Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Quatre babouins adorant le soleil levant

Œuvre Quatre babouins adorant le soleil levant

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Singes qui ornaient le socle de l'obélisque du temple de Louxor

© 2006 Musée du Louvre / Christian Décamps

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Élisabeth David

Ce bloc de 5,7 tonnes est le fragment du socle d'un des obélisques du temple de Louxor : il provient de l'arrière de celui qui est resté sur place, frère de l'obélisque de la Place de la Concorde à Paris. Les singes du Louvre, debout sur leurs pattes arrière et levant les bras pour honorer le soleil, furent à leur arrivée à Paris l'objet d'un scandale qui fait aujourd'hui sourire.

Des babouins impudiques !

Rapportés en France en même temps que l'obélisque autrefois dressé à l'ouest de la porte d'entrée du temple de Louxor, ils étaient destinés à décorer son socle sur la place de la Concorde. Le puritanisme étant de règle sous le règne de Louis-Philippe, on estima ne pas pouvoir ériger en place publique, juste sous le nez des badauds parisiens, des babouins aussi manifestement mâles. Ils furent donc envoyés au Louvre, qui n'hésita pas à les exposer.

Des adorateurs du soleil

En réalité, ces singes honorent l'astre du jour. Les obélisques sont la forme la plus effilée d'un très ancien symbole égyptien, le "ben-ben", allusion à la première butte de terre émergée du chaos des origines au moment de la création du monde par le soleil. Devant le pylône de Louxor, les deux obélisques étaient dressés sur des dés monolithiques, eux-mêmes posés sur des socles. Les faces avant et arrière des dés étaient sculptées, ou plaquées, de groupes similaires à celui-ci. Les textes égyptiens, tout spécialement les hymnes solaires, rendent absolument claire cette représentation : les babouins lèvent les mains, chantent, dansent en hommage au soleil levant, qu'ils guident et assistent au passage de la porte du monde diurne.

Les singes de Ramsès II

Chacun des animaux porte en pectoral le nom de naissance et de couronnement, en alternance, de Ramsès II. Ce roi semble avoir apprécié ce motif décoratif, également utilisé sous son règne, en ronde-bosse ou en très haut-relief, sur le reposoir de l'autel solaire et au sommet de la façade du grand temple d'Abou Simbel, et selon une hypothèse, à la base des deux obélisques dressés à l'est du temple de Karnak. L'adoration du soleil par les babouins est fortement mise en valeur au plus tard sous les règnes d'Aménophis III et d'Aménophis IV - Akhénaton.

Cartel

  • Singes qui ornaient le socle de l'obélisque du temple de Louxor

    règne de Ramsès II (1279 - 1213 av. J.-C.), 19e dynastie

  • granite

    H. : 1,59 m. ; L. : 3,25 m.

  • D 31

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Le parvis du temple
    Salle 11

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet