Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Rochers à Saint-Malo

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Rochers à Saint-Malo

Arts graphiques
XIXe siècle

Auteur(s) :
Véronique Goarin

Eugène Isabey, peintre de genre et de marine, est formé par son père le miniaturiste Jean-Baptiste Isabey et par Charles Cicéri. Il subit rapidement l’influence de la peinture anglaise et hollandaise, mais s’en libère bientôt et révèle une grande originalité, particulièrement dans la technique de l’aquarelle. Rochers à Saint-Malo est exemplaire de son style vigoureux où les forts rehauts de blanc provoquent des effets lumineux annonçant les peintres de la mer de la génération suivante.

Une formation éclectique

Jeune, Isabey voyage en Angleterre et s’intéresse aux paysagistes de ce pays ; il observe les œuvres de Bonington, particulièrement ses aquarelles et subit son influence. Son goût naissant pour la mer se confirme à ce contact. A Paris, il regarde faire les élèves de son père, il admire Delacroix et Géricault et entre dans la mouvance romantique. Plus tard il se rend en Belgique et en Hollande où il est impressionné par les peintures de Rembrandt et de Van de Velde. A cette époque sa prédilection pour les effets de clair-obscur, les scènes de genre et les marines se précise.

Des sujets variés

Ami d’Alexandre Dumas, Isabey s’intéresse comme lui à l’histoire, il s’inspire du passé dans des scènes théâtrales : bals, duels, sujets religieux dans des nefs de pierres, cabinets d’alchimistes où le pittoresque et le rôle du costume sont importants. Isabey est aussi un peintre de paysage : il représente des chaumières, des marais, de vieilles rues mais il affectionne particulièrement la mer. Il se dégage de l’influence des peintres de marine traditionnels et peint la mer pour elle-même, sous tous ses aspects : rivages, ports, pêcheurs, familles angoissées, bateaux, détails de gréements et de carènes. Il aime illustrer l’aspect dramatique de la mer : la forte houle, les grains, les coups de vent et les bourrasques, jusqu’aux naufrages. Il effectue de nombreux séjours en Normandie et en Bretagne ; en 1850, il réside à Saint-Malo où il fait une série d’aquarelles représentant souvent les remparts mais aussi, comme ici, simplement les rochers battus par une mer agitée.

L'influence

De jeunes peintres viennent se perfectionner dans son atelier. Il s’agit à la fois d’élèves provenant des ateliers de Picot, Cogniet ou Drolling qui aiment associer l’eau, et surtout la mer, à leurs compositions et de paysagistes, constituant la nouvelle génération des peintres de la mer. Ainsi en est-il de Boudin rencontré en Normandie qu’il incite à représenter des scènes de plage et qui s’inspire de ses ciels. De même, il entraîne dans ses voyages le Hollandais Jongkind à qui il prodigue ses conseils. J. Noël, Ziem, A. Stevens et Eugène Smith, entre autres, se forment également auprès de lui, adoptant sa touche alerte et vive, appliquée avec brio, qui donne une impression de facilité et d’improvisation. On songe encore à lui en évoquant La Vague du musée de Lille par Courbet, pourtant si éloigné du romantisme d’Isabey. La composition de l’aquarelle du Louvre s’y retrouve : ciel nuageux et houle frappant les rochers, dans un effet de contre-jour traité avec la même ferme juxtaposition de taches dans une lumière crue et brutale.
Le Louvre possède un ensemble représentatif de l’œuvre graphique d’Isabey. Outre une centaine de dessins et d’aquarelles acquis en 1864 et 1910, la collection s’est enrichie en 1997 d’un ensemble de 18 carnets de croquis, témoins de son activité débordante, réalisés avec une technique maîtrisée dans une grande économie de moyens.

Bibliographie

- MIQUEL Pierre, Eugène Isabey 1803-1886 : la Marine au XIX° siècle, 2 vol., Maurs-la-Jolie : Ed. de la Martinelle, 1980, T. 1, p. 224, ill. 118, p. 232.

- SÉRULLAZ Arlette, L’Aquarelle en France au XIX° siècle : dessins du Musée du Louvre, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Cabinet des Dessins, 1983, n° 93 ; Paris : Ed. de la Réunion des Musées Nationaux, 1983.

- KAYSER Christine, Peindre le ciel : de Turner à Monet, cat. exp. Musée-Promenade, Marly-le-Roi/Louveciennes, 1995, n° 131 ; Marly-le-Roi/Louveciennes : L'Inventaire : Musée-Promenade, 1995.

- SÉRULLAZ Arlette, « Acquisitions », Revue du Louvre, 1999, n° 1, p. 94-95, n° 37.

Cartel

  • ISABEY Eugène

    Rochers à Saint-Malo

    vers 1850

    Isabey Eugène

  • Aquarelle sur traits de graphite, gouache. Signé en bas à droite 'E. Isabey 1850'. Annotation en bas à gauche au crayon 'St Malo' ; filigrane dans le papier : J. WHATMAN / TURKEY MILL / 1849. Dessin restauré

    H. : 19.5 cm. ; L. : 32 cm.

  • achat , 1864

    37919

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé et daté en bas à droite, à la plume et encre brune : E. Isabey 1850. En bas à gauche, à la mine de plomb : St Malo.