Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Pot à kohol : dieu Bès

Œuvre Pot à kohol : dieu Bès

Département des Antiquités égyptiennes : Objets de la vie quotidienne

Pot à kohol : dieu Bès

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Objets de la vie quotidienne

Auteur(s) :
Geneviève Pierrat-Bonnefois

La figurine a perdu ses pieds et sa base, aujourd'hui remplacés par un socle moderne. Elle a également perdu ses boucles d'oreille et son couvercle pivotant, car il s'agit en fait d'un étui à kohol. Ces objets empruntent très souvent la forme de Bès, qui protège leur précieux contenu. Sa palette de couleurs vives qui éclatent sur le fond blanc est d'autant plus remarquable qu'elle a été réalisée au four à l'aide d'oxydes métalliques.

Un produit des arts du feu

Pendant plus de trois mille ans, les Egyptiens n'ont jamais cessé de fabriquer amulettes et figurines dans une pâte siliceuse glaçurée en surface. La technique fondamentale est toujours la même : on façonne, essentiellement par modelage ou moulage, un objet dans une pâte composée de grains de silice -sable du désert ou quartz pilé- avec un peu de calcaire (calcium) et un alcalin, généralement des cendres végétales (potassium), plus une matière qui assure la cohésion, un liant organique non identifié. Au cours du séchage à l'air libre, les sels alcalins migrent vers la surface (phénomène d'efflorescence) et, lors de la cuisson au four vers 850 C, ils font fondre la silice en surface ce qui crée une glaçure brillante ; dans le noyau de l'objet, une vitrification partielle assure la cohésion des particules. Jamais, au cours de ces trois millénaires, les Egyptiens n'ont fabriqué de glaçures plombifères sur argile, à la différence des habitants de Mésopotamie par exemple.

Maîtrise du blanc et des couleurs

Une autre méthode pour assurer une belle couverte brillante consiste à plonger l'objet dans une émulsion émaillante composée d'eau, de poudre minérale colorante et d'alcalin. Cet objet-ci est bien vitrifié en tout point de sa surface, ce qui laisse supposer que c'est cette méthode qui a été employée. En effet, la méthode dite "par efflorescence" laisse les zones en creux, là où les échanges avec l'air sont réduits, moins bien émaillés. Afin d'obtenir une surface d'un blanc le plus pur possible, il fallait que la pâte soit du quartz pur exempt de toute trace colorante comme de l'oxyde de fer présent dans le sable du désert. Sur ce blanc, les nouvelles couleurs introduites à la 18e dynastie ressortent avec éclat : le bleu foncé au cobalt, le rouge vif à base d'oxyde de fer.

Le décor peint

Un examen rapproché révèle que tout le décor a été peint, sans doute avec une sorte de pinceau trempé dans des émulsions contenant de la poudre d'oxydes métalliques. Le bleu souligne les gravure des côtes, des mèches et des bijoux du dieu. Le rouge accentue la langue, le nombril et les tétons ; un lavis vert pâle recouvre le devant des oreilles, un lavis jaune ombre les yeux. Les détails des yeux, de la bouche et la culotte en peau de bête avec sa queue pendante sont peints en brun de manganèse, une couleur très anciennement pratiquée dans la faïence égyptienne.
Cette façon de mettre des couleurs en peignant avec les oxydes est délicate, car les zones colorées ont tendance à "fondre" sur leur frange ; d'où l'invention de l'incision de pâte colorée dans des canaux, qui donne un résultat impeccable quand il est maîtrisé, comme ce fut le cas dans les ateliers des rois Aménophis III et Aménophis IV. Sur cet objet, la qualité des couleurs, due à une excellente connaissance des oxydes métalliques, est remarquable.

Bibliographie

Vandier d'Abbadie J., Les Objets de Toilette égyptiens au Musée du Louvre, Réunion des musées nationaux (RMN), Paris, 1972, p.55-56, fig.164, notice n 164.
Aménophis III le Pharaon Soleil, cat. exp., Paris, Grand Palais, 1993, p.354, notice n 110.

Cartel

  • Pot à kohol : dieu Bès

    vers 1400 - 1300 avant J.-C. (fin 18e dynastie)

  • N 4469

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Matériaux et techniques
    Salle 7
    Vitrine 06 : Le verre et la "faïence"

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet