Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Portrait de famille

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Portrait de famille

© 2004 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Jadis identifiées - à tort - avec l'artiste et sa famille, les figures, en dépit du paysage de campagne sur lequel elles se détachent, adoptent les mines et les gestes policés des salons parisiens. Ce portrait au chromatisme sonore affirme la prééminence du rôle de la couleur chez un peintre qui se rallia aux idées des Rubénistes contre celles des Poussinistes, partisans du dessin.

Un "tableau La Caze"

Ce portrait d'une famille, dont on ignore l'identité, peint par Nicolas de Largillierre rejoint, en 1869, les collections du Louvre avec l'une des plus importantes donations faites au musée : celle du docteur Louis La Caze. S'intéressant à la peinture italienne et hollandaise du XVIIe siècle et plus particulièrement à la peinture française du XVIIIe siècle, ce grand amateur a permis l'entrée de magnifiques ensembles d'oeuvres de Watteau, Fragonard ou Boucher dans les collections qui n'en contenaient alors qu'un nombre restreint. Appartenant aux six tableaux de Largillierre que possédait La Caze, ce portrait est l'un des plus brillants réalisés par l'artiste.

Un portrait de famille

L'oeuvre est un exemple abouti des portraits "à la mode" dans les premières années du XVIIIe siècle. Les personnages, anonymes, autrefois identifiés comme le peintre et sa famille, sont placés devant un paysage qui met en valeur la richesse des habits et la blancheur des carnations. Chaque figure est marquée par sa condition sociale. L'homme est accompagné de deux oiseaux morts évoquant la chasse, passe-temps favori de la haute société. Son épouse lui fait face à l'autre extrémité de la toile. Richement vêtue, elle regarde son mari dans une attitude passive. La jeune fille, fruit de cet heureux mariage, est représentée entre les époux, proche de sa mère. Elle tient dans sa main gauche une partition de musique et adopte une position mettant en valeur sa beauté fraîche et légère. On retrouve ainsi tous les traits conventionnels inhérents à une famille distinguée.

Le peintre des étoffes

Appartenant aux portraitistes les plus prisés de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, Nicolas de Largillierre réalise aussi bien des tableaux de chevalet que de monumentaux portraits collectifs pour les échevins de la ville de Paris. Sa peinture est marquée par un goût prononcé pour les riches étoffes et les toilettes recherchées qui donnent à ses portraits une grande théâtralité, reflétant une société élégante et raffinée. Ses oeuvres sont brossées avec verve et les nombreux empâtements confèrent aux détails un aspect brillant tout en donnant du relief à la figure. Il est également l'auteur de quelques toiles religieuses où l'on remarque les mêmes caractéristiques. Largillierre sut développer l'art du portrait à la suite de François de Troy et mettre en place une formule adaptée à une clientèle nombreuse qu'il partageait avec Hyacinthe Rigaud.

Cartel

  • Nicolas de LARGILLIERRE (Paris, 1656 - Paris, 1746)

    Portrait de famille

    Vers 1730

  • H. : 1,49 m. ; L. : 2 m.

  • Legs du Dr Louis La Caze, 1869 , 1869

    M.I. 1085

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    Watteau
    Salle 36

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet