Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Sarcophage des époux de Cerveteri

Œuvre Sarcophage des époux de Cerveteri

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Sarcophage, dit "Sarcophage des époux''

© Musée du Louvre, dist. RMN / Philippe Fuzeau

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :

Marie-Bénédicte Astier

 

 


 

Remerciements :

Cette notice d’œuvre vous est présentée par Canson

Ce monument exceptionnel, sarcophage ou urne cinéraire, provient de Caere, une cité célèbre à l'époque archaïque pour sa sculpture en argile. Il figure les défunts tendrement enlacés, à demi étendus sur un lit dans l'attitude de banqueteurs, selon une mode née en Asie Mineure. Ceux-ci font le geste de l'offrande du parfum, un rituel qui caractérise, avec le partage du vin, la cérémonie funéraire.

Un exemple de la sculpture en terre cuite de Caere

Le Sarcophage des époux a été trouvé en 1845 par le marquis Campana dans la nécropole de la Banditaccia à Cerveteri, l'antique Caere. Acquis en 1861 par Napoléon III, ce monument a souvent été considéré comme un sarcophage en raison de ses dimensions exceptionnelles. Sa fonction demeure cependant incertaine, car l'inhumation et l'incinération se partageaient la faveur des Étrusques : il pourrait donc s'agir plutôt d'une grande urne destinée à contenir les cendres des défunts. On ne connaît qu'un seul exemplaire analogue à cette oeuvre (musée de la Villa Giulia à Rome) qui témoigne également de la maîtrise atteinte par les sculpteurs de Cerveteri dans la sculpture en argile, à la fin du VIe siècle av. J.-C. À l'époque archaïque, la terre cuite est un des matériaux de prédilection des ateliers de Caere pour les monuments funéraires et les décors architecturaux. La ductilité de l'argile offre aux artisans de nombreuses possibilités permettant de pallier la pénurie de pierre adaptée à la sculpture, qui affecte cette région de l'Étrurie méridionale.

Banquet et rituel funéraires

Cette urne se présente sous la forme d'un lit sur lequel reposent les défunts dans l'attitude des banqueteurs. Ce thème n'est pas une invention étrusque mais trouve son origine en Asie Mineure : les Étrusques, comme les Grecs avant eux, ont reçu de l'Orient la coutume de festoyer couchés et la façon conventionnelle de la représenter. Contrairement au monde grec où le banquet est réservé aux hommes, la femme étrusque, qui occupe une place importante dans la société, est représentée aux côtés de son époux, dans les mêmes proportions et dans une attitude similaire. Le couple est à demi allongé sur des coussins en forme d'outre qui évoquent le partage du vin, une cérémonie du rituel funéraire. La défunte, tendrement enlacée par son époux, verse dans la main de celui-ci quelques gouttes du parfum contenu sans doute dans un alabastre, comme on peut le voir sur une petite urne présentée à proximité (Urne cinéraire avec des époux sur le couvercle, musée du Louvre, CP 5193) ; elle accomplit ainsi le geste de l'offrande de parfum, autre composante essentielle du rituel des funérailles. Elle tient dans la main gauche un petit objet rond (peut-être une grenade, symbole d'immortalité).

L'influence de la Grèce de l'Est

Le style du monument témoigne de l'influence qu'exercent les artistes de la Grèce de l'Est sur l'art étrusque, en particulier les Ioniens qui émigrent en grand nombre dans la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. Cuve et couvercle sont rehaussés d'une vive polychromie, aujourd'hui en partie disparue, qui ajoute au raffinement des parures de la femme, aux détails des tissus et des chevelures. Les visages souriants et les corps aux formes pleines s'inspirent également des productions ioniennes. Certains traits cependant sont propres à l'art étrusque, comme le désintérêt pour la cohérence et le volume des corps (surtout sensible dans le traitement des jambes) et la mise en valeur des gestes des défunts.

Bibliographie

Briguet Marie-Françoise, Le Sarcophage des époux de Cerveteri du musée du Louvre, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1988.
Les Étrusques et l'Europe, cat. exp. Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 15 septembre-14 décembre 1992, Altes Museum, Berlin, 25 février-31 mai 1993, organisée par la Réunion des musées nationaux, le Ministerio per i beni culturali e ambientali, Italie et les Staalichen Museen zu Berlin-Preussischer Kulturbesitz, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1992, pp. 234-236, 330, 337, 354, 411, 432, n 411, fig. 352-357.

Cartel

  • Sarcophage, dit "Sarcophage des époux''

    Vers 520 - 510 av. J.-C.

    Provenance : Cerveteri (nécropole de Banditaccia)

    Production : Cerveteri

  • Terre cuite polychrome

    H. : 1,11 m. ; l. : 1,94 m. ; L. : 0,69 m.

  • Collection Campana, 1863 , 1863

    Cp 5194

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet