Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'Ombre de Samuel apparaissant à Saül chez la pythonisse d'Endor

Œuvre L'Ombre de Samuel apparaissant à Saül chez la pythonisse d'Endor

Département des Peintures : Peinture italienne

L'ombre de Samuel apparaissant à Saül chez la pythonisse d'Endor

© 1997 RMN / Daniel Arnaudet

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Stéphane Loire

Le sujet biblique est tiré du Premier Livre de Samuel (28, 6-14) : inquiet sur l'issue du combat qu'il s'apprêtait à livrer aux Philistins, Saül, roi des Israélites, consulta une magicienne qui convoqua l'ombre de Samuel. Terrifié, il apprit de cette ombre que Dieu l'avait abandonné et que David lui succéderait.

La magie et la Bible

Le thème biblique est tiré du Premier Livre de Samuel (28, 6-14). Inquiet sur sa destinée, Saül consulte une magicienne à Endor. Éclairée par le feu qu'elle attise, la pythonisse, au profil hideux, évoque l'ombre de Samuel. Celui-ci apparaît, son visage spectral à moitié englouti dans une draperie sinistre, semblable à un suaire. Ce fantôme immobile, arraché au tombeau par les formules de la nécromancie, donne une atmosphère lugubre et macabre à la scène. Il annonce que Dieu va choisir David pour roi. Prosterné, Saül est terrassé d'effroi et ses gardes reculent d'épouvante. Au fond, à travers l'ombre, grouillent des formes fantastiques : têtes de chevaux décharnées, squelettes à ailes de chauves-souris ou hiboux aux prunelles phosphorescentes.

Romantique avant le romantisme

Les contours sont tracés avec force. Sombre et rehaussé de vifs éclairages sur les vêtements, le coloris laisse planer un mystère. Ce luminisme participe de l'atmosphère étrange et fantastique du tableau. Avec le contraste de l'envolée frénétique qui accompagne la pythonisse, l'apparition blanche confine au pathétisme. Tous les acteurs des rondes du sabbat sont maintenus dans une gamme sourde et confuse, où le pressentiment l'emporte sur la visibilité de la scène. Saül et ses compagnons sont relégués dans le tiers inférieur de la composition.
Cette oeuvre a été louée par les écrivains et poètes du XIXe siècle. Séduit par le romantisme visionnaire de l'artiste, Théophile Gautier a admiré le caractère théâtral et fantastique de ce tableau.

Une oeuvre de son époque

Fasciné par l'inconnu et les mystères de l'esprit, le peintre a souvent trouvé ses sujets de sorcellerie dans les milieux érudits qu'il fréquentait à Naples. Le développement de la magie était directement lié à celui des sciences modernes ou aux pratiques expérimentales permettant d'exalter le génie inventif et Rosa réussit ainsi à saisir la beauté dans la vision de l'horreur. Très admirée des contemporains, l'oeuvre fut exposée en 1668 dans l'église San Giovanni Decollato à Rome, au cours d'une exposition de tableaux d'art ancien où Rosa était le seul artiste vivant représenté.
Peintre mais aussi musicien et poète, l'artiste composa en 1645 une ode satirique la Sorcière. Installé à Rome en 1649, l'époque à laquelle se rapporte ce tableau, Rosa demeura dans la Ville éternelle jusqu'à sa mort en 1673.

Cartel

  • Salvator ROSA (Naples, 1615 - Rome, 1673)

    L'ombre de Samuel apparaissant à Saül chez la pythonisse d'Endor

    1668 ?

  • H. : 2,73 m. ; L. : 1,93 m.

  • Collection de Louis XIV (acquis avant 1683)

    INV. 584

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Salvator Rosa
    Salle 13

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet