le tableau, sont disposés en frise, mais le jeu des bras et des têtes, la curiosité évidente des protagonistes ainsi que les deux personnages placés aux bords droit et gauche du dessin, formant repoussoir, confèrent à la composition un dynamisme auquel participe la lumière.

Un geste libre

Ce dessin préparatoire est une véritable première pensée jetée sur le papier avec une liberté et une vivacité qui en font un document précieux pour notre connaissance de Champaigne dessinateur. C'est, par ces aspects, l'un de ses meilleurs dessins et l'un de ceux où il a fondu le plus heureusement ses emprunts faits à des sources très diverses : l'Antique, Raphaël, les Vénitiens et les Caravagesques, les Bolonais et Poussin. La comparaison avec l'oeuvre définitive souligne qu'en passant de l'esquisse à la composition achevée, Philippe de Champaigne, comme tous ses contemporains français, évolue de la verticalité à l'horizontalité, du mouvement au calme, du contraste à l'égalité des lumières et des ombres, de la fougue à la retenue.

Bibliographie

- Dessins français du XVIIe siècle : artistes contemporains de Poussin, cat. exp. Paris, Musée du Louvre, 1960, n 31.

- DORIVAL Bernard, Philippe de Champaigne, cat. exp. Paris, musée de l'Orangerie, 1952, n 55.

- DORIVAL Bernard, Philippe de Champaigne, 1976.

- PERICOLO Lorenzo, Philippe de Champaigne, 2002, p. 274-280.

Cartel

  • CHAMPAIGNE Jean-Baptiste de

    L'invention des corps de saint Gervais et de saint Protais

  • Inscription sur deux lignes, en capitale dans le cartouche : Philippus De Champagne

    H. : 15 cm. ; L. : 27.2 cm.

  • 3919858

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet