Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Saint François d'Assise recevant les stigmates

Œuvre Saint François d'Assise recevant les stigmates

Département des Peintures : Peinture italienne

Saint François d'Assise recevant les stigmates

© 2007 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Martine Depagniat, Dominique Thiébaut

Décrit en 1550 et 1568 par Vasari dans l'église San Francesco de Pise, le retable provient sans doute d'une des chapelles du transept. Souvent contestée dans le passé malgré la présence de la signature, l'attribution à Giotto est réaffirmée aujourd'hui par la plupart des spécialistes. Les quatre scènes de la vie de saint François d'Assise (1182-1226) sont à rapprocher des fresques de la vie du saint, peintes dans l'église supérieure de San Francesco d'Assise, que l'on attribue à Giotto.

Une représentation non traditionnelle

Giotto a choisi de représenter sur la partie principale du panneau, non plus une figure en pied, hiératique, comme on le voit traditionnellement sur les retables au XIIIe siècle, mais un des événements majeurs de la vie de saint François d'Assise : en prière sur le mont Alverne où il reçoit les stigmates du Christ crucifié qui lui apparaît sous la forme d'un séraphin.
La prédelle du retable représente quatre scènes de la vie du saint : à gauche, le songe d'Innocent III qui en rêve voit saint François soutenir une église sur le point de s'écrouler ; au centre, le pape qui approuve les statuts de l'ordre des franciscains ; à droite, saint François prêchant aux oiseaux, démontrant ainsi que la Parole de Dieu s'adresse à tous les êtres vivants.

Une oeuvre de Giotto

Les quatre scènes sont très proches dans leur iconographie, leur composition et leur style du Cycle de la vie de saint François peint à fresque dans l'église supérieure de San Francesco à Assise que la majorité des critiques attribuent à Giotto. La présence sur le cadre original de la signature du peintre : "OPUS IOCTI FLORENTINI", ne laisse aucun doute sur le caractère autographe du retable et confirme en outre l'intervention de Giotto au début des années 1390 sur le chantier de la basilique supérieure d'Assise.

Le renouveau de la peinture florentine

Dans cette oeuvre apparaît bien la nouveauté du langage de Giotto : une liberté sans précédent de son art. La représentation, au registre principal, d'une scène historique dans un paysage est révélatrice de l'évolution du langage pictural, notamment des recherches sur la représentation de l'espace. A cet égard, la scène principale est particulièrement élaborée, le peintre s'attachant à décrire un espace intérieur. Les petites chapelles vues de trois-quarts amorcent les réflexions sur la perspective. Il sait aussi décrire avec poésie et réalisme les différentes espèces venues écouter le saint, montrant son souci de se rapprocher de la réalité. Ainsi l'image du Christ, encore proche des figures sacrées de l'art byzantin, s'oppose à celle de saint François : l'intensité de l'expression, l'émotion que contient son regard, mais également les traits de son visage modelés par la lumière, lui donnent toute sa réalité et son humanité.
Un monde nouveau, construit et solide, apparaît sous le pinceau de Giotto. Les personnages, forts d'une nouvelle réalité plastique et expressive y prennent place.

Cartel

  • GIOTTO DI BONDONE (Colle di Vespignano (Toscane), vers 1265 - Florence, 1337)

    Saint François d'Assise recevant les stigmates

    Vers 1295 - 1300

  • H. : 3,13 m. ; L. : 1,63 m.

  • Entré au Louvre en 1813

    À la prédelle : Le songe d'Innocent III ; Le pape approuvant les statuts de l'ordre ; Saint François prêchant aux oiseaux

    INV. 309

  • Peintures

    Aile Sully
    1er étage
    La Chapelle
    Salle dédiée à des expositions temporaires

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé en bas sur le cadre d'origine : OPUS IOCTI FlORENTINI. À droite et à gauche, des armoiries que l'on a identifiées comme celles de la famille Ughi ou récemment comme celles des Cinquini.