Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Prométhée enchaîné

Œuvre Prométhée enchaîné

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Prométhée enchaîné

© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Protecteur des hommes, le Titan Prométhée a dérobé le feu de l'Olympe pour le leur offrir. Furieux, Zeus lui inflige un terrible et cruel châtiment : enchaîné au sommet du mont Caucase, un aigle vient chaque jour lui dévorer le foie, qui se reconstitue constamment. Les muscles contractés, Prométhée crie sa douleur, tandis que la torche, objet du délit, gît renversée à ses pieds.

Ciseler un supplice

Après un séjour à l'Académie de France à Rome, Nicolas-Sébastien Adam se fait aussitôt agréer à l'Académie royale de peinture et de sculpture, en 1735. Le sujet que lui fixe le directeur Guillaume Coustou pour sa réception, s'inscrit dans la lignée des morts dramatiques proposées à l'inspiration des sculpteurs depuis le début du XVIIIe siècle : le supplice de Prométhée. L'artiste présente l'esquisse au bout d'un mois, puis attend 1738 pour proposer le modèle en plâtre, trop occupé sans doute par de multiples commandes. En 1757, il se décide enfin à finir son morceau de réception, peut-être en raison de son mariage ou de la réception de son frère. Après un ferme refus de la part de l'Académie pour faire couler son plâtre en bronze, il remet son marbre et est reçu le 26 juin 1762.

Souffrance et turbulence

Adam livre un chef-d'oeuvre de virtuosité, sorte d'apogée tardive du style baroque par sa turbulence et sa force d'expression. La souffrance du héros se lit dans le corps écartelé aux muscles tendus et aux veines gonflées, rendu avec une minutie anatomique. Le sculpteur cherche implicitement à rivaliser avec le Laocoon mais sans la modération de celui-ci : le corps est déséquilibré et le visage vocifère, levé vers le ciel. Le groupe de Laocoon était alors un des antiques les plus admirés : il exprimait les diverses phases de la souffrance humaine dans le combat avec la mort ; on célébrait la retenue pleine de dignité avec laquelle Laocoon agonisait. L'expression de Prométhée est ambiguë : souffrance ou rage ? L'artiste s'est peut-être aussi souvenu du groupe Aristée et Protée (1723) de Sébastien Slodtz placé dans le parc de Versailles, où Adam avait travaillé, de 1736 à 1740.

Une esthétique à contre-courant

L'étoffe du manteau et la fumée de la torche qu'emporte le vent des hauteurs, semblent accroître l'extension du corps du héros. La silhouette déchiquetée du rocher amplifie l'impression d'écartèlement. Les bras et les chaînes forment un rectangle en équilibre sur un angle, d'où surgit la face hurlante du héros. Adam joue des accidents d'ombre et de lumière : aux ombres profondes des plis de la draperie, s'oppose l'éclat vif des arêtes du rocher. Quand l'oeuvre parut au Salon de 1763, entre la Douce Mélancolie de Falconet et une Nymphe de Vassé, elle semblait relever d'une esthétique dépassée. Diderot et les tenants du retour à la grandeur sereine de l'antique la décrièrent. Le public semble toutefois l'avoir appréciée, sensible à la virtuosité de l'exécution. Selon la tradition, le roi de Prusse, Frédéric II, en offrit la somme fabuleuse de 30 000 livres et le roi du Danemark proclama : "Adam, [...] votre nom sera immortel".

Bibliographie

- Diderot et l'art de Boucher à David, catalogue d'exposition, hôtel de la Monnaie, 1984-1985, Paris, 1984, pp. 434-436.

- PRADEL Pierre, "Une figure de Prométhée en terre cuite. Essai pour le morceau de réception de N.-S. Adam à l'Académie de peinture", in Le Pays lorrain, 39e année, n 3, Nancy, 1958, pp. 129-130.

- Fiche 210D, L'Estampille, janvier 1988, pp. 65-66.

Cartel

  • Nicolas-Sébastien ADAM (Nancy, 1705 - Paris, 1778)

    Prométhée enchaîné

  • Marbre

    H. : 1,14 m. ; L. : 0,82 m. ; Pr. : 0,48 m.

  • Saisie révolutionnaire des collections de l'Académie

    M.R. 1745

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet