Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Paire de fauteuils à la Reine

Œuvre Paire de fauteuils à la Reine

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le rococo

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Paire de fauteuils

© Musée du Louvre / Objets d'Art

Objets d'art
XVIIIe siècle : le rococo

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Ces deux fauteuils font partie d’un ensemble plus important comprenant deux canapés, quatre fauteuils et deux tabourets aujourd’hui conservés en partie dans une collection privée et au musée Getty de Los Angeles. Ces fauteuils, qui ont conservé leur dorure et leur garniture originales, appartenaient au trésorier de France Pierre Crozat (1661-1740). Ils sont emblématiques du style Régence et révèlent le goût de l’époque pour les garnitures de maroquin.

Pierre Crozat, riche collectionneur

Pierre Crozat (1661-1740), trésorier de France, était également un collectionneur riche et célèbre. Il fit construire au début du XVIIIe siècle par l’architecte Cartaud un hôtel particulier situé rue de Richelieu à Paris. Au rez-de-chaussée se trouvait une galerie donnant sur jardin. Cette galerie, tendue de damas rouge et ornée de trumeaux de glace, renfermait les pièces de sa collection. On y trouvait des tableaux, des bustes en marbre, des groupes en bronze, des tables de marbre et surtout douze fauteuils, deux canapés, deux banquettes et quatre tabourets couverts de maroquin rouge. C’est donc dans cette galerie que prenaient place les deux fauteuils du Louvre.

Un mobilier Régence

Les bois de ces sièges, qui ont conservé leur dorure d’origine, sont chantournés et totalement apparents. Ils sont caractéristiques du style Régence mais présentent encore de nombreux éléments Louis XIV. Les pieds en console sont dépourvus d’entretoise mais leur découpe charnue évoque les dernières années du style Louis XIV. Ces pieds reposent sur des bouchons en corniche. À l’aplomb des pieds naissent les consoles d’accotoir qui amorcent un mouvement vers l’extérieur. Les accotoirs demeurent totalement rectilignes et sont recouverts de manchettes pour plus de confort. Le dossier, marqué par la rectitude des sièges antérieurs, est néanmoins animé par un mouvement ondoyant en partie supérieure. Quant au répertoire ornemental, composé de godrons, d’agrafes, de palmes et d’acanthe, il marque une diversification du parti décoratif des sièges au début du XVIIIe siècle.

Le goût pour le maroquin

Les fauteuils du Louvre ont conservé leur garniture en maroquin fauve et rouge bordé d’applications de cuir dont les coutures sont soulignées. Le maroquin est une peau de chèvre ou de mouton tannée au sumac ou à la noix de galle. Pierre Crozat avait un goût pour le maroquin que l’on retrouvait sur le mobilier du grand salon de son hôtel. Douze fauteuils en noyer étaient couverts de la même manière dans sa maison de campagne de Montmorency. Pierre Crozat n’était pas le seul à apprécier le maroquin comme le prouve un inventaire du mobilier de la Couronne qui décrit un ensemble proche de celui de Crozat.

Bibliographie

- PALLOT B.G.P., Le Mobilier du musée du Louvre, Paris, 1993, Faton, pp. 32 35.

- Nouvelles acquisitions du département des Objets d’art 1980-1985, Paris, 1990, pp. 140-142.

Cartel

  • Paris (vers 1710 - 1720)

    Paire de fauteuils

  • Noyer doré ; garniture en cuir brodé

    H. : 1,11 m. ; L. : 0,69 m. ; Pr. : 0,56 m.

  • Provenance : ancienne collection Pierre CrozatDon du comte Robert Henry de Caumont La Force, 1989

    OA 11200, OA 11201

  • Objets d'art

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet