Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Saint Michel terrassant le démon

Œuvre Saint Michel terrassant le démon

Département des Peintures : Peinture italienne

Saint Michel terrassant le démon, dit le Petit Saint Michel

© 2011 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Cécile Scailliérez

Ce Saint Michel terrassant le démon a peut-être peint pour le duc d'Urbino, Guidobaldo da Montefeltre, vers 1503 - 1505, en même temps que le Saint Georges combattant le dragon (INV. 609) auquel il est toujours resté associé.

De l'Apocalypse à La Divine Comédie

Le combat de l'archange saint Michel contre le dragon, figure allégorique du mal, est évoqué dans l'Apocalypse de saint Jean : à l'issue de la lutte de l'archange contre les anges rebelles, le dragon est terrassé et précipité sur la terre. Dans ce cas précis, la représentation traditionnelle est enrichie de scènes annexes inspirées de L'Enfer de La Divine Comédie où Dante évoque le châtiment des hypocrites et des voleurs. Les uns sont figurés, ici à gauche, drapés de chapes de plomb doré, sortant de terre et marchant en procession devant la ville de la colère embrasée ; les autres, à droite, sont nus et livrés à des serpents et à des oiseaux noirs.

Un texte apprécié à la cour d'Urbino

Ce texte de Dante était très apprécié à la cour d'Urbino et le duc Guidobaldo da Montefeltre, à moins que ce ne soit sa soeur Giovanna Feltria della Rovere désireuse de célébrer la réception de son fils Francesco Maria della Rovere dans l'ordre de Saint-Michel en 1503, pourraient être à l'origine de la commande de ce tableau. Il forme une paire avec un Saint Georges, présent aussi au musée du Louvre, dont une autre version d'esprit très voisin, se rattache clairement au mécénat du duc d'Urbino. Les couleurs du bouclier de saint Michel, orné d'une croix rouge sur fond blanc, allusion à la croix de saint Michel, chevalier du Christ, n'ont pu être mises en relation avec aucune destination précise.

Une forte influence nordique

L'oeuvre est caractéristique d'une série de tableaux de très petits formats peints par Raphaël dans les années 1503-1505. Raphaël se partageait, alors, entre Pérouse et Urbino. Le souvenir du Pérugin, sensible ici dans la figure grêle et dansante de saint Michel, se conjugue avec une forte influence de la peinture nordique, de Memling surtout, mais aussi - et c'est l'originalité de ce tableau - de Jérôme Bosch. Cet artiste avait très probablement séjourné à Venise autour de 1500 et ses créatures fantasmagoriques, minuscules et graciles, appartenant à un monde souterrain et totalement imaginaire, ses effets de lueurs artificielles, fascinèrent les artistes y compris les peintres italiens. Raphaël fut un des premiers à s'inspirer de lui, comme on le voit ici dans les figures infernales combattues par saint Michel et dans le paysage.

Cartel

  • Raffaello SANTI, dit RAPHAËL (Urbino, 1483 - Rome, 1520)

    Saint Michel terrassant le démon, dit le Petit Saint Michel

  • H. : 0,30 m. ; L. : 0,26 m.

  • Collection de Louis XIV (acquis en 1661)

    INV. 608

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Grande Galerie
    Salle 5

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet