Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Nature morte à la carpe

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Nature morte à la carpe

© 1995 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Michèle Perny

Abraham Van Beyeren s’est spécialisé dans les peintures de poissons, c’est même l’un des motifs privilégiés de l’artiste dans sa première période, comme le montre avec talent ce tableau, œuvre de jeunesse sous l’influence de Pieter de Putter. Il peignit aussi à la même période des marines, dont une est exposée au Louvre. Le peintre élargira par la suite ses sujets en exécutant de somptueuses tables de banquets, natures mortes de prestige, où le faste représenté rivalise avec la virtuosité.

Une nature morte singulière

Vers le haut du tableau, une carpe de bonne taille, sans doute un carassin, ou carpe à la lune aux dires des spécialistes, étrangement suspendue à un crochet par la nageoire dorsale, domine la scène juste au dessus d’un pichet vernissé placé tout à sa gauche. Sur une table rustique, probablement de cuisine, s’entassent en un savant désordre, un brochet, posé en diagonale, le ventre ouvert, une brème ou peut-être une autre carpe, la tête dépassant sur l’épais bord gauche de la table, trois petites perches au dos légèrement zébré et aux nageoires rouges, deux gardons aux yeux orangés, et enfin un chevesne sur le dos, qui semble s’échapper d’une sorte de filet. Ce sont là des poissons en apparence plus vifs que morts, pêchés en eau douce, l’écaille encore luisante et argentée qui composent un tableau déroutant, habilement ordonnancé, entrecoupé de diagonales, d’une gamme de coloris proche de la monochromie. Par un jeu de camaïeux et d’insaisissables reflets lumineux, le tableau baigne ainsi dans une lumière insolite, presque aquatique.

Une œuvre de jeunesse

Ce tableau d’une rare perfection serait pourtant un travail de jeunesse, exécuté vers 1645-1650, et sans aucun doute encore très influencé par Pieter de Putter, un autre spécialiste de natures mortes de poissons, actif à la Haye, coutumier de la représentation de la carpe suspendue, reprise ici par van  Beyeren. Dans son interprétation, la monochromie d’ensemble, le motif, l’artiste exploite un thème déjà posé, mais le dépasse par le traitement de la lumière et de la matière.

La carpe suspendue

Peintre de natures mortes, Abraham van Beyeren est surtout réputé pour ses fastueuses représentations de banquets et ses somptueux desserts éclatants de virtuosité datant de la deuxième moitié du siècle.  Il produisit cependant une nombreuse série de tableaux de poissons, d’un réalisme éclatant, qu’il exécuta entre 1653 et 1673. Ce thème étonnant de la carpe suspendue qui marque avec originalité cette ‘Nature morte à la carpe’ et dont on ne saurait dire s’il est purement décoratif, largement repris d’ailleurs par Pieter de Putter, était plutôt fréquent chez les artistes de cette période et se retrouve souvent chez d’autres artistes comme Isaac Kuvenis, Abraham Susenier, Pieter Verbeeck ou encore Dirk Goverts.

Bibliographie

Jacques FOUCART, notice du tableau, pp. 72-74 in Nouvelles acquisitions du département des Peintures, PARIS : RMN, 1996, motif de la carpe suspendue : cf. note 2, page 74

Cartel

  • Abraham van BEYEREN (La Haye, 1620/21 - Overschie, 1690)

    Nature morte à la carpe

  • H. : 0,73 m. ; L. : 0,61 m.

  • Acquis par dation en paiement de droits de succession, 1995 , 1995

    R.F. 1995-15

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, milieu et deuxième moitié du XVIIe siècle
    Salle 33

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Monogrammé en haut à droite : AVB f. (A et B liés)