Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Psyché et l'Amour

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Psyché et l'Amour

© 2001 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
François de Vergnette

La jeune princesse Psyché est surprise et troublée par le premier baiser de Cupidon, ou l'Amour, qui est invisible pour elle. Le mythe antique, ici raconté, est une histoire d'amour mais aussi une allégorie métaphysique : Psyché est la personnification de l'âme humaine. L'oeuvre peinte en 1798 par Gérard, un ancien élève de David, témoigne de l'évolution du néoclassicisme vers l'expression de la sensualité et une certaine abstraction formelle.

Histoire d'amour et métaphysique

Psyché, princesse dont la beauté a excité la jalousie de Vénus, est aimée par le fils de la déesse, Cupidon ou l'Amour. Gérard montre ce dernier déposant son premier baiser sur le front de la jeune fille, qui ne peut voir son amant divin. Surprise et troublée, Psyché croise pudiquement les bras sur son buste nu. C'est la première émotion de l'amour naissant.
Les deux amants connaîtront ensuite de nombreuses péripéties avant leurs noces dans l'Olympe. Ce mythe a été raconté par l'écrivain latin Apulée dans un conte, L'Âne d'or, puis par Jean de La Fontaine dans Les Amours de Psyché et de Cupidon. Il a séduit de nombreux artistes de l'Antiquité jusqu'à l'époque néoclassique où le thème connaît une grande fortune (L'Amour et Psyché de Canova, Enlèvement de Psyché de Prud'hon, musée du Louvre). Ce n'était pas seulement une histoire d'amour mais aussi une allégorie métaphysique, car Psyché en grec signifie "l'âme". La scène peinte par Gérard symbolise ainsi le thème néoplatonicien de l'union de l'âme humaine et de l'amour divin. De plus, l'artiste a représenté un papillon au-dessus de la tête de la jeune fille : l'insecte lui aussi se dit "psyché" en grec et symbolise l'âme.

Une oeuvre appréciée des "primitifs"

Gérard a peint cette toile alors qu'il était un jeune artiste, formé dans l'atelier de David. Il l'exposa au Salon de 1798, où l'accueil ne fut pas unanime. Beaucoup furent troublés par l'évolution du néoclassicisme perceptible dans cette oeuvre. Les plus enthousiastes furent certains élèves de David, s'appelant les "primitifs", qui prônaient un art archaïque. Ingres, proche d'eux, estima ce tableau un des plus beaux de l'école française. Mais le véritable succès de Gérard n'est venu que plus tard, lorsqu'il devint le portraitiste attitré de la cour impériale.

Des statuettes en biscuit dans un paysage naturel

Les deux aspects du mythe de Psyché pris en compte par Gérard expliquent le caractère composite de son tableau. Il est un subtil mélange de froideur et de sensualité, comme l'est aussi le groupe sculpté de Canova, L'Amour et Psyché, antérieur de cinq années. La sensualité des deux figures de Gérard vient de leur nudité et plus encore de la pose de celle de l'Amour. Une certaine froideur se dégage des formes épurées et simplifiées des corps. Avant Ingres (La Baigneuse Valpinçon, 1808, musée du Louvre), Gérard a fait le choix de l'abstraction des contours et d'une facture "porcelainée". Psyché et l'Amour ont ainsi été comparés à des figures de camées antiques ou à des statuettes en biscuit de Sèvres, très éloignées du style monumental de David dans Le Serment des Horaces (musée du Louvre). Ces figures aux tons d'ivoire se détachent en clair sur un fond de paysage bleu et vert, lui aussi épuré.

Bibliographie

- LANG Paul, Regards sur Amour et Psyché à l'âge néoclassique, catalogue d'exposition, Carouge, musée, 1994, Zurich, Institut suisse pour l'étude de l'art, 1994, p. 101-105.

- MICHEL Régis, "L'art des Salons", Aux armes et aux arts. Les arts et la Révolution 1789-1799, Paris, Adam Biro, 1985, p. 75-76.

Cartel

  • François GÉRARD (Rome, 1770 - Paris, 1837)

    Psyché et l'Amour

    Salon de 1798

  • H. : 1,86 m. ; L. : 1,32 m.

  • Acquis en 1822

    INV. 4739

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    Vien
    Salle 53

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet