Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Pâris dit "Pâris Lansdowne"

Œuvre Pâris dit "Pâris Lansdowne"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Pâris

© 2002 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Le Pâris de la collection Lansdowne appartient à une lignée nombreuse de répliques romaines née d'un original célèbre. Le héros troyen est représenté comme un très jeune homme coiffé du bonnet phrygien. L'aspect juvénile de la figure, le croisement des jambes et l'intégration d'un appui à la composition invitent à y reconnaître un écho d'une création du IVe siècle av. J.-C., sans doute un bronze réalisé par le peintre et sculpteur Euphranor au milieu du siècle.

La statue Lansdowne : une effigie de Pâris

Les fouilles menées par Gavin Hamilton dans la villa de l'empereur Hadrien à Tivoli ont livré en 1769 une quarantaine de sculptures en marbre, personnages de la mythologie grecque et divinités égyptiennes, parmi lesquelles se trouvait cette figure d'éphèbe. La statue, qui participait sans doute du prestigieux décor de cette demeure, est entrée au Louvre en 1988 après avoir successivement appartenue à Lord Lansdowne et à R. Peyrefitte. Le jeune homme est représenté nu, nonchalamment appuyé sur un tronc d'arbre, la main gauche posée sur la hanche. Il est coiffé du bonnet phrygien que portent habituellement les personnages d'origine orientale. Très tôt il a été interprété comme tel : certains y ont reconnu Ganymède, en raison de la parenté de l'œuvre avec certaines copies romaines où le jeune et bel amant de Zeus est associé à un aigle, mais d'autres ont préféré y voir une effigie de Pâris, prince de Troie et berger légendaire. Cette identification prévaut encore aujourd'hui.

L'esthétique classique du IVe siècle av. J.-C.

Le type statuaire est connu par plusieurs répliques d'époque impériale qui font écho à une œuvre originale créée à la fin de l'époque classique. L'apparence du jeune homme, son attitude et la construction de la composition reflètent l'esthétique des productions du IVe siècle av. J.-C. et témoignent des recherches des sculpteurs de ce siècle. La héros troyen paraît juvénile et fragile : la silhouette ondule, gracile, encore adolescente et presque féminine, à peine marquée par les accents de la musculature qui sont savamment estompés. Le croisement des jambes l'une devant l'autre accuse le hanchement du corps. L'artiste outrepasse ainsi le contrapposto élaboré par Polyclète un siècle plus tôt et atteint un point de déséquilibre de la figure qui rend l'appui nécessaire. L'arbre joue donc un double rôle d'élément pittoresque et naturaliste, destiné à suggérer l'espace dans lequel évolue le personnage, et d'étai.

Un écho du Pâris en bronze d'Euphranor

La paternité de l'original est généralement attribuée à Euphranor, peintre et sculpteur grec actif à Athènes au milieu du IVe siècle av. J.-C. Pline l'Ancien (Histoire naturelle, XXXIV, 77-78 et 128) nous apprend en effet qu'Euphranor a réalisé un Pâris-Alexandre très admiré ; l'oeuvre était peut-être de bronze. A propos du style de ses figures, Pline évoque un canon trop grêle et des têtes trop grandes par rapport aux corps. La statue de la collection Lansdowne semble ainsi correspondre à ce témoignage. La carrière de ce sculpteur est désormais mieux connue grâce à la découverte d'une, voire de plusieurs, de ses créations originales : l'Apollon Patrôos en marbre de l'Agora d'Athènes et l'Athéna en bronze du Pirée. Cependant, ni l'une ni l'autre ne peuvent vraiment être comparées au Pâris reproduit par le marbre Lansdowne afin d'assurer l'attribution de l'original à Euphranor.

Bibliographie

- RAEDER J., Die Statuarische Ausstattung der Villa Hadriana bei Tivoli, 1983, p. 42-43, n I 16.

- DACOS N., "Le Pâris d'Euphranor", in Bulletin de Correspondance Hellénique, 85, 1961, p. 371, 374-379, fig. 4.

Cartel

  • Pâris

    Début du IIe siècle après J.-C.

    Tibur, villa impériale d'Hadrien (près de Rome)

  • Marbre

    H. : 1,65 m.

  • Découvert par Gavin Hamilton en 1769 à TivoliAncienne collection Landsdowne (vente 1930) puis collection R. PeyrefitteAchat, 1988

    N° d'entrée MNE 946 (n° usuel Ma 4708)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Art romain. Rome et les provinces au IIIe siècle après J.-C.
    Salle 26

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet