Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Plaque de lumière

Plaque de lumière

© 2001 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Objets d'art
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Muriel Barbier

La plaque de lumière acquise par Louis XIV, en 1684, au marchand Le Brun est composée d'une multitude de pierres et de camées. Les pierres ont été mises en valeur par une monture d'orfèvrerie dans le style de Pierre Delabarre, orfèvre du XVIIe siècle. Cette œuvre révèle l'intérêt des grands amateurs du XVIIe siècle pour les pierres dures et la richesse de la collection de gemmes de Louis XIV.

Une dactyliothèque

Cette plaque de lumière a l'aspect d'une dactyliothèque, c'est-à-dire d'une collection de pierres gravées (intailles, camées). On peut y voir des morceaux de sardoine de différentes formes et de tailles variées. Certains morceaux sont de forme ovale ou ronde ; d'autres, de forme carrée ou rectangulaire. Par endroits sont fixées des perles en sardoine ovoïdes ou rondes, provenant peut-être de chapelets ou de bijoux, comme l'indique la perforation visible sur leur revers. Ces perles ont été sciées en deux pour être adaptées à la plaque. L'usage de multiples morceaux de sardoine se retrouve sur le miroir MR 252, issu également des collections de Louis XIV. La console qui soutient la bobèche faisait sans doute partie d'une anse de vase antique, sa forme est d'ailleurs semblable à celle de l'anse du vase MR 445.

Le remploi de camées

Outre les morceaux de sardoine, la plaque de lumière est également composée de seize camées, dont quinze en sardonyx et un en grenat. Ces camées représentent différents personnages mythologiques ou historiques. On peut y voir la tête de Marie de Médicis accolée à celle d'Henri IV, celles d'Hercule et d'Omphale et celle de Minerve casquée. De part et d'autre de la bobèche, deux camées mettent en scène, l'un, Silène soutenu par Bacchus, l'autre, Léda caressant un cygne. Le camée qui se trouve dans la pointe inférieure de la plaque est orné d'une tête de Gorgone en fort relief. Au-dessus de la coquille, au sommet, se trouve le profil de l'empereur Claude couronné de lauriers. Le camée central est décoré du profil d'un roi et de celui d'une reine d'Ethiopie d'après une médaille (collection privée). Il est surmonté d'un camée représentant Vénus à demi couchée donnant la main à l'Amour. Deux autres camées montrent deux femmes à mi-corps.

Une monture dans le style de Delabarre

Les grands amateurs de pierres dures aimaient enrichir ces objets de montures d'orfèvrerie. Au XVIIe siècle, on distingue deux styles de montures : un style "Delabarre", du nom de l'orfèvre Pierre Delabarre, et un style plus classique. La plaque de lumière du Louvre relève plutôt du premier style. Il existait alors des recueils de modèles de bouquets formés de petites feuilles au contour découpé, trilobées, pointues ou arrondies, et souvent évidées. Au sein de ces bouquets se trouvaient des files de graines et des cosses de pois, motif en vogue dans la première moitié du XVIIe siècle. Parmi les ornemanistes auteurs de ces bouquets figurait Pierre Delabarre, reçu maître orfèvre à Paris en 1625 et logé au Louvre. Ces bouquets étaient repris par les orfèvres dans des métaux précieux. Les morceaux de sardoine et les camées sont assemblés sur une plaque en laiton doré et reliés entre eux par de petites feuilles en or émaillé du style de celles de Pierre Delabarre, évidées ou non, en émail blanc, bleu foncé, vert et orangé. Cette monture est, en outre, ponctuée de graines blanches. Ce décor est très proche de celui du coffret octogonal conservé au musée du Prado de Madrid et provenant de la collection du cardinal Mazarin.

Bibliographie

Un temps d'exubérance : les arts décoratifs au temps de Louis XIII et Anne d'Autriche, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2002, p. 281.
Alcouffe Daniel, Les Gemmes de la Couronne, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2001, p. 388-391.

Cartel

  • Plaque de lumière

    Vers 1630

    Paris

  • Sardoine, camées en sardoine, camée en grenat, or émaillé

    H : 45,30 cm. ; L. : 24 cm. ; Pr. : 7,30 cm.

  • Achetée par Louis XIV en 1684 au marchand Le Brun

    MR 251

  • Objets d'art

    Aile Denon
    1er étage
    Galerie d'Apollon
    Salle 66

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Numéro gravé au revers : 292 (numéro de l'inventaire de 1791)