Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Monument du coeur d'Henri II

Monument du coeur d'Henri II

© Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, Renaissance

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Trois jeunes femmes adossées dont les mains se joignent semblent esquisser une ronde très lente. Elles soutiennent une urne qui contenait le coeur du roi de France Henri II. Incarnation de la grâce, ces figures sont de Germain Pilon, l'autre grand sculpteur du XVIe siècle avec Jean Goujon. Le monument fut élevé par Catherine de Médicis pour son défunt époux.

Le monument au coeur

Commandé en 1561 par la reine Catherine de Médicis pour honorer son époux, le roi de France Henri II, mort à la suite d'une blessure dans un tournoi en 1559, il devait aussi recevoir le coeur de la reine. Il fut placé dans l'église du couvent des Célestins à Paris. Germain Pilon sculpta le groupe des Grâces, et l'Italien Dominique Florentin réalisa le soubassement triangulaire et donna le modèle de l'urne en cuivre (fondue à la Révolution, remplacée par une copie en bois doré).
Selon les usages de la monarchie française depuis le XIIIe siècle, le coeur du roi était placé dans une sépulture séparée dans une église de prédilection, tandis que le corps reposait à Saint-Denis. La tradition fut ravivée au XVIe siècle par la commande du roi Henri II au sculpteur Pierre Bontemps du Monument du coeur de son père François Ier, destiné à l'abbaye de Hautes-Bruyères (Yvelines, aujourd'hui basilique de Saint-Denis). Contrairement à la tradition, Bontemps ne sculpte pas une effigie du défunt, mais une urne richement décorée, dont les bas-reliefs profanes glorifient le fastueux mécène qu'était le roi.
Le monument d'Henri II pousse l'audace plus loin encore avec une ronde silencieuse de trois Grâces d'esprit païen.

Les trois Grâces

La conception du monument est peut-être due à Primatice. Responsable du chantier de Fontainebleau sous Henri II, il fut nommé directeur des sépultures royales par la reine. Le groupe des Grâces s'inspire sans doute d'un groupe antique de la triple Hécate. Il évoque aussi une cassolette dessinée par Raphaël pour François Ier, et gravée par Marc-Antoine Raimondi. On a beaucoup glosé sur la signification des Grâces. Pour les anciens Romains, elles symbolisaient la fidélité conjugale. Les inscriptions du soubassement, qui commémorent l'union indéfectible des deux époux, accréditent cette interprétation. Le monument légitime ainsi le rôle politique de Catherine de Médicis dans la direction du royaume.
Les religieux des Célestins, choqués par ces figures peu religieuses, s'empressèrent de les désigner comme les Vertus théologales.

Sculpture de la grâce

Pilon sculpta les trois femmes dans le même bloc de marbre, créant le sentiment d'un volume fuselé. Le thème, la tunique légère, l'élégance mesurée des gestes, la sérénité de l'expression, la régularité des visages font référence à l'Antique. L'esprit est toutefois différent. Pilon conçoit les corps comme d'immenses flammes. Il adopte le canon étiré du maniérisme : silhouette élancée, poitrine haute et menue, élongation du cou, mains et pieds effilés. Sur ce corps svelte et ferme la fine étoffe, tantôt gonflée tantôt plaquée, suggère l'ondulation de la flamme. L'artiste entaille profondément la matière et sculpte un drapé aux arêtes coupantes, qui accroche la lumière, rythme la surface et imprime le léger mouvement de la danse. Le jeu souple des bras souligne le sens de la ronde. L'extrême finesse du travail du marbre parachève la beauté du groupe.

Bibliographie

- BABELON Jean, Germain Pilon, Paris, 1927, pp. 16-19 et pp. 58-59.

- TERRASSE Charles, Germain Pilon, Paris, 1930, pp. 22-36.

- BEAULIEU Michèle, Description raisonnée des sculptures du musée du Louvre, tome 2, Renaissance française, Paris, 1978, pp. 126-128.

 - BASSETT Michele Beth, The Funerary patronage of Catherine de Medici : the tomb of Henri II, Heart monuments and the Valois chapel, thèse, Columbia University, 1999, pp. 23-33.

Cartel

  • Germain PILON (Paris, connu depuis 1540 - mort en 1590)

    Monument du coeur d'Henri II

  • Marbre

    H. : 1,50 m. ; L. : 0,75 m. ; Pr. : 0,75 m.

  • Provenant du musée des Monuments français, 1817

    M.R. 1591 A, M.R. 1591 B

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Pilon
    Salle 15 a

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet