Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Sarcophage "à portes de ville"

Œuvre Sarcophage "à portes de ville"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art chrétien et byzantin

Sarcophage de la Remise de la Loi

© 1999 photo RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art chrétien et byzantin

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Trouvé dans la basilique Saint-Pierre du Vatican, ce sarcophage "à portes de ville" marque l'émergence de l'art paléochrétien à la fin du IVe siècle et l'élaboration d'une imagerie chrétienne tributaire des modèles de l'art gréco-romain. Sur la face principale, le Christ remet à saint Pierre la Nouvelle Loi, en présence de saint Paul et des apôtres. Les petits côtés sont ornés de scènes de l'Ancien Testament : l'Ascension d'Elie, Moïse recevant les Tables de la Loi et le sacrifice d'Isaac.

Un sarcophage "à portes de ville"

Les trois panneaux de cette cuve de sarcophage chrétien ont été découverts au XVe siècle, sous l'abside de la basilique Saint-Pierre du Vatican. Ils sont entrés au Louvre en 1808 après l'acquisition de la collection du prince Camille Borghèse par Napoléon Ier. Le quatrième côté est demeuré à Rome où il est conservé au palais des Conservateurs. Créée dans un atelier romain à l'extrême fin du IVe siècle ap. J.-C., cette cuve monumentale appartient au type des sarcophages "à portes de ville", ainsi appelés en raison du décor architectural qui sert de cadre aux scènes figurées.

Des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament

Les reliefs sont historiés de scènes tirées de l'Ancien et du Nouveau Testament. Sur la face principale, devant les murs crénelés d'une ville, le Christ se dresse en majesté sur un rocher, peut-être le Mont Thabor, d'où s'échappent les quatre fleuves du Paradis, le Tigre, l'Euphrate, Phison et Géhon. A ses pieds est représenté un couple de donateurs, la femme agenouillée, l'homme respectueusement incliné. De la main droite, le Christ bénit l'assemblée des apôtres et remet de la gauche le rouleau de la Nouvelle Loi à saint Pierre, en présence de saint Paul, selon le motif bien connu de la Traditio Legis. Les petits côtés sont ornés de scènes bibliques de l'Ancien Testament. A gauche sont figurés l'Ascension d'Elie qui, enlevé au ciel par un quadrige, laisse son manteau à Elisée, et Moïse recevant les Tables de la Loi de la main tendue de Dieu, sur le Mont Sinaï. Leurs vies trouvent plusieurs échos dans celle du Christ : la détresse d'Elie au désert annonce l'agonie de Jésus au jardin des Oliviers ; son ascension au ciel préfigure celle du Christ ; la Transfiguration du Jésus rappelle celle de Moïse. Au centre du panneau apparaît la personnification du fleuve Jourdain. Sur le côté droit, Abraham s'apprête à sacrifier son fils Isaac, agenouillé sur l'autel, mais la main de l'ange arrête le vieil homme dans son geste. Près d'un arbre subsiste les restes du corps du bélier substitué à Isaac. Les quatre personnages de la dernière scène ne sont pas identifiés. L'un d'entre eux revêt le costume des hauts dignitaires de la cour impériale du IVe siècle.

Des modèles grecs et romains

Autorisé par l'édit de Milan en 313 ap. J.-C., le christianisme sort progressivement de la clandestinité et devient religion d'Etat de l'Empire romain en 380, sous le règne de Théodose Ier. L'art paléochrétien s'épanouit alors pleinement, mais, en l'absence de tradition figurée dans le monde juif, l'imagerie chrétienne élaborée reste tributaire des modèles de l'art grec et romain. Le visage barbu du Christ rappelle les représentations de philosophes grecs. Le Jourdain est figuré sous les traits d'un dieu-fleuve accoudé sur un vase d'où jaillit l'eau et muni d'un roseau, conformément à l'iconographie païenne. Enfin, les drapés des personnages et les rinceaux d'acanthe qui courent au bas de la cuve empruntent leur agencement et leurs motifs à la sculpture classique.

Bibliographie

- BARATTE F. & METZGER C., Musée du Louvre. Catalogue de sarcophages en pierre d'époques romaine et paléochrétienne, Paris, 1985, p. 312-316, n 212.

Cartel

  • Sarcophage de la Remise de la Loi

    Dernières décennies du IVe siècle après J.-C.

    Rome, dans le mausolée des Anicii, sous l'abside de Saint-Pierre du Vatican. Le quatrième côté est conservé à Rome, au palais des Conservateurs.

  • Marbre

    H. : 111 cm. ; l. : 252 cm. ; L. : 146 cm.

  • Achat, 1808, ancienne collection Borghèse , 1808

    Inventaire MR 688 (n° usuel Ma 2980)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Galerie des mosaïques
    Salle 30

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Le quatrième côté est conservé à Rome, au palais des Conservateurs.