Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Salière

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Salière

© 2000 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Objets d'art
Moyen Age

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Cette salière, de petites dimensions, est entrée dans la collection de Louis XIV, grand amateur de gemmes, entre 1681 et 1684. C'est l'une des rares œuvres du XVe siècle ayant conservé sa monture d'origine et qui est entrée dans les collections de ce souverain. D'une grande préciosité, la monture présente un décor éminemment gothique.

Le rôle de la salière au Moyen Age

Au Moyen Age, les salières étaient les premières pièces posées sur la table. Elles avaient un rôle privilégié et complexe, lié à la symbolique religieuse du sel. En effet, le sel représentait l'alliance de Dieu avec son peuple, et la salière symbolisait la présence du divin à table. Les salières avaient souvent la forme de pyxides, et leur qualité devait être en harmonie avec l'importance de leur contenu. De fait, les salières sont ornées d'un décor d'une grande richesse comme en témoigne celle du Louvre. Les plus précieuses étaient l'apanage des grands. Les salières en vinrent alors à marquer à la table les places d'honneur.

Une monture médiévale

La petite coupe d'agate est prise dans une monture entièrement médiévale. La coupe est fixée solidement, à l'intérieur, par un petit disque en or perforé, qui devait être émaillé, situé au fond de la coupe, et, à l'extérieur, par trois frettes moulurées. Le bord de la coupe, en or festonné, présente huit gargouilles, dont quatre subsistent. Elle est soutenue par un pilier central surmonté de trois gargouilles et de six tourelles formant des niches pour des enfants en ronde-bosse d'or émaillé couleur chair. La base polyédrique accueille un décor filigrané raffiné et porte le chiffre SE répété trois fois, en émail brun et noir, et six fois, en or alternant avec des perles. Cette base est ornée de six tourelles et de six gargouilles. Ces ornements architecturaux sont caractéristiques de l'orfèvrerie gothique.

Les oeuvres en rapport

Avec l'aiguière en serpentine conservée au Victoria and Albert Museum de Londres, la salière est la seule œuvre de la collection de Louis XIV ayant conservé sa monture médiévale. De nombreuses petites salières de même forme, en agate ou en jaspe, pourvues d'un couvercle et d'un pied à pans, sont connues. La salière du Louvre était d'ailleurs dotée d'un couvercle en or, qui a disparu. Il existe une paire de salières au Museo Estense de Modène. Louis XIV possédait deux autres petites salières de ce type, mais fabriquées en cristal. Toutes ces salières appartiennent au même groupe et révèlent le succès de tels objets. Si on connaît la date d'acquisition de cette salière par Louis XIV (entre 1681 et 1684), on ignore malheureusement l'identité de la personne désignée par les initiales SE.

Bibliographie

- ALCOUFFE Daniel, Les Gemmes de la Couronne, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2001, p. 179-180.

Cartel

  • France (XVe siècle)

    Salière

  • Agate, or, émaux opaques sur ronde-bosse d'or, perles

    H : 0,10 m.

  • Ancienne collection de la Couronne

    MR 119

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Anne de Bretagne
    Salle 6

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Chiffre représenté six fois en or et trois fois en or émaillé : SE ; Numéro gravé au revers de la base : 420 (numéro de l'inventaire de 1791)