Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>"N'excluons point, Amis, un habile convive"

Œuvre "N'excluons point, Amis, un habile convive"

Département des Arts graphiques : XVIIIe siècle

Scène de la comédie italienne : une pantomime

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :
Boyer Sarah

Lors d'un festin, Pierrot, Polichinelle et Mezzetin voient avec épouvante les banquettes sur lesquelles ils siègent s'élever brutalement. Par le même artifice, la table servie se dresse aussi. En bas, Scaramouche se renverse au moment où Arlequin, masqué, le menace de sa torche. Sur la droite, près d'un buffet, une femme qui sort tourne la tête. Ce jeu de scène, ce lazzi, serait inspiré d'une comédie jouée au Théâtre Italien en 1670, Arlequin, esprit follet.

"Arlequin, esprit follet"

Gravé à l'eau-forte en sens inverse par Huquier avec trois autres études pour le Livre de scènes comiques inventées par Gillot, ce dessin représente une scène de l'acte II de Arlequin, esprit follet. Cette pièce anonyme attribuée à Cinthio, présentée en mars 1670 par les Comédiens italiens à l'hôtel de Bourgogne, est reprise lors de la Foire Saint-Germain. Objet d'une seconde version illustrant la même scène gravée par l'artiste (vente Sotheby's Londres, 30 juin 1986), cette comédie narre l'histoire d'Isabelle, qui souhaite épouser Octave : son père rejette ce mariage et la destine à Cinthio. Arlequin, "esprit follet" mis au service d'Octave par un magicien, berne celui-là, son valet et le père d'Isabelle. Entrés dans un cabaret, Cinthio et son domestique sont confrontés à "l'esprit : [Arlequin] dit qu'il va leur faire apporter une table où il y a le verre qui monte et les plats qui courent ; le pétard dans le pâté ; la table se sauve et les deux sièges font la même chose".

En marge de la réalité du monde

Après la suppression de la Comédie Italienne en 1697, ce répertoire est joué durant les Foires Saint-Germain et Saint-Laurent. En plein essor, les spectacles forains inspirent Gillot. Il combine à son habitude plume et lavis de sanguine pour croquer sur le vif, d'un coup de pinceau alerte, cette saynète de la Commedia dell'arte. Cette technique se prête à la création d'une atmosphère empreinte de la pazzia (folie) italienne qui caractérise le théâtre d'Arlequin. Une ligne de perspective abaissée place le spectateur à hauteur des planches. Repentirs, reprises et parfois mise au carreau attestent d'un travail beaucoup plus fini qu'il n'apparaît de prime abord. Si Watteau et Lancret mettent en scène les acteurs de la Comédie Italienne dans les paysages champêtres de fêtes galantes, Gillot s'affirme néanmoins comme le véritable interprète de la Commedia dell'arte, n'hésitant pas à s'adonner à l'art subtil de l'improvisation, à l'instar des comédiens qu'il croque.

Passionné de théâtre

Gillot fait partie des artistes de la fin du siècle de Louis XIV qui font du théâtre plus qu'un sujet : une sorte de religion se substituant aux fables et aux récits pieux ou laïcs de la peinture d'histoire. Loin d'être une spécialité de l'école française, ces scènes ont cependant déjà été illustrées par Callot ou Le Clerc. Indépendant du monde des libraires, Gillot figure ici un véritable instantané de théâtre, scène réelle où des acteurs en action, des décors, voire parfois les planches du théâtre sont montrés. Il se distingue ainsi clairement de son élève Watteau dont les scènes de théâtre, totales reconstructions à partir de types comiques surtout italiens, ne se réfèrent pas à une représentation donnée. En 1712, Gillot agréé à l'Académie de peinture depuis deux ans se voit confier la conduite des décorations, machines et habits de l'Opéra de Paris ; de ces créations éphémères, seules subsistent quelques gravures.

Bibliographie

- CHONE Paulette, MOUREAU François, QUETTIER Philippe, VARNIER Eric, Claude Gillot (1673-1722) : comédies, sabbats et autres sujets bizarres, cat. exp. Langres, Musée d'art et d'histoire, 1999, pp. 32-122.

- MEJANES Jean-François, Dessins français du XVIIIe siècle de Watteau à Lemoyne, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1987, pp. 54-56, n 72.

- WIDAUER S., Pierrot : Melancholie und Maske, cat. exp. Munich, Haus der Kunst, 1995, p. 186, n 18.

- WINTERMUTE Alan, BAILEY Colin, ROSENBERG Pierre, Watteau and his world : French drawing from 1700 to 1750, cat. exp. New York, Frick collection, Ottawa, National Gallery of Canada, 1999-2000, pp. 204-205, n 57.

Cartel

  • GILLOT Claude

    Scène de la comédie italienne : une pantomime

  • 3926748

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet