Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Mosaïque du jugement de Pâris

Œuvre Mosaïque du jugement de Pâris

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art romain

Mosaïque de sol : le jugement de Pâris

© 2006 Musée du Louvre et AFA / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art romain

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette mosaïque décorait la salle à manger d'une riche maison romaine à Antioche, au IIe siècle ap. J.-C. Un rinceau de vigne et de lierre peuplé d'oiseaux sert d'écrin au légendaire jugement de Pâris : Hermès demande au jeune prince de présider au concours de beauté qui oppose les déesses Athéna, Héra et Aphrodite, qui l'emporte finalement. Par la richesse des coloris et la petite taille des tesselles, l'artiste a voulu rivaliser avec la peinture grecque hellénistique qui lui sert de modèle.

Un pavement de salle à manger

Cette mosaïque a été découverte en 1932 dans la maison de l'atrium, à Antioche. La ville, ancienne capitale du royaume de Syrie et actuelle Antakya en Turquie, a livré un ensemble remarquable de riches villas romaines décorées de mosaïques. Ce panneau s'intégrait au pavement de la salle à manger, refait peu après 115 ap. J.-C., suite au terrible tremblement de terre qui ravagea Antioche. Le triclinium est une salle de réception où les convives dînent à demi allongés sur des lits de banquet installés en "U" autour de la pièce. L'organisation du décor répond à la configuration de la salle et à la disposition des hôtes : plusieurs panneaux figurés ornent le centre de la salle et le seuil tandis que l'emplacement des lits est décoré plus sobrement de motifs géométriques. Les autres tableaux, aujourd'hui partagés entre divers musées, représentent un satyre, une ménade, un concours à boire entre Dionysos et Héraclès, et Aphrodite aux côtés d'Adonis.

Le jugement de Pâris

La mosaïque du Louvre était placée au centre du pavement. Le motif de l'encadrement est inspiré d'une mosaïque créée à Pergame, en Asie Mineure, pour le palais du roi Attale au IIe siècle av. J.-C. Réparti de part et d'autre de deux têtes, un rinceau de vigne et de lierre peuplé d'oiseaux et d'insectes sert d'écrin au légendaire jugement de Pâris, fils de Priam, le roi de Troie. Hermès, le messager des dieux, sollicite le jeune prince, qui gardait ses troupeaux dans la campagne escarpée du mont Ida, afin de désigner la plus belle des trois déesses : Athéna, la déesse de la Sagesse, qui porte l'égide, le casque et la lance ; Héra, l'épouse de Zeus, assise majestueusement au centre ; ou Aphrodite, qui, sûre de son succès, est appuyée avec désinvolture au rocher. La scène se déroule sous le regard d'Eros et de Psyché. Pâris récompense finalement Aphrodite pour son éclatante beauté en lui remettant la pomme d'or.

Un tableau de pierre inspiré par la peinture hellénistique

Par la richesse des coloris et la petite taille des tesselles, l'artiste a voulu rivaliser avec la peinture hellénistique qui lui sert de modèle. La composition de ce panneau s'inspire en effet d'une peinture grecque connue par une copie de Pompéi. La technique dite de l'opus vermiculatum, qui utilise de minuscules cubes de pierre et de pâte de verre, permet d'approcher les effets picturaux tels que les dégradés de couleurs et les jeux d'ombres et de lumière. Les mosaïstes de l'Orient hellénisé, imprégnés de la tradition de l'art grec, conservent l'habitude de composer de véritables tableaux de pierre, à l'imitation de la peinture. Le jugement de Pâris est un thème particulièrement prisé du répertoire antique. Pourtant, il a rarement été représenté en mosaïque : seul deux autres exemples sont conservés, à Cherchel en Algérie et en Roumanie.

Bibliographie

- Antioch, The Lost Ancient City, exposition du Worcester Art Museum (Massachusetts), Princeton, 2000, p. 62, pp. 172-174, n 58.

- DUNBABIN K. M. D., Mosaics of the Greek and Roman World, Cambridge University Press, 1999, pp. 160-166.

- POTVIN M., BARATTE Fr., L'image fragmentée : la mosaïque depuis l'Antiquité romaine, Paris, Musée du Louvre, 1994, p. 16, n 2.

- BARATTE Fr., Catalogue des mosaïques romaines et paléochrétiennes du musée du Louvre, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2000, p.87-92, n 43, fig. 83-85.

- LEVI D., Antioch Mosaic Pavements, Londres, Princeton Univercity Press, 1947, pp. 16-21.

- MOREY C. R., The Mosaics of Antioch, Londres, Stephen Peterson Books, 1938, p. 28-29.

- LASSUS J., Fouilles à Antioche, Gazette des Beaux-Arts, VIe série, IX, 1933, pp. 268-271.

Cartel

  • Mosaïque de sol : le jugement de Pâris

    115 - 150 après J.-C.

    Antioche sur l'Oronte (actuelle Antakya), Turquie. Maison de l'atrium

  • Marbre, calcaire et pâte de verre

    l. : 1,86 m. ; L. : 1,86 m.

  • Antioche, mission du Louvre et de l'université de Princeton, 1932Don, 1936

    N° d'entrée MND 1945 (n° usuel Ma 3443)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Art romain
    Salle 25

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet