Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Porteuse d'offrandes

Œuvre Porteuse d'offrandes

Département des Antiquités égyptiennes : De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Porteuse d'offrandes

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Élisabeth Delange

Debout, le pied gauche en avant, le personnage féminin apporte des offrandes, un panier sur lequel repose une cuisse de boeuf et un vase à eau. C'est un modèle de "porteuse d'offrandes" sorti d'une tombe du début du Moyen Empire. De grande taille, la sculpture est faite de plusieurs morceaux de bois assemblés, entièrement recouvert de polychromie.

La sculpture

En marche sur le socle peint de la couleur de la terre ocre foncé, la porteuse d'offrandes, coiffée d'une perruque courte, est vêtue d'une robe droite serrée près du corps et ornée de plumes. Les bretelles laissent rayonner le collier-ousekh autour de l'encolure. Elle retient d'une main un panier placé au sommet de la tête. Sur le couvercle repose une cuisse de boeuf. De l'autre main, elle offre un grand vase. Mais qui est-elle ?

Un "modèle" funéraire

Au Moyen Empire, les murs des tombes, creusées dans le rocher souvent trop friable, ne permettaient pas le bas-relief. C'est pourquoi les thèmes funéraires les plus importants étaient alors sculptés en bois, sous forme de statuettes ou de "modèles", en série, et placés dans le caveau. L'apport des offrandes alimentaires était nécessaire à la vie dans l'au-delà et résume le repas essentiel. Sans référence au défunt que sert la "Porteuse d'auge", elle reste exceptionnelle par ses dimensions, la qualité de sa facture et l'offrande du beau vase à eau. Aussi fait-elle penser aux plus beaux modèles issus de Thèbes sortis des ateliers royaux qui allient une grande maîtrise dans la forme et une spontanéité d'exécution.

Un modèle d'art aussi

Unique modèle en son genre pendant plusieurs décennies, la porteuse d'auge devint très vite un objet de référence. Or c'est le matériau qui influence la forme même d'une oeuvre. Les douze pièces de bois assemblées qui la composent facilitent les articulations de la statue et donnent une liberté nouvelle aux mouvements, aux bras dégagés du corps, à la jeunesse de la silhouette. Chaque partie du corps est sculptée avec rigueur : le long cou, le bras qui forme un angle droit. De même, la poitrine pointue projetée en avant est un trait peu usité dans l'art égyptien. Les muscles fessiers accentués présentent un profil presque anguleux. Cette simplicité géométrique qui caractérise le style des plus beaux modèles n'avait pas échappé au regard de Picasso en pleine période cubiste. Ses propres dessins de la Porteuse d'auge du Louvre sont conservés au musée Picasso !

Cartel

  • Porteuse d'offrandes

    vers 1950 avant J.-C. (début 12e dynastie)

  • bois de ficus enduit et peint

    H. : 1,08 m. ; L. : 0,14 m. ; l. : 0,32 m.

  • E 10781

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    1er étage
    Le Moyen Empire, vers 2033 - 1710 avant J.-C.
    Salle 23
    Vitrine 10

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet