Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Nature morte au citron pelé

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Nature morte au citron pelé

© 2005 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Patrick Le Chanu

Cette nature morte est à dater des années 1650 et fut peint à Anvers. Le citron pelé peut symboliser l'écoulement du temps.

Nature morte

Une table en bois beige est partiellement recouverte d’une nappe verte ornée d’une frange de fils dorés. Divers mets sont posés sur la table : au fond, c’est un verre à pied contenant du vin blanc. Devant celui-ci passe un pampre de vigne avec, à son sommet, un papillon et auquel est encore attachée une grappe de raisin blanc. À droite, un verre de forme plus simple contient du vin rouge ou rosé. Au premier plan, débordant légèrement de la table, un plat en étain contient un citron pelé, des bouquets cuits et quelques noisettes. Plus à droite se trouve une huître venant d’être ouverte et ruisselant encore d’eau de mer. Derrière elle, un bol contient des fraises et derrière encore, on aperçoit le manche d’un couteau.

L'évocation du silence

Luxe, calme et volupté, tels sont les mots qu’en paraphrasant Baudelaire, on pourrait associer à l’univers de cette peinture. L’atmosphère assez sombre évoque le silence. Le choix des mets et surtout des accessoires : luxueux verre à pied, coupe peut-être d’origine orientale et couteau au manche finement ciselé, nappe précieuse et pourtant négligemment froissée, pépins égarés sur le rebord du plat, évoquent un raffinement fait de distinction et d’un zeste de désinvolture. Les fruits sont pulpeux à souhait et les gouttes d’eau de mer sortie de l’huître coulent sur le rebord de la table. L’huître est, avec le citron, l’un des motifs préférés de ce peintre. Son morceau de bravoure est la spirale formée par la peau du fruit, découpée en ruban. On remarque que la granulation de la peau est évoquée en petits empâtements bien en relief. C’est sans doute le seul endroit du tableau où la matière picturale n’a pas cet aspect de surface vitreuse trop souvent vu comme la seule qualité des tableaux peints aux anciens Pays-Bas.

Le thème de la Vanité

En fait, de Heem est le grand maître des reflets, comme ici sur le plat, les verres ou les gouttes d’eau, mais plus encore, il sait rendre le flou que provoque le fin voile de rosée
recouvrant les grains de raisin, les nervures des feuilles et les infinies variations colorées de leur surface. Un autre monde est celui des nombreuses bestioles parcourant fruits et objets, clin d’oeil et récompense à l’amateur de peinture friand des examens attentifs et momentanément rapprochés. Une chenille gravit la branche de vigne qui forme une diagonale
dans la partie supérieure de la composition. Au bout de celle-ci s’est accroché un second papillon. Une araignée a investi un grain de raisin et un frelon longe le bord de la coupe
de fraises. Peut-être y a-t-il là un reste de connotations symboliques, les insectes étant traditionnellement associés au thème de la Vanité. C’est aussi le cas de détails tels que
la feuille de vigne rongée par la maladie, le grain de raisin gâté ou encore le petit trou de ver dans la noisette proche du citron. Mais ils participent surtout de l’idée qu’un petit coin de table est, lorsqu’il est peint par Jan Davidsz de Heem, un véritable univers.
Les variations auxquelles donnent lieu la lente émergence des objets hors de la pénombre sur ce fond vert sombre uni, la volonté de suggérer les valeurs tactiles des choses sont les grandes réussites de Jan Davidsz de Heem. Cet artiste d’une insigne distinction s’installa à Anvers. La peinture de nature morte présentait alors dans cette ville une grande diversité. Elle allait en effet de l’art des grands animaliers et peintres de natures mortes baroques, collaborant fréquemment avec Rubens, tel Jan Fyt ou Frans Snyders, aux productions plus austères d’un Jacob Fopsen Van Es. Images très diverses de cet univers de la vie silencieuse, traduction littérale du mot qui, dans de nombreuses langues, désigne ce que nous nommons improprement la nature morte.

Cartel

  • Jan Davidsz de HEEM (Utrecht, 1606 - Anvers, 1683 / 1684)

    Nature morte au citron pelé

  • H. : 0,59 m. ; L. : 0,42 m.

  • Probablement transféré d'Allemagne à la suite de la guerre entrel'Empire français et la Prusse, 1806

    INV. 1320

  • Peintures

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet