Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Relief d'une base de statue

Œuvre Relief d'une base de statue

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Ce relief reproduit une partie du décor de la base des statues de culte créées par Alcamène vers 420 av. J.-C. et vénérées dans le temple d'Héphaïstos sur l'agora d'Athènes. Le sujet représenté - la naissance d'Erichthonios, le premier roi d'Athènes - s'inscrit dans une série de bases à naissance miraculeuse particulièrement répandues en Attique. Figurée à mi-corps, Gaia (la Terre) tend son enfant à la déesse Athéna en présence d'Héphaïstos, le père d'Erichthonios, et d'Aphrodite.

La naissance d'Erichthonios

Autrefois conservé dans la collection Albani, ce relief romain semble avoir été réalisé au IIe siècle de notre ère sur le modèle d'un original grec de la fin du Ve siècle av. J.-C. Le panneau, dont la partie supérieure est entièrement moderne, reproduit une partie du décor de la base des statues de culte du temple d'Héphaïstos sur l'agora d'Athènes, oeuvres d'Alcamène. Son décor est profondément lié aux origines mythiques du peuple athénien : il illustre la naissance d'Erichthonios, le premier roi d'Athènes. Comme Héphaïstos poursuivait Athéna de ses ardeurs, du sperme souilla le vêtement de laine de la déesse. De dégoût, celle-ci jeta l'étoffe au sol. Gaia (ou Gè), la Terre primordiale, reçut le linge en son sein et engendra Erichthonios - dont le nom vient du grec éri (la laine) et chthonios (sous la terre). Figurée en anodos, émergeant du sol à mi-corps, Gaia tend le nourrisson à Athéna tandis qu'Héphaïstos et Aphrodite assistent, de part et d'autre, à la scène. Une autre réplique fragmentaire, provenant de la villa de l'empereur Hadrien à Tivoli, illustre le même épisode ; elle présente cependant quelques variantes, telles que la représentation de personnages masculins et d'une jeune femme adossée à un arbre, absents du relief Albani.

Un écho de l'oeuvre d'Alcamène

Malgré les libertés prises par le copiste, le relief Albani reflète l'art d'Alcamène dans l'attitude des personnages comme dans le traitement des drapés. Le sculpteur athénien, un des maîtres de la sculpture grecque classique, élève de Phidias, a créé le soubassement originel des statues de culte de l'Héphaïstéion vers 420 av. J.-C. Dans la partie gauche du relief, l'on devine une figure féminine en appui sur un pilier qui fait écho à l'une des oeuvres les plus abouties du sculpteur : l'Aphrodite des Jardins. Accoudée sur une colonne sur laquelle retombe l'abondant drapé de son manteau, la déesse apparaît l'épaule et le sein gauches dénudés, les jambes croisées selon la pondération savamment déséquilibrée de son modèle. Le type statuaire, maintes fois copié durant l'époque romaine impériale, est illustré au Louvre par deux répliques en marbre.

Un personnage emblématique de l'Attique

Erichthonios est une figure emblématique de l'Attique. Les Athéniens se croyaient autochtones (nés de leur sol) en raison de la naissance légendaire de leur ancêtre et souverain, aussi cet épisode a-t-il été particulièrement exploité par les artisans locaux. Le décor de ce relief s'inscrit dans une série de bases à naissance miraculeuse décrites dans toute l'Attique. Selon la légende, Erichthonios contribua à la gloire d'Athènes en introduisant en Attique l'usage de l'argent, en établissant le culte d'Athéna et en instituant les fêtes des Panathénées en l'honneur de la déesse.

Bibliographie

- HOLTZMANN B., L'Acropole d'Athènes : monuments, cultes et histoire du sanctuaire d'Athéna Polias, Picard, Paris, 2003, p.28, fig.3.

- KOSMOPOULOU A., The iconography of sculptured statue bases in the archaic and classical periods, 2002, p.126-130, p.242-243, n 61, fig.99.

- MARTINEZ J.-L., Les Antiquités grecques. Guide du visiteur, Musée du Louvre, Paris, 2002, p.54.

- HOLTZMANN B., D'après l'antique, Musée du Louvre, Paris, 2000, p.26, fig.3.

- ROLLEY Cl., La sculpture grecque, II. La période classique, Picard, Paris, 1999, p.144-145.

Cartel

  • Relief d'une base de statue

    oeuvre romaine (IIe siècle ap. J.-C. ?)

    Rome (Italie)

  • Marbre du Pentélique (Attique), Bas-relief

    H. : 0,65 m. ; L. : 1,07 m. ; Pr. : 0,85 m.

  • Ancienne collection Albani. Saisie napoléonienne à la suite du traité de Tolentino de 1797. Entrée au Louvre en 1803.

    La naissance d'Erichthonios

    Ma 579

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet