Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Lion-gardien de l'entrée d'une chapelle du Sérapéum de Saqqara

Œuvre Lion-gardien de l'entrée d'une chapelle du Sérapéum de Saqqara

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Lion qui gardait l'entrée d'une chapelle du Sérapéum de Saqqara

© 1993 RMN / Christian Larrieu

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Élisabeth David

Avec ses allures de gros chat au repos, ce lion n'est pas conforme à l'idée qu'on se fait habituellement du redoutable sphinx égyptien. Ce modèle rare, imaginé sous le règne d'Aménophis III vers 1400-1350 av. J.-C., est surtout connu par des statues du IVe siècle av. J.-C. ou plus tardives. Provenant du Sérapéum de Saqqara, le lion du Louvre forme une paire avec un félin symétrique, qui accueillait les visiteurs au premier pylône du temple.

Un félin débonnaire

Le lion est couché, l'arrière-train affaissé sur le flanc droit, la queue ramenée en arrondi devant le corps. Sa patte avant droite est retournée, coussinets vers le ciel, la patte gauche croisée par dessus. Les extrémités des pattes arrière sont également posées l'une sur l'autre. La tête levée est tournée vers la gauche, les yeux (où il reste des traces de peinture foncée) fixant les visiteurs qui se dirigeaient vers le monument. La posture générale évoque avec naturalisme un félin au repos, détendu, néanmoins aux aguets.

Un modèle peu répandu

Cette représentation originale de lion apparaît pour la première fois à Soleb en Nubie, au temple jubilaire d'Aménophis III, en version colossale (un peu plus de deux mètres de long !). Un minuscule lion couché dans la même position, mais tirant la langue, orne aussi le couvercle d'un pot à onguent en "albâtre" de Toutânkhamon. Ensuite le modèle n'est réutilisé que bien plus tard, sans doute pas avant la 30e dynastie : deux exemplaires symétriques au nom de Nectanébo Ier, en granodiorite, sont de provenance inconnue. Ils ont été trouvés à Rome, où ils étaient déjà présents au XIIe siècle ap. J.-C. Des lions identiques auraient bordé le dromos du temple de Behbeit el-Haggar, dans le Delta. Quant aux quatre animaux en calcaire découverts à Saqqara, et dont trois sont conservés au Louvre, ils sont vraiment très semblables à ceux de Nectanébo. Totalement anépigraphes, ils datent probablement des aménagements du Sérapéum dus aux rois de la 30e dynastie.

Bibliographie

Catalogue de l'exposition Egyptomania, Paris, 1994, p. 345-347

Cartel

  • Lion qui gardait l'entrée d'une chapelle du Sérapéum de Saqqara

    378 - 361 avant J.-C., règne de Nectanébo Ier (30e dynastie)

  • calcaire

    H. : 0,56 cm. ; l. : 1,24 m. ; L. : 0,45 m.

  • N 432 B

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Le parvis du temple
    Salle 11

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet