Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Relief dit de Domitius Ahenobarbus

Œuvre Relief dit de Domitius Ahenobarbus

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art romain

Relief dit de Domitius Ahenobarbus

© 2010 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art romain

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Découvert sur le Champ de Mars avec trois autres fragments à thèmes mythologiques et de style grec (conservés à Munich), ce relief provient d'un monument érigé sans doute par le consul Domitius Ahenobarbus à la fin du IIe siècle av. J.-C. Il représente un recensement militaire et le sacrifice au dieu Mars d'un taureau, d'un bélier et d'un porc. Ce panneau est le plus ancien relief historique si spécifique à l'art romain et voué à un grand développement durant l'époque impériale.

Le monument de Domitius Ahenobarbus

Lors de sa découverte sur le Champ de Mars de Rome, ce long relief était associé à trois autres panneaux décorés d'un cortège marin célébrant les noces de Neptune et d'Amphitrite, conservés désormais à la Glyptothèque de Munich. Plutôt qu'à un parement d'autel, ces reliefs appartiendraient à la base d'un groupe statuaire élevé à la fin du IIe siècle av. J.-C. dans un temple dédié à Neptune et à Mars. Cn. Domitius Ahenobarbus, consul en 122 av. J.-C., en est peut-être le commanditaire. Pline l'Ancien (Histoire naturelle, XXXVI, 26) attribue le décor du temple et la réalisation de ce groupe, qui représentait Neptune, Amphitrite, Achille et les Néréides, à Scopas, un sculpteur attique alors actif à Rome.

Premier relief historique connu : la cérémonie du cens

Contrairement aux trois reliefs de Munich, le marbre du Louvre met en scène une cérémonie proprement romaine, le cens, qui a lieu à Rome tous les cinq ans. La partie gauche du relief représente le recensement en vue de l'enrôlement des soldats dans l'armée romaine. Les citoyens sont inscrits sur les listes administratives en fonction de leur fortune, et répartis ainsi dans une des cinq classes de l'armée. La cérémonie s'achève par un sacrifice en l'honneur de Mars, le dieu de la Guerre : un taureau, un bélier et un porc sont conduits près de l'autel par les victimaires pour être immolés (ce sacrifice est appelé "suovétaurile" en latin). Mars, cuirassé et casqué, préside au cortège solennel du censeur et des prêtres qui ont la tête voilée et couronnée de lauriers. Ce bas-relief, exécuté vers 100 av. J.-C., est un jalon essentiel dans l'histoire de l'art romain : c'est le plus ancien relief connu où la réalité politique et religieuse de Rome est décrite avec force détails comme la forme des vêtements et des armes. Il amorce la tradition du relief historique qui se développe particulièrement dans l'art officiel durant l'époque impériale.

L'éclectisme des références

Au IIe siècle av. J.-C., les artistes, grecs pour la plupart, sont au service des ambitions de la classe dirigeante. Ils sont amenés, de fait, à créer un langage figuré qui exprime les idées des commanditaires romains. En l'absence de modèles existants, ils adaptent le répertoire grec en y mêlant des détails proprement romains, d'où un style parfois hésitant. Par la juxtaposition de sujets et de styles très différents, les reliefs de l'Autel de Domitius Ahenobarbus témoignent de l'éclectisme qui prévaut dans l'art de la République romaine. Sculpté antérieurement au panneau du Louvre, vers 110 av. J.-C., le cortège mythologique de Munich emprunte à la tradition grecque hellénistique la conception du décor, son thème et sa qualité d'exécution. A l'inverse, l'iconographie politique et cultuelle du relief du Louvre reflète les incertitudes d'un art romain en formation. Des maladresses sont sensibles dans les personnages trapus, les attitudes de trois quarts et la perspective mal maîtrisée.

Bibliographie

STILP F., "Mariage et suovetaurilia, étude sur le soi-disant Autel de Domitius Ahenobarbus", Rivista di Archeologia, suppl. 26, 2001.
BARATTE Fr., L'Art romain, manuels de l'Ecole du Louvre, Paris, 1996, pp. 74-75.
TURCAN R., L'Art romain, Paris, 1995, pp. 35-38.
MEYER H., "Ein Denkmal des Consensus Civium", Bollettino Comunale di Archeologia, 95, 1993, pp. 45-67.
TORELLI M., Typology and Structure of Roman Historical Reliefs, Ann Arbor, 1982, pp. 5-25.
FRONING H., Marmor-Schmuckreliefs mit griechischen Mythen im 1. Jh. v. Chr. Untersuchagen zu Chronologie und Funktion, Main-sur-Rhin, 1981, pp. 114-120.
BONANNO A., "Roman Relief Portraiture to Septimus Severus", British Archeological Reports, suppl. 6, 1976, pp. 7-11.
COARELLI F., "L'ara di Domizio Enobarbo e la cultura artistica a Roma nel II secolo a. C.", Dialoghi di Archeologia, 3, 1968, pp. 302-368.
MICHON E., "Les bas-reliefs historiques romains du musée du Louvre" , Mémoires et Monuments, Fondation Piot, 17, 1909, pp. 147-157, fig. 1-3.

Cartel

  • Relief dit de Domitius Ahenobarbus

    Fin du IIe siècle avant J.-C.

    Champ de Mars, Rome

  • Marbre

    H. : 1,20 m. ; l. : 1,47 m.

  • Ancienne collection du cardinal Fesch. Achat, 1824

    N° d'entrée LL 399 (n° usuel Ma 975)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Art romain
    Salle 22

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet