Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Panneau aux sphinx

Œuvre Panneau aux sphinx

Département des Antiquités orientales : Iran

Panneau : sphinx affrontés sous le globe ailé,emblème royal et divin

© 1997 Musée du Louvre / Christian Larrieu

Antiquités orientales
Iran

Auteur(s) :
Catherine Giraudon

Ces panneaux décoratifs en briques émaillées polychromes proviennent du palais de Darius Ier à Suse. Sur un fond bleu-vert, deux lions ailés à tête d'homme barbu sont assis en vis-à-vis et tournent la tête vers l'arrière. Le disque ailé d'Ahura Mazda plane au-dessus d'eux. Il s'agit d'une iconographie complexe traditionnelle dans un style purement perse.

Des panneaux conçus comme des tableaux indépendants

Les fragments de ce panneau ont été mis au jour dans l'angle nord-est de la cour centrale du palais de Darius. Seul un petit nombre de vestiges de ce décor a été retrouvé. Ce panneau est constitué de briques moulées et émaillées jusque sur son pourtour. Contrairement à la frise des archers ou des lions, il s'agissait d'un élément d'une série de panneaux isolés. En effet, il n'était certainement pas encastré dans la paroi mais devait être appliqué sur un support saillant, peut-être un pilastre de même largeur, et placé à un endroit marquant comme dans des niches ou en dessus de porte. La disposition des deux pièces en vis-à-vis et leur tranche décorée montrent qu'elles constituaient des panneaux indépendants.

Une composition symétrique haute en couleur

Deux sphinx, monstres hybrides à corps de lion ailé, sont assis face à face tandis que leur tête humaine regarde vers l'arrière. Du haut de la patte avant part une aile à l'extrémité recourbée. La tête vue de profil et tournée vers l'aile prend naissance sur une partie ambiguë : un buste humain ou un poitrail de lion. La carnation est sombre. L'oeil est représenté de face. Une longue barbe taillée en carré couvre le bas du visage. Les cheveux, réunis en grosse masse dans le cou, dépassent de la tiare, dégageant une oreille de taureau ornée d'une boucle d'oreille identique à celle des archers. La tiare, coiffure d'apparat, est cylindrique et dotée de trois rangées de cornes destinées à montrer le caractère divin des sphinx.
Au-dessus d'eux figure un disque à centre jaune et bandes concentriques blanches et bleues, encadré par deux grandes ailes et une queue largement déployées. À la jonction des ailes et de la queue partent deux rubans jaunes à l'extrémité en spirale.

Une iconographie traditionnelle

Le disque ailé est le symbole d'Ahura Mazda "le plus grand des dieux", emblème divin garant de la puissance royale et dynastique. Ce motif est emprunté à l'Égypte, qui l'a transmis au Levant et à l'Assyrie. On le trouve fréquemment dans la glyptique syrienne du IIe millénaire, où il symbolise le dieu Assur. Les artistes achéménides n'avaient pas à chercher loin leurs sources d'inspiration. Le thème des animaux face à face ou dos à dos est vieux de trois millénaires. Apparu dès l'époque d'Uruk, il se répand au Ier millénaire, notamment dans l'orfèvrerie, la vaisselle et les ivoires. Les graveurs de cachets de l'époque achéménide s'empareront du motif. Les animaux androcéphales quant à eux sont présents dans la glyptique archaïque avec les taureaux à tête d'homme, traduits à l'époque néo-sumérienne dans deux statuettes de stéatite. Beaucoup plus tard, les imposants gardiens de porte des palais assyriens serviront probablement de modèle à ceux de la Porte de toutes les nations, qui marque l'entrée principale de Persépolis. Tous portent la tiare divine et leur visage affable leur confère le rôle de puissance bénéfique. Dans le panneau aux sphinx, cette tête sereine semble inspirée du modèle royal. Elle adopte le stéréotype de tous les visages représentés sur les reliefs de briques à Suse puis de pierre à Persépolis. On y retrouve la régularité du visage de Darius tel qu'il est représenté sur d'autres monuments. D'ailleurs on ne peut distinguer de différence de traits entre Darius, son fils Xerxès ou ses successeurs. Ce canon royal, plus idéalisé que réel, est appliqué à tous comme une preuve de la grandeur de l'empire. Ces sphinx sont donc à la fois l'émanation de la personne royale et de divinités protectrices.

Cartel

  • Panneau : sphinx affrontés sous le globe ailé,emblème royal et divin

    Epoque achéménideRègne de Darius Ier, vers 510 avant J.-C.

    Suse, Palais de Darius Ier

  • Briques siliceuses à glaçure

  • Fouilles R. de Mecquenem, 1911 , 1911

    Sb 3325

  • Antiquités orientales

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet