Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Paysage italien avec vue sur l'Arno

Œuvre Paysage italien avec vue sur l'Arno

Département des Arts graphiques : XVIIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Paysage italien avec vue sur l'Arno

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Sarah Boyer

Cette première pensée pour les Baigneurs, quatrième pièce des dix estampes composant la suite des Paysages italiens éditée vers 1630-1635 par Israël Henriet, présente une étude de paysage peu caractérisé : une vue de Florence, ville où réside Callot de 1612 à 1622. Une autre feuille ayant appartenu à la collection des ducs de Devonshire (Chatsworth) ainsi que des études isolées de baigneurs préparent cette eau-forte de la fin du séjour florentin de Callot.

Une vue de Florence

Gravée en sens inverse avec quelques variantes de détails, cette vue de l'Arno à Florence, en amont du Ponte delle Grazie, figure, au premier plan à gauche le Moulin de San Niccolo, détruit en 1870, tandis qu'autour d'une barque nagent des baigneurs. A l'arrière-plan est représenté le Ponte Vecchio, finalement supprimé dans l'eau-forte. L'identification du site n'a pas été réalisée à partir du dessin de Callot, mais grâce à une oeuvre graphique de Federico Zuccaro de même sujet (musée du Louvre). La comparaison entre ces deux oeuvres permet de mettre en exergue les caractéristiques de Callot paysagiste : contrairement à l'artiste romain, il ne cherche pas à rendre la réalité du site mais traite le paysage comme un décor, succinctement évoqué. Callot n’a d’ailleurs sans doute pas dessiné l’ensemble de cette vue sur le motif car la masse rocheuse de l’arrière-plan, remplacée dans l’eau-forte par une vue de Florence, est un motif de fantaisie.

Un paysagiste proche du Lorrain

Au début du XVIIe siècle, l'art du paysage comme genre indépendant se développe avec une ampleur sans précédent, surtout dans le milieu cosmopolite de Rome. En témoignent les exemples de Poussin, Lorrain, Dughet, Focus ou comme ici Callot. Des liens probables avec Filippo Napoletano, tissés pendant son séjour à Florence, semblent expliquer son intérêt et sa sensibilité aux effets lumineux méridionaux. Ainsi, il rend ici les éléments essentiels du paysage par de larges touches de lavis, en opposition franche avec les blancs laissés en réserve. Son sens poétique de la lumière et de l'espace le rapproche du Lorrain.

Une estampe amplement préparée

À cette étude de composition d'ensemble correspondent une eau-forte mais aussi deux autres études d'ensemble : l’une, à la pierre noire et au lavis, incisée pour le report mais qui diffère de la version finale par son format et de nombreux détails (collection Jean Bonna) ; l’autre, à la plume et à l’encre brune, également repassée pour le report et identique avec l’estampe (anciennement collection Ducs de Devonshire, aujourd’hui bibliothèque de Chatsworth). S'y ajoutent encore des études isolées de baigneurs. Que ce soit dans ces dernières ou dans les études de composition d'ensemble, les personnages, très petits, sont légèrement esquissés et rapidement croqués par des traits nerveux et vifs. La notation précise de leurs attitudes témoigne d'une observation directe de la réalité, tandis que la plume habile ainsi que le pinceau prompt de Callot animent cette foule d'un souffle de vie particulièrement évident.

Bibliographie

- A. BROTHERS, Worlds in miniature : the etchings of Jacques Callot and Wenceslaus Hollar, cat. exp. Melbourne, National Gallery of Victoria, Robert Raynor Gallery, 1998.

- E. BRUGEROLLES et D. GUILLET, cat. exp. Suite française, dessins de la collection Jean Bonna, Paris, Ecole nationale supérieure des beaux-arts, 2006, n° 8.

- E. PAGLIANO, cat. exp. Le rayonnement de Florence sous les derniers Médicis. Dessins des XVIIème et XVIIIème siècles, Bayonne, musée Léon Bonnat, 2006, notice 64.

- D. TERNOIS, L'Art de Jacques Callot, Paris, F. de Nobele, 1962, p. 322, n 21a, d.

- D. TERNOIS, Jacques Callot : 1592-1635, cat. exp. Nancy, Musée historique lorrain, 1992, p. 299-302, notice 386.

- D. TERNOIS, Jacques Callot (1592-1635) : actes du colloque organisé par le Service culturel du musée du Louvre et la ville de Nancy à Paris et à Nancy les 25, 26 et 27 juin 1992, Paris, 1993.

- D. TERNOIS, Jacques Callot : catalogue de son oeuvre dessiné, supplément (1962-1998), Paris, 1999.

Cartel

  • CALLOT Jacques

    Paysage italien avec vue sur l'Arno

  • Pierre noire, plume et encre brune, lavis brun.

    H. : 18.4 cm. ; L. : 32.3 cm.

  • 3925116

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet