Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Portrait d'Erasme

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Portrait d'Erasme

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Grollemund Hélène

Au cours de son voyage aux Pays-Bas en 1520, Dürer rencontra Erasme au moins à quatre reprises et réalisa son portrait par deux fois. De ces rencontres entre le plus célèbre humaniste de l'Europe du XVIe siècle et le plus grand artiste allemand de l'époque, il nous reste ce dessin, puissamment et rapidement enlevé. Il se range, avec les portraits peints par Holbein peu de temps après, au nombre des éléments les plus importants de l'iconographie d'Erasme.

Un portrait inachevé

Ce dessin fut exécuté durant le séjour de Dürer aux Pays-Bas (12 juillet 1520 - juillet 1521). Alors qu'il se trouve à Bruxelles, il évoque Erasme dans son Journal de voyage, entre le 28 août et le 2 septembre 1520 ; il lui offre une Passion sur cuivre et ajoute quelques lignes plus loin : "Ich hab den Erasmum Roterodam[um] noch einmahl conterfet" (j'ai fait un nouveau portrait d'Erasme de Rotterdam). Dürer indique donc implicitement qu'il a déjà portraituré Erasme. Alors que le premier portrait a probablement été tracé à Anvers, entre le 5 et le 19 août, quand Erasme offrit à Dürer plusieurs cadeaux, les indices concordent pour confirmer que le portrait réalisé à Bruxelles était un dessin, peut-être celui du Louvre. L'information d'Erasme, selon laquelle l'oeuvre aurait été inachevée du fait de l'arrivée de dignitaires de Nuremberg venus pour le sacre de Charles Quint, corrobore cette hypothèse. En effet, le dessin du Louvre, à la différence des nombreux autres portraits à la pierre noire, ne se détache pas sur un fond assombri par celle-ci, ce qui laisse penser qu'il est inachevé. Peut-être cette feuille est-elle également préparatoire à la gravure au burin réalisée par Dürer, à la suite d'une demande d'Erasme, en 1526. Cette hypothèse est cependant controversée, car l'humaniste y est représenté de profil, et non de face.

Apelle et Luther

Les rencontres entre Dürer et Erasme, pour historiques qu'elles aient été, ne furent pas à l'origine de rapports suivis dont l'humaniste était familier. Leur ami commun, Willibald Pirckheimer (1470-1530), ne réussit pas à amener Dürer à faire le grand portrait peint qu'Erasme appelait de ses voeux : "Moi aussi, écrivit ce dernier le 8 janvier 1525, je voudrais être peint par Dürer, car qui ne voudrait pas l'être par un aussi grand artiste ? Mais comment cela pourrait-il se faire ? Il avait commencé ce travail à Bruxelles, au fusain, mais il m'a probablement oublié depuis longtemps...". Erasme qualifiait Dürer d'Apelle, et Dürer voyait dans l'humaniste un nouveau Luther, ce qui témoigne d'une estime mutuelle, mais pas pour autant d'une compréhension profonde. Le portrait, par son caractère plutôt superficiel, accentué sans doute par son état inachevé, peut rendre compte de ces rapports entre les deux hommes.

Ironie et méditation

Dürer nous présente Erasme presque de face, le buste légèrement en diagonale par rapport au centre de la feuille. On peut observer les traces d'une première esquisse - par exemple sur les contours de son bonnet - qui indiquent que Dürer avait tout d'abord placé le visage au milieu de sa feuille, avant de le décentrer vers la gauche. La forme des paupières ou les commissures des lèvres trahissent un maniement du verbe souvent empreint de causticité ou d'ironie. Enfin le regard baissé d'Erasme, qui ne se retrouve pas si accentué dans les portraits qu'en a laissés Holbein, confère un caractère vaguement mystérieux au personnage : peut-être s'agit-il de quelqu'un en pleine méditation.

Bibliographie

- Dürer schriftlicher Nachlass, éd. Hans Rupprich, 1. Bd., Berlin, 1956.

- CALVET Arlette, Le XVIe siècle européen : Dessins du Louvre, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1965, notice 23.

- GERLO Alois, Erasme et ses portraitistes, Bruxelles, 1950.

- MENDE Matthias, Albrecht Dürer, cat. exp. Vienne, Albertina, 2003, notice 173.

- PANOFSKY Erwin, Albrecht Dürer, vol. 2, Princeton, 1948, n 1020.

- SCHUSTER Peter-Klaus, Köpfe der Lutherzeit, cat. exp. Hambourg, Kunsthalle, 1983, sous notice 67.

- STARCKY Emmanuel, Dessins de Dürer et de la Renaissance germanique dans les collections publiques parisiennes, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1991-1992, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1991, notice 66.

Cartel

  • DURER Albrecht

    Portrait d'Erasme

    en 1520

    Bonnat, Léon

  • Pierre noire. En haut au centre à la pierre noire de la main de Dürer, la date : 1520. Annoté en-dessous, sans doute au XVIe siècle d'une autre main : Erasmus fon rottertam. Filigrane : main tenant une fleur. Dessin restauré

    H. : 37.3 cm. ; L. : 27.1 cm.

  • don

    404113

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Daté en haut au centre, à la pierre noire, de la main de Dürer : 1520 ; annoté en-dessous, sans doute au XVIe siècle d'une autre main : Erasmus fon rottertam