Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Mausolée du coeur de Louis de Cossé, duc de Brissac (1625-1661)

Œuvre Mausolée du coeur de Louis de Cossé, duc de Brissac (1625-1661)

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Mausolée du coeur de Louis de Cossé, duc de Brissac (1625 - 1661)

© 1997 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Comment ne pas céder au charme de ces deux petits génies à la fois si beaux et si tristes ? L'un d'eux contemple avec chagrin le coeur du duc Louis de Cossé-Brissac. Ils entourent une haute colonne richement ornée, éléments d'un monument du coeur du défunt. Dans cette oeuvre de jeunesse, Etienne Le Hongre, sculpteur promis à une carrière brillante à Versailles, s'inspire d'un monument royal du siècle précédent.

Un mausolée de marbre

Le mausolée consiste en une haute colonne de marbre blanc, sur laquelle sont sculptées quatre couronnes ducales et les chiffres du duc, L et C entrelacés, que domine un chapiteau corinthien orné de quatre aigles. La colonne était autrefois surmontée d'un vase de bronze doré, qui contenait le coeur du défunt. Deux génies funéraires, présentant des écus aux armes du duc, encadrent la colonne : une larme perle à l'oeil de l'un, tandis que l'autre contemple tristement le coeur du duc qu'il tient dans sa main gauche. Affligés, ils demeurent cependant gracieux, leur corps est balancé par un léger contrapposto et ceint d'un élégant drapé. Cet ensemble prenait alors place sur un piédestal de marbre noir portant trois épitaphes et était encadré sur trois côtés d'une enceinte en marbre, ornée de bas-reliefs. Ces bas-reliefs ont été arbitrairement remontés en 1843 sur un cénotaphe en l'honneur de Louis XIV, dans la crypte de la basilique de Saint-Denis.

Une oeuvre de jeunesse

Ce monument commandé en 1661 pour la chapelle d'Orléans de l'église des Célestins à Paris, est une oeuvre de jeunesse d'Etienne Le Hongre, élève de Jacques Sarazin, tout juste rentré d'un séjour de six ans à Rome, et qui, à partir des années 1670, s'illustra dans l'équipe des sculpteurs de Versailles. Le sculpteur s'inspira probablement du mausolée du coeur du roi François II, élevé au siècle précédent dans la même chapelle (aujourd'hui conservé à la basilique de Saint-Denis) : on retrouve le motif des génies autour d'une colonne, en pleurs, certes, mais charmants.

La renommée des monuments du coeur

Dans l'église des Célestins étaient érigés de célèbres monuments du coeur, conservés aujourd'hui au musée du Louvre : celui d'Henri II par Germain Pilon, celui du connétable Anne de Montmorency par Barthélemy Prieur (où trois Allégories entourent une colonne) et celui du duc de Longueville par François Anguier (où quatre Vertus flanquent une pyramide).

Bibliographie

- BEYER Victor, BRESC-BAUTIER Geneviève, La Sculpture française du XVIIe siècle au musée du Louvre, Bergame, Grafica Gutenberg, 1977, Paris, 1977, n. p.

- SOUCHAL François, French Sculptors of the 17th and the 18th centuries. The Reign of Louis XIV, t. IV, Oxford, 1993, p. 151.

Cartel

  • Étienne LE HONGRE (Paris, 1628 - Paris, 1690)

    Mausolée du coeur de Louis de Cossé, duc de Brissac (1625 - 1661)

  • Marbre

    H. : 3,50 m. ; L. : 0,46 m. ; Pr. : 0,46 m.

  • Provenant du musée des Monuments français, 1821 et avant 1855

    M.R. 1659, N. 15189, N. 15190

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Pont-au-Change
    Salle 19

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Contrat passé le 7 avril 1661 entre le beau-frère du défunt, Charles de La Porte, duc de La Meilleraye (1602-1664), et le sculpteur