Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Marsyas supplicié

Œuvre Marsyas supplicié

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

The Flaying of Marsyas

© 2006 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier, Charlotte Lepetoukha

Le supplice de Marsyas témoigne du goût de l'art hellénistique pour le pathétique. Le silène se vantait d'être meilleur musicien qu'Apollon. Vaincu dans un concours musical, il est condamné à être écorché vif par un esclave scythe. Il attend, suspendu à un tronc d'arbre, le terrible châtiment. La scène s'inspire d'une oeuvre originale de la fin du IIIe siècle av. J.-C.

Un silène au supplice

Cette grande statue représente un silène, compagnon du cortège de Dionysos, dont la nature sauvage est indiquée par les oreilles en pointes, la chevelure hirsute et la queue de bête située au creux des reins. Les bras, liés à un tronc d'arbre par les poignets, portent suspendu le corps qui s'allonge et s'étire, et dont le ventre se creuse et les côtes font saillie. Le visage aux traits âgés est tendu, en proie à l'angoisse et à la douleur.

Le châtiment de Marsyas

On reconnaît une évocation du supplice de Marsyas. Devenu très habile à la flûte qu'il avait ramassée après qu'Athéna l'eut jetée, le silène avait eu l'impudence de défier Apollon dans un concours musical. Les muses ayant déclaré le dieu vainqueur, celui-ci punit Marsyas de son orgueil en le condamnant à être écorché vif par un esclave scythe.
Plusieurs répliques et reliefs témoignent de l'existence et de la popularité d'un groupe original illustrant ce thème et dont ils seraient les échos. Ils nous permettent d'en reconstituer la composition : en plus du Marsyas suspendu à l'arbre, il faut imaginer la présence à gauche d'un esclave accroupi, aiguisant le couteau du supplice et levant la tête vers le silène, qui lui rend son regard. A droite se tenait probablement Apollon, debout.

Pathétique pergaménien

L'œuvre est une copie romaine d'un original hellénistique créé à Pergame, en Asie Mineure, dans la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C. La légende de Marsyas avait déjà eu les faveurs des artistes du Ve siècle - on se souvient du groupe de Myron, représenté au Louvre par l'Athéna Ma 2208, qui figurait l'épisode précédant celui du concours musical et de son tragique dénouement. L'artiste hellénistique, lui, a choisi le court instant qui précède le supplice : le moment où victime et bourreau échangent un ultime regard et où la tension atteint son apogée.
Cette atmosphère dramatique correspond bien au goût pour le pathétique de l'école de Pergame. Le sujet est prétexte à une étude du visage et de l'anatomie, où les jeux d'ombre sur les surfaces bosselées d'un corps déformé par la douleur théâtralisent la scène et en accentuent l'effet pathétique.
Cette statue est également un formidable contre-pied à toutes les recherches de la sculpture grecque, qui, depuis le couros et en passant par le contrapposto du Ve siècle, avaient campé un corps debout puis étudié les conséquences musculaires. Ici, en représentant un corps suspendu, le sculpteur fait échapper son Marsyas à la pesanteur et au problème de la pondération. Le nu masculin s'en trouve complètement renouvelé : ce n'est plus la puissance qui est l'objet de l'étude, mais la surenchère musculaire au service d'une anatomie distendue.

Bibliographie

- BORBEIN A. H., "Die Statue des hängenden Marsyas", in Verlag des Kunstgeschichtlichen seminars, Hans Herter zum 75. Geburtstag, 1974, p. 37-52, fig. 9-12.

- WEIS A., The Hanging Marsyas and its copies, Rome, 1992, p. 185-187, n 32, fig. 17, 19 et 32.

- SISMONDO-RIDGWAY B., Hellenistic Sculpture, t. II, The University of Wisconsin Press, 2000, pp. 283-285.

Cartel

  • Marsyas supplicié

    Oeuvre romaine d'époque impériale (Ier-IIe siècle ap. J.-C.)

    Thermes de Dioclétien, Rome (Italie)

  • Ronde-bosse, marbre

    H. cons. : 1,26 m. ; H. totale : 2,56 m.

  • Ancienne collection Borghèse. Achat, 1807

    Inventaire MR 267 (n° usuel Ma 542)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Salle d'art grec classique et hellénistique
    Salle 17

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Le haut de l'arbre, différentes parties du corps de Marsyas, de même que la tête du bouc, sont des restaurations.