Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Nature morte aux fleurs. Vanité

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Vanité avec bouquet de fleurs et pipe

© 2004 Photo RMN / Franck Raux

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Michèle Perny

Ce tableau a été attribué à Jan I Davidsz. de Heem, né en 1606 et mort à Anvers entre 1683 et 1684, à la suite d’une confusion dans la lecture de la date (1635 au lieu de 1685, voire même 1695) de sa signature, derrière laquelle on pourrait supposer la main de son fils Jan II Jansz. de Heem. Mais il pourrait tout autant s’agir d’un autre membre de la nombreuse et célèbre famille de Heem, assez mal connue encore aujourd’hui.

Une peinture de fleurs et une Vanité

D’un vase rond et transparent dépasse un bouquet coloré composé d’un mélange insouciant et poétique de roses, de liserons, d’une sorte de pavots, et d’autres fleurs encore, un peu échevelées, mêlées de feuillages sombres. Posé à côté sur la gauche, un verre à demi rempli fait écho à la rondeur du vase, où viennent se refléter les croisées d’une fenêtre. Autour, des fruits et des objets sont alignés sur le rebord d’une table en bois. Près du verre, du pain et des huîtres ouvertes, un citron, une branche de cerises et deux châtaignes décortiquées posés sur un plat brillant. Une longue pipe en terre est posée en équilibre sur un livre ouvert appuyé sur un petit encrier et une bougie éteinte. De l’encrier et du livre sur lequel est posée une plume, dépassent deux feuilles de papier dont on aperçoit encore les pliures nettement marquées. Celle du dessous laisse voir, grâce au repli de la feuille supérieure, une inscription sur deux lignes, puis la signature de l’artiste et une date. A une lourde tenture de velours vert qui s’écarte à l’arrière comme un rideau de théâtre,  répond le billet déployé sur le devant et dont le coin replié vers le haut souligne comme par une volonté manifeste l’inscription qu’il porte. La composition légèrement décalée par cette mise en scène, les jeux de reflets, la finesse dans l’exécution des fleurs, donnent à cette vanité tout son attrait.

Un tableau sujet à controverses

Ce tableau soulève, mis à part la date de sa création ou même son auteur, d’autres questionnements intéressants. Ainsi, l’inscription portée sur la feuille en bas à droite laisse libre cours aux interprétations les plus diverses. Littéralement, « la mère est là où se trouve le père » peut se comprendre de différentes manières. Peut-être une allusion à Dieu, à la Création, ou encore un sous-entendu pour rappeler la mort du père Jan Davidsz. une à deux années auparavant et laissant à penser que sa veuve a repris la succession de l’atelier…
Une autre lecture de cette composition pourrait aussi se concevoir. L’observation immédiate des objets représentés délimite en effet deux sphères d’activités différentes. D’un côté, à gauche, les plaisirs, avec un verre rempli, des huîtres, des cerises, plus en accord peut-être avec le féminin et l’activité domestique. De l’autre, un univers plus austère et monochrome à droite, resserré sur lui-même et distancié, plus masculin. Un monde absorbé par la réflexion et la lecture, la bougie consumée sur l’étude, et par l’écriture, représentée par l’encrier. L’inscription et la signature mises en évidence perpétuent l’empreinte de l’activité terrestre par delà le monde éphémère. Nous sommes à la fois dans l’illustration d’un simple dicton, mais également dans le répertoire ordinaire d’une vanité : métaphore de la vertu du travail face aux plaisirs fugitifs, allégorie du travail acharné du peintre ? La pipe posée à l’envers, au repos et en diagonale, symbolise un plaisir dédié aux hommes, celui du tabac, pont symbolique entre deux mondes aux intérêts dissemblables, posé comme une autre signature ?

La famille de HEEM, une dynastie de peintres de fleurs

Les de Heem ont constitué une dynastie de peintres reconnus et tous spécialisés dans les natures mortes de fleurs, de fruits et de vanités, ce qui n’était pas rare à l’époque et dans ces contrées. Il arriva donc souvent que leurs œuvres respectives soient régulièrement confondues. Ce fut effectivement le cas pour ce tableau, même si les spécialistes s’accordent à entrevoir des différences notoires entre les œuvres et à les répertorier plus précisément selon les membres proches ou plus éloignés d’une même famille. Par ailleurs, des reprises, le thème de l’écoulement du temps associé aux fleurs et à la bougie éteinte, la branche de cerises, la virtuosité dans le rendu du cristal, font écho dans ce cas précis aux célèbres compositions de Jan Davidzs. de Heem. Cette magnifique composition pourrait alors être l’œuvre d’un fils fidèle à la tradition paternelle, tout autant qu’une transmission éloquente, une généreuse révélation d’un savoir-faire commun à toute une lignée d’artistes par un autre peintre de cette illustre famille anversoise.

Bibliographie

- Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle, catalogue exposition, musée des Beaux-Arts de Caen, 27 juillet-15 octobre 1990, Alain TAPIE

- GREINDL Edith, Les peintres flamands de nature morte au XVIIe siècle, BRUXELLES, 1956

- MIRIMONDE Albert Pomme (de),  Musique et symbolisme chez Jan Davidzoon de Heem, Cornelis Janszoon et Jan II Janszoon de Heem, Jaarboek, 1970, p. 294

- FOUCART Jacques, Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du musée du Louvre, Paris, Gallimard/Musée du Louvre éditions, 2009, p. 152

Cartel

  • Jan II de HEEM (Anvers, 1650 ? - Anvers ou Utrecht, après 1695)

    Vanité avec bouquet de fleurs et pipe

    1685

  • H. : 0,69 m. ; L. : 0,58 m.

  • Don d'Otto Anninger, Aurillac, 1939

    R.F. 1939-10

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, milieu du XVIIe siècle
    Salle 36

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé et daté en bas à droite : Johannes de Heem f. A° 1685 ? 1695 ? Inscription : Waer is de vader hier is de moeder