Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Plaque ajourée : La Multiplication des pains et des poissons

Deux plaques : Multiplication des pains et des poissonsLe Christ désignant un enfant

© Musée du Louvre / Objets d'Art

Objets d'art
Haut Moyen Age

Auteur(s) :
Bardoz Marie-Cécile

Le musée du Louvre possède deux plaques du groupe dit des "Ivoires de Magdebourg". Elles proviennent d'un ensemble (ambon, devant d'autel, intérieur de portes ?) offert par l'empereur Otton Ier (936-973) au monastère Saint-Maurice de Magdebourg, vraisemblablement en 968, lors de l'érection de ce dernier en archevêché. Seize plaques subsistent. De style différent, les deux plaques furent réalisées par des artistes distincts oeuvrant au sein d'un même atelier pour le compte d'Otton Ier.

Les "Ivoires de Magdebourg"

La plaque faisait partie d'un ensemble provenant d'un monument réalisé pour l'empereur Otton Ier (mort en 973) et destiné à orner le monastère Saint-Maurice de Magdebourg qu'il avait fondé et où il désirait être enterré. Il reste aujourd'hui seize de ces plaques dont la fonction d'origine reste inconnue : faisaient-elles parties d'un antepandium, d'un trône ou de portes de chancel ? Le monument fut en tout cas démantelé très tôt, probablement dès le début du XIe siècle.

L'esthétique romane

Toutes de même dimension et travaillées dans un ivoire épais, les plaques sont cernées d'un large bord lisse. Les scènes ajourées se détachaient probablement sur un fond coloré afin de mettre en valeur la beauté de la matière. La Multiplication des pains et des poissons, où se pressent des personnages autour du Christ, possède un modelé puissant. La géométrisation des formes et la composition synthétique confèrent à ce groupe (malgré le travail de différentes mains et notamment dans l'autre plaque conservée au Louvre, Le Christ désignant un enfant) une importance essentielle. Sur la plaque, les personnages plus menus, la composition plus dense et les plis des draperies dénotent une influence byzantine. Ce groupe d'ivoires, influencé par la tradition et l'esthétique des ivoires de Metz de la seconde moitié du IXe siècle, notamment dans l'aspect massif des personnages, annonce déjà certains canons de l'esthétique romane et constitue une des oeuvres majeures de l'art ottonien.

Bibliographie

Gaborit-Chopin Danielle, Catalogue d'exposition, Nouvelles acquisitions du département des Objets d'art 1990-1994, Paris, musée du Louvre, 1995, notice 17.

Gaborit-Chopin Danielle, Catalogue des collections du département des Objets d'art : Les ivoires médiévaux, Paris, RMN, 2003, n 47.

Cartel

  • Deux plaques : Multiplication des pains et des poissonsLe Christ désignant un enfant

    Atelier travaillant pour Otton Ier vers 968

  • Ivoire

    H. : 12,20 cm. ; L. : 12 cm.

  • Ancienne collection Possenti, Bardac, LarcadeDon de la société des Amis du Louvre, 1909 : OA 6310Ancienne collection Martin Le Roy ; acquisition 1993 : OA 11372

    OA 6310, OA 11372

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Suger
    Salle 2
    Vitrine 4

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet