Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Pierre Mignard (1612-1695), premier peintre du roi

Œuvre Pierre Mignard (1612-1695), premier peintre du roi

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Pierre Mignard (1612 - 1695)

© 1999 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Témoignage de l'amitié qui liait le sculpteur à son modèle, le buste du peintre Pierre Mignard frappe par sa présence. Desjardins dépeint un caractère fier et vif. La longue chevelure et la chemise ouverte participent du négligé créateur, inhérent à la représentation d'un artiste.

Un portrait en artiste, signe d'une amitié

Figure majeure de la peinture française du XVIIe siècle, Pierre Mignard prit la tête de l'Académie de Saint-Luc, en opposition à son rival Charles Le Brun, directeur de l'Académie royale de peinture et de sculpture (auquel il succéda en 1690). Martin Desjardins sculpte un portrait impressionnant de présence et d'autorité, qui manifeste le caractère altier du modèle : le visage émacié pivote vers la gauche, le menton relevé, le regard fier, les sourcils résolus, le nez autoritaire, la moue dédaigneuse, un pan du manteau largement drapé en diagonale. L'acuité psychologique se concilie avec une certaine idéalisation des traits, qui efface imperfections ou particularités trop apparentes. Le sculpteur réalise aussi un portrait plein de fougue, où la représentation de l'artiste implique un certain négligé créateur : col ouvert de la chemise, mis en valeur par la dentelle finement travaillée, longue chevelure flottante, jeu d'ombres et de lumières qui anime le buste...
C'est un précieux témoignage de l'amitié qui liait le sculpteur et son modèle. Les deux hommes collaborèrent aux médaillons de bronze de la place des Victoires, Mignard dessinant les modèles. Dans l'inventaire après décès de Desjardins figure un Pan et Syrinx de Mignard (un autre exemplaire, donné par l'artiste à son fils aîné Charles, se trouve au Louvre).

Les portraits connus de Mignard

Deux portraits sculptés en marbre de Mignard sont connus à Paris. Le buste du Louvre provient de l'Académie royale de peinture et de sculpture : il fut offert en 1726 (29 novembre) par la fille de Mignard, la comtesse Jules de Pas de Feuquières. Elle fit placer l'autre buste sur le tombeau de son père qu'elle commanda à Jean-Baptiste II Lemoyne à l'église des Jacobins de la rue Saint-Honoré (actuellement à l'église Saint-Roch) : ce buste, longtemps attribué à Girardon, est probablement une copie de l'oeuvre de Desjardins, avec quelques variations pour l'adapter à sa destination. La comtesse de Feuquières avait déjà fait don en 1696 (28 septembre) du Portrait de Mignard par lui-même (musée du Louvre), où l'artiste posait beaucoup plus solennellement, entouré de ses réalisations maîtresses, reprenant la formule du portrait de Charles Le Brun par Nicolas de Largillière (musée du Louvre).

Postérité de l'oeuvre

Les artistes seront sensibles à ce portrait. Au XVIIIe siècle Louis-Claude Vassé se souvient visiblement de l'oeuvre de Desjardins lorsqu'il sculpte un buste de Mignard, présenté au Salon de 1757 et destiné avec quatre autres bustes à illustrer les gloires locales de la ville de Troyes. Il imite de très près la physionomie, modernise le costume tout en conservant son négligé, raccourcit et assagit la chevelure tout en gardant l'aspect désordonné des mèches. Vers 1892-1895, le peintre Cézanne esquisse un dessin d'après le buste de Desjardins (Bâle, Kunstmuseum) en insistant sur le déferlement des boucles.

Bibliographie

- COURAJOD Louis, "Le Buste de Pierre Mignard au musée du Louvre", in GBA, février 1884, p. 153-165, étude reprise dans Alexandre Lenoir, son journal et le Musée des monuments français, III, 1887, p. 73-89.

- HUISMAN Philippe, "Les Bustes de Pierre Mignard", in GBA, 1958, p. 267-272.

- BEYER Victor,  BRESC Geneviève, La Sculpture française du XVIIe siècle au musée du Louvre, Bergame, 1977, n.p.

- Le Peintre, le roi, le héros. L'Andromède de Pierre Mignard, Dossiers du département des Peintures, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1989, cat. 2.

Cartel

  • Martin VAN DEN BOGAERT, dit DESJARDINS (Breda, 1637 - Paris, 1694)

    Pierre Mignard (1612 - 1695)

  • Marbre

    H. : 0,70 m. ; L. : 0,56 m. ; Pr. : 0,34 m.

  • Collections de l'Académie royale

    M.R. 2483

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Donné par Desjardins à Catherine-Marguerite de Feuquières, fille du peintre, en 1695 qui le remit à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1726.