Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Reliquaire-pendentif dit « Bulle de l’Impératrice Maria »

Œuvre Reliquaire-pendentif dit « Bulle de l’Impératrice Maria »

Département des Objets d'art : Haut Moyen Age

Bulle de l'impératrice Maria

Objets d'art
Haut Moyen Age

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Longtemps considéré comme une bulle, ce bijou se portait en pendentif et appartenait à l’impératrice Maria, épouse d’Honorius (384-423), premier empereur d’Occident. Ce pendentif, fait de deux camées, contenait de la terre provenant de Terre Sainte et faisait ainsi office de reliquaire. Ce bijou précieux est un rare témoignage des premières œuvres d’art chrétien et révèle la virtuosité des artistes italiens de la fin du IVe siècle.

Une oeuvre précieuse

Le pendentif, de forme ronde, est composé de deux camées d’agate sertis dos à dos par une monture en or ornée de quatre émeraudes, taillées en losange, et de cinq paires de petits rubis. Chaque face porte des inscriptions en relief en forme de chrisme. Les inscriptions reprennent celles des acclamations. On y voit le nom de la propriétaire Maria (morte vers 407) dans la boucle du Rho, celui de son époux Honorius (387-423) et celui de sa sœur Serena. Aucun autre bijou semblable n’est connu.

Le pendentif de l'impératrice Maria

Ce bijou a été trouvé en 1544 à Saint-Pierre de Rome lors de travaux dans la chapelle Sainte Pétronille ou « chapelle des Rois de France ». Cette chapelle avait été érigée pour servir de mausolée à la famille de l’empereur Théodose Ier (vers 346-395). Le pendentif se trouvait dans le sarcophage en marbre d’une jeune femme avec un ensemble de gemmes et de vases précieux. Le corps était drapé dans de fins vêtements d’or et a été identifié comme étant celui de Maria, fille du patricien Stilicho et de Serena, nièce de Théodose Ier, et sœur d’Eucherius et de Thermantia. Maria avait été mariée en 398 à l’empereur d’Occident Honorius. Il est d’ailleurs probable que ce petit reliquaire lui ait été donné à l’occasion de son mariage. Elle est morte vers 407, l’œuvre est donc précisément datée entre 398 et 407.

L'expression du premier art chrétien

Les inscriptions en forme de chrisme, la forme générale ronde de l’objet et ses similitudes avec les bulles chrétiennes de métal précieux, ornées de motifs de crosses et de monogrammes, ont longtemps fait que ce reliquaire a été considéré comme une bulle. Les camées, du type des amulettes bien connues pendant le Bas Empire, combinent ici deux formules écrites récurrentes sur les premières œuvres chrétiennes : le Chrisme et l’acclamation. Ainsi cette œuvre est bien un reliquaire à la gloire de son propriétaire e de sa famille ainsi que du Christ.

Bibliographie

Exposition Age of spirituality Late Antique and Early Christian Art, third to sventh Century, Metropolitan museum of Art, New York, 1977, p 306.

Cartel

  • Milan ? (entre 398 et 407)

    Bulle de l'impératrice Maria

  • Camée d'agate, or, émeraudes, rubis

  • Découverte en 1544 à Saint-Pierre de Rome.Ancienne collection Archinti, Caronni, della Torre di Rezzonico, Trivulzio, Montesquiou-Fezensac ; Don anonyme par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre, 1951

    OA 9523

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Charlemagne
    Salle 1

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Sur une face : STEL+ICHO, SERENA, ECH+ERI(us)+THERMA+ANTIA, VIVA+TIS.Sur l’autre face : HON+ORI(us), MARIA, STEL+ICHO, SER+HNA,VIVA+TIS.