Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Nature morte au chandelier

Œuvre Nature morte au chandelier

Département des Peintures : Peinture flamande

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Nature morte au chandelier

© 2004 RMN / Franck Raux

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Michèle Perny

Fils d’un peintre de paysages de Haarlem Barend van der Meer reçut sans doute les premiers rudiments de son art dans l’atelier paternel. Installé plus tard à Amsterdam et élève de Juriaen van Streek, il se spécialisa notamment dans la peinture de natures mortes telle cette « Nature morte au chandelier », dont l’attribution a par ailleurs souvent varié. Sous la nette influence de Willem Kalf et encore de Juriaen van Streek, elle fut effectivement attribuée à l’un comme à l’autre de ces peintres.

Une nature morte inspirée

Une table de bois dont on aperçoit le bord sculpté à gauche, et un pied torsadé, recouverte d’un tapis frangé à motifs orientaux, est chargée de divers objets : un chandelier en argent, une assiette, au centre, présentant du pain et du fromage, placée sur une nappe blanche devant une grande coupe en verre pleine de citrons. Entre la coupe et le chandelier, un pot renversé. Sur la droite, un plat à godrons offre deux citrons et une pomme. La lumière qui vient de la gauche, joue sur la spirale du chandelier, glisse sur le pichet, traverse l’eau de l’élégant verre à pied, et de l’assiette centrale pour finir éclaboussée sur les godrons du plat posé en équilibre instable sur la droite. La pénombre du fond de la composition crée un clair-obscur que traverse ce rayon de lumière pour donner à cette composition subtile, comme un supplément d’âme. La toile originale a été découpée et réinsérée dans une toile plus grande, et une partie réincrustée.

Une simplicité symbolique

Cette nature morte élaborée, par son raffinement, sa sobriété, les tonalités profondes et chaudes traversées par une lumière qui glisse et se disperse en reflets métalliques, dégage une atmosphère propice à la méditation et invite à la contemplation. Le symbolisme religieux se révèle en effet comme le prétexte à cette démonstration élégante. Cet arrangement d’objets présenté ici de propos délibéré participe à cette incitation allusive à aller bien au delà des biens matériels, pour entrer dans le monde spirituel. Cette dimension mystique est directement liée au rappel de l’éphémère de la vie, matérialisé ici par la bougie, à la présence de l’Eucharistie et à l’espoir d’une rédemption, concrétisés par le pain rompu, à l’amertume aussi de l’existence terrestre rappelée en écho par les citrons et la pomme, fruit de la tentation. Un langage presque insaisissable, à la fois symbolique et poétique qui appelle à dépasser la simple représentation de l’univers matériel pour atteindre l’intemporel.

Un double langage

A la fin du XVIIe siècle, en Hollande, la nature morte exprime très souvent un humanisme religieux avéré, chargé de délivrer un message au-delà du simple plaisir visuel suscité par des biens de consommation courants ou plus précieux, mêlés la plupart du temps à des objets, et savamment représentés. L’Eglise à cette époque s’était mise, il est vrai, à répandre abondamment l’opinion selon laquelle les richesses accumulées grâce entre autres à un commerce florissant et un essor économique manifeste, n’étaient que futilités, orgueil  et « Vanités ». Cette conception de la vanité devint alors partie intégrante de l’iconographie des natures mortes. Néanmoins, la virtuosité des artistes, portée dans ce domaine à son apogée, parfois accompagnée d’une certaine ambiguïté aussi, le disputa très vite au contenu spirituel qu’elle sous entendait si volontiers au delà du premier regard.

Cartel

  • Barend van der MEER (attribué à) (Rotterdam, 1659 ? - ?, entre 1692 et 1702)

    Nature morte au chandelier

  • H. : 0,82 m. ; L. : 1,01 m.

  • Legs du Dr Louis La Caze, 1869 (comme Kalf)

    M.I. 937

  • Peintures

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet