Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Portrait de femme

Œuvre Portrait de femme

Département des Antiquités égyptiennes : Egypte romaine (30 av. J.-C. - 392 apr. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Portrait de femme

© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet

Antiquités égyptiennes
Egypte romaine (30 av. J.-C. - 392 apr. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-France Aubert

Le visage de la jeune femme est vu presque de face, le buste légèrement tourné vers la gauche. Elle porte une tunique foncée à clavi verts. Un manteau également foncé passe sur l'épaule gauche. Les cheveux sont répartis en deux bandeaux qui masquent les oreilles. Une natte surmonte la tête. Une ligne de petites bouclettes encadre le front. Les lèvres sont particulièrement bien dessinées. Une fossette marque le menton.

Portrait de jeune femme

Le vêtement sombre, la coiffure sévère et la parure discrète contrastent avec le visage jeune de la femme. Le visage ovale est cerné par une ligne ocre pour mieux le détacher du fond. Les sourcils touffus sont rendus avec de fines hachures noires situées sur la partie supérieure. Le nez est long mais parfaitement dessiné. Elle est parée de boucles d'oreille en or avec trois perles. Deux perles pendent d'une barrette horizontale. Ce type de bijoux, invention de l'époque romaine, est connu depuis le Ier siècle ap. J.-C. et il est resté en vogue jusqu'au IIIe siècle. Le collier est composé de pierres vert foncé de forme allongée et d'émeraudes, alternant avec des groupes de deux ou trois perles. L'émeraude était utilisée dans sa forme cristalline naturelle : en prisme hexagonal.

Bijoux précieux

Les Grecs et les Romains pensaient que les gemmes étaient dotées de vertus prophylactiques, magiques et astrologiques. L'émeraude était placée au troisième rang après le diamant et la perle. A l'époque romaine, des mines d'émeraudes étaient exploitées en Egypte, notamment au Mont Smaragdus. Les perles sont les parures préférées, mais aussi les plus coûteuses, pour l'Empire romain. Elles sont acheminées de la Mer Rouge et du Golfe Persique - celles en provenance de l'île de Dilmoun (actuel Bahrein) étant jugées les plus belles.

Technique

Le fond, le visage et la coiffure sont peints à coups de brosse petits et rapprochés. Le vêtement est en revanche traité par des coups larges et espacés. Le peintre a soigneusement travaillé la coiffure, en rendant l'ondulation des mèches par des traits foncés et parallèles, aujourd'hui peu visibles. La tache foncée sur le nez est due à l'usure de la couche picturale, laquelle laisse transparaître la préparation noire.

Bibliographie

Catalogue de l'exposition Un siècle de fouilles françaises en Egypte 1880-1980, Paris, musée d'Art et d'Essai-Palais de Tokyo, 21 mai-15 octobre 1981, n 339

Cartel

  • Portrait de femme

    IIe siècle après J.-C.

    Antinoé

  • bois peint à l'encaustique

    H. : 36,80 cm. ; L. : 17 cm.

  • E 12569 (P 214)

  • Antiquités égyptiennes

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet